Historique des uniformes portés au SCC

L'agent du pénitencier de Kingston, Alexander Elsmere, pose ici en tenue de cérémonie. Elsmere s'est joint au personnel du pénitencier de Kingston en 1859. À sa mort, en 1889, il était instructeur de carrière. Cette photo date probablement des années 1870 ou 1880.

Voici un uniforme typique que portaient les gardiens des années 1910 au milieu des années 1930. Au milieu des années 1930, le chapeau de style Stetson a été remplacé par un képi, mais les autres composantes de l'uniforme sont demeurées les mêmes jusqu'en 1963-1964.

Voici le premier uniforme de cérémonie no 1 du commissaire du SCC. Il appartenait au commissaire Donald R. Yeomans et date de septembre 1980. Il représente le premier style d'uniforme porté par le personnel du « Service correctionnel du Canada ».

Le 1er juin 2005, un nouveau chapitre s'ouvrira dans l'histoire des uniformes normalisés du personnel du Service correctionnel du Canada (SCC), une histoire qui remonte déjà à plus d'un siècle. L'uniforme qui sera porté au SCC à partir de cette date est le fruit des efforts de divers groupes intéressés qui, sur plusieurs années, ont contribué à une conception qui allie les éléments essentiels de style, de confort, de liberté de mouvement et de durabilité.

Dans les années 1800 et pendant une bonne partie du 20e siècle, de nombreux soldats, après avoir terminé leur service militaire, ont poursuivi une carrière dans le service correctionnel. Ainsi, les uniformes et les insignes se sont inspirés des traditions militaires canadiennes, britanniques et américaines. Depuis, les uniformes des diverses époques ont reflété les changements multiples qu'a connus le SCC sur le plan de la culture et de la structure de l'organisation - depuis un style purement militaire jusqu'à une tenue à tendance civile.

Samuel Bedson, le premier directeur du pénitencier du Manitoba (Stony Mountain), avait un passé militaire. Il avait participé à l'expédition de la rivière Rouge en 1870 et à la Campagne du Nord-Ouest en 1885. Sur la photo, il porte son uniforme militaire.

Les uniformes portés par le personnel correctionnel fédéral au Canada ont varié selon les régions, jusqu'à ce que, en 1890, le directeur du pénitencier du Manitoba (Stony Mountain), M. Bedson, conçoive le premier uniforme normalisé. Les uniformes du personnel étaient confectionnés par des détenus tailleurs dans des ateliers de confection de vêtements situés dans chacun des pénitenciers du pays : Kingston, Colombie-Britannique, Manitoba, Dorchester et Saint-Vincent-de-Paul.

Les premiers uniformes, en serge bleu, témoignaient de l'influence du style militaire de l'époque. À partir de 1910, la plupart des agents correctionnels avaient adopté un modèle kaki plus moderne, qui demeurera la norme jusqu'aux années soixante.

Dans les années soixante, le service a adopté un environnement qui mettait l'accent sur la réadaptation plutôt que sur l'approche punitive. D'autres changements au sein de ce qui s'appelait à l'époque le Service canadien des pénitenciers traduisent une évolution des attitudes envers le système correctionnel : en vertu de l'adoption d'une nouvelle Loi sur les pénitenciers en 1962; le Service a connu une importante restructuration afin d'augmenter la quantité et la qualité de la formation du personnel et de rehausser le niveau de professionnalisme au sein de l'effectif. Le Service a adopté un uniforme bleu dont le style s'apparente à un vêtement civil.

En 1978, les agents correctionnels ont une fois de plus échangé leurs uniformes bleus à la faveur des kakis. La nouvelle tunique de couleur kaki et les insignes détaillés de style militaire ont été choisis dans le but de favoriser une identité commune et un esprit de corps ainsi que de rehausser le niveau de professionnalisme.

Un nouvel uniforme a été établi en 1993. Le thème choisi a été une variation sur le bleu et un retour à un style plus civil.

La dernière version de l'uniforme comporte des pantalons cargo bleu foncé très pratiques, un t-shirt noir sous une chemise bleu foncé affichant des insignes d'épaule et des épaulettes. Les grades sont indiqués par des barres couleur or sur fond bleu : une barre pour un agent de correction I et deux pour un agent de correction II. Les surveillants correctionnels porteront une chemise bleu pâle parée de trois barres.

Comment les employés se verront-ils dans ce nouvel uniforme? Comment seront-ils perçus? Dans quelques années, les agents auront en rétrospective un regard bien différent. Pour le moment, il est certain que les employés ont très hâte de revêtir le nouvel uniforme, symbole de l'énorme responsabilité à assumer, dans le respect des droits de la personne, de la primauté du droit et des normes éthiques les plus strictes.