Étude sur les besoins des familles des délinquants

Un rapport portant sur les besoins des familles des délinquants a été publié par le Regroupement canadien d'aide aux familles des détenu(e)s. Le Service correctionnel du Canada (SCC) l'utilise en vue d'améliorer l'interaction entre les délinquants et leurs familles, ce qui par le fait même contribuera à l'incarcération en toute sécurité et à la réinsertion sociale ultérieure des délinquants.

Le SCC a déterminé que l'entretien des relations familiales est l'un des facteurs les plus importants dans la réinsertion sociale réussie des délinquants.

« La famille est l'un des facteurs dynamiques que le SCC a déterminé comme contribuant à une réinsertion sociale réussie, avec d'autres facteurs tels que l'emploi et la résolution des problèmes de dépendance », souligne la révérende Christina Guest, de l'administration centrale du SCC à Ottawa.

« La famille peut être un atout contribuant au bon déroulement de l'incarcération et à la réinsertion sociale réussie du délinquant », déclare la rév. Guest.

Rapport réalisé grâce au soutien de l'Initiative du secteur bénévole du gouvernement du Canada et le SCC

Grâce à une subvention de l'Initiative du secteur bénévole et au parrainage de la Direction de l'Aumônerie du SCC, le Regroupement canadien d'aide aux familles des détenu(e)s, un organisme canadien sans but lucratif composé de personnes et d'organismes locaux, régionaux et nationaux croyant en l'importance de la famille dans le système de justice pénale canadien, a mené une vaste consultation publique.

Le RCAFD a demandé à des familles et à des organismes communautaires travaillant auprès de familles de délinquants quels étaient les obstacles auxquels ces familles se heurtaient lorsqu'il était question d'entretenir des liens avec un membre incarcéré et quelles mesures pouvaient être prises pour surmonter ces obstacles. Son étude porte sur les programmes existants, les programmes qui doivent être mis sur pied et les administrations responsables de chacun de ces programmes.

« Puisque les familles sont une ressource dans la collectivité et qu'elles peuvent jouer un rôle positif dans la réinsertion sociale réussie des délinquants, le SCC garde effectivement un contact avec elles et peut faciliter l'entretien de liens. Toutefois, il n'incombe pas seulement au SCC de fournir de l'aide aux familles lorsqu'elles en ont besoin », affirme la rév. Guest, avant de préciser que des groupes de bénévoles, des organismes provinciaux et des organismes municipaux offrent un bon nombre des services dont les familles ont besoin.

Dans le rapport, 51 recommandations ont été formulées afin d'améliorer l'interaction que doivent avoir les familles avec les deux paliers de gouvernement.

Le rapport du RCAFD est fondé sur les résultats de 14 séances de discussion ouverte, tenues partout au Canada pendant une période de 18 mois. La première série de rencontres a servi à élaborer les recommandations qui ont ensuite été présentées aux organismes communautaires et aux personnes intéressées lors d'une deuxième série de consultations.

« Le rapport résulte d'une vaste contribution de la collectivité », affirme la rév. Guest. « Il traite de tout, notamment des personnes ou organismes qui devraient être responsables, des éléments organisationnels généraux et des éléments organisationnels particuliers qui doivent être traités au niveau des établissements. »

Il est possible de consulter le rapport sur le site Web du RCAFD à l'adresse suivante : http://www.cfcn-rcafd.org/text/FrConsultation.PDF.