Les ailes du coeur

Être bénévole avec le Service correctionnel du Canada c'est : La croissance, l'engagement, être un aidant, l'espoir, c'est l'amour, c'est le partage.
Version textuelle

Maureen Roberts (région de l'Ontario)

Si l'on m'interrogeait au sujet du bénévolat dans le domaine correctionnel, je dirais qu'on apprend bien des choses sur sa personne, ses compétences, ses valeurs et ses faiblesses. Lorsqu'on lit les dossiers et que l'on interagit avec les détenus, on apprend beaucoup sur soi, et pas seulement sur eux.

Ken Zutell, Établissement Fenbrook

« Les bénévoles qui visitent notre établissement m'ont fait comprendre que j'existe et que je suis toujours un être humain. Il est tellement facile d'envoyer promener tout le monde et de devenir aigri et irritable. Ce genre de choses se produit souvent ici. Grâce aux rapports entretenus avec les bénévoles, nous pouvons mettre de côté cette amertume; nous pouvons en arriver à croire que quelqu'un se soucie de nous et de notre famille. »

Maureen Roberts (région de l'Ontario)

Je sais que ce sont parfois le hasard et les circonstances qui font en sorte qu'une personne intègre le système. Je sais aussi que bon nombre de délinquants n'ont pas eu un bon départ leur permettant d'avoir une vie constructive.

Charles Emmrys (Région de l'Atlantique)

Je fais du bénévolat dans le Service correctionnel, toujours en fonction de mes responsabilités comme citoyen, de cette conviction que j'ai que la citoyenneté c'est une responsabilité, que la citoyenneté c'est un engagement, un engagement qu'on fait de manière corrective pour qu'on ai des communautés qui fonctionnent, qu'on ai un pays qui fonctionne.

Le Comité des détenus, Établissement Cowansville

Les bénévoles rappellent aux gens que nous existons, et que les avantages de la réadaptation l'emportent sur ceux de la punition. Beaucoup de détenus gardent espoir grâce à la gentillesse, à l'enthousiasme et à la compassion que leur témoignent les bénévoles. Au nom des prisonniers du monde entier qui bénéficient des bénévoles qui donnent de leur temps pour le bien de la société, nous aimerions exprimer notre appui et notre profonde gratitude.

Charles Emmrys (Région de l'Atlantique)

C'est enrichissant toujours de savoir que ce sens de communauté, ce sens d'humanité existe même au sein des prisons.

Ervin Hilts (région des Prairies)

Il est difficile de se qualifier de bénévole lorsque l'on travaille pour le créateur, que l'on agisse à titre gratuit, pour du tabac ou pour de l'argent. Auparavant, les gens appuyaient ceux qui faisaient ce genre de travail. Ils leur apportaient des vêtements, de la nourriture et du bois parce que ceux-ci étaient occupés par les cérémonies.

J'apprends quelque chose tous les jours. Si ce n'était pas le cas, cela voudrait dire que j'ai terminé de parcourir le chemin de la guérison, ce qui durera toute ma vie. La vie n'est pas simple et il arrive à tout le monde de faire fausse route. Les hommes me confirment que je suis sur la bonne voie, que j'ai pris la bonne décision en travaillant avec eux. Je les aide à s'aider. Ils doivent s'aider eux-mêmes, je suis là seulement pour orienter leurs efforts.

Angelika Ens (région du Pacifique)

Je suis une étudiante qui a souvent beaucoup trop de devoirs. Après une visite avec Melissa en prison où je constate ses conditions de vie et les problèmes auxquels elle doit faire face, je vois mes problèmes d'un œil différent et je me rends compte qu'ils sont beaucoup moins importants et moins nombreux.

Gertie Clair-Savard, Établissement Nova

C'est en travaillant et en discutant en tête-à-tête que ma bénévole m'aide le plus. On discute de ce que je ressens. Seule avec elle, je ne suis pas gênée de lui dire que je connais pas tel mot ou que je n'arrive pas à résoudre tel problème. C'est une relation franche.

Angelika Ens (région du Pacifique)

Je ne me sens plus comme avant. Auparavant, je me disais que ces pauvres gens devraient aller de l'avant et faire quelque chose d'eux. Maintenant, je sais à quel point cela est difficile et que ces personnes ont la vie dure. Je ne vois plus les choses de la même façon et je ne juge plus les autres autant qu'auparavant parce que je sais que chaque personne a un passé. Et ce n'est pas tout le monde qui a la chance de vivre dans un milieu et une famille qui vous protègent.

Henriette Doré Mainville (Région de Québec)

Je trouvais qu'en milieu carcéral, c'était un appel profond que j'avais de dire « Comment Henriette tu pourrais aller apporter du bien dans des milieux où il y a des fermetures, où il y a des blessures, où il y a des…, où à travers ces blessures là on retrouve des blessés et des blessants de la vie? » Moi, c'était l'appel de ma mission d'aller travailler avec les blessés et les blessants de la vie.

Le Comité des détenus, Établissement Cowansville

Voici l'occasion idéale de dire aux bénévoles que sans eux, les choses ne seraient pas ce qu'elles sont aujourd'hui. Que leurs oreilles attentives à nos besoins ont sauvé des vies à l'intérieur des murs. Que leur confiance en l'être humain a permis à plusieurs d'entre nous de changer de style de vie, de quitter le monde criminel, car ils ont su allumer en nous la lumière de l'espoir. L'accompagnement et l'appui qu'ils nous ont démontré, sans préjugé, est un exemple que l'entraide et la compréhension peuvent mener à la réalisation d'un monde meilleur.

Henriette Doré Mainville (Région de Québec)

La bénévole des fois, par sa simple présence d'amour, participe à la réinsertion, participe à lui redonner sa dignité humaine. Puis ça nous fait du bien parce que ça nous reconnecte nous-même à notre propre amour. Notre amour grandit ensemble. L'amour c'est quelque chose qui saisit, qui n'a pas nécessairement de formes. Elle se vit au moment où nous sommes en présence avec quelqu'un, en communion avec quelqu'un.

Gabriel Félix Prasman (Région du Québec)

Moi, ma valeur principale, c'est vraiment le respect et je pense qu'en faisant du bénévolat, c'est ce que je peux leur transmettre aussi. De leur faire comprendre que malgré que vous avez un dossier criminel, il y a quand même du respect que vous devez recevoir et qu'on doit vous donner aussi. Donc, c'est pour ça que j'en fait, quoi!