Lauréat du prix national de la justice réparatrice Ron Wiebe 2017

Kimberly Mann

Kimberly Mann

Toutes les personnes qui ont eu l'occasion de travailler avec Kimberly Mann peuvent témoigner du fait qu'elle est une personne extraordinaire. Elle a contribué avec une grande intégrité et une persévérance courageuse à la pratique de la justice réparatrice dans le domaine de la justice pénale au Canada. 

Kim est directrice exécutive du Programme de justice collaborative (PJC) et a été intervenante au sein du programme depuis 1999. Le PJC est l'un des rares programmes au Canada qui appliquent une approche réparatrice aux cas de crimes graves commis par les adultes et les adolescents à l'étape après la mise en accusation ou présententielle du processus de justice pénale. La réussite du programme découle en grande partie de l'ouverture et de la souplesse de Kim, de ses compétences à résoudre les problèmes avec créativité et de sa capacité à établir et à tisser des liens. Sa passion pour une vision de la justice qui guérit a insufflé au PJC de l'énergie, un but et une orientation. Le dévouement et l'engagement de Kim ont permis de modeler le PJC pour en faire un modèle de pratique exemplaire pour la justice réparatrice au Canada et à l'étranger. 

Bon nombre ont parlé de son approche humaine et humble, ce qui assure les gens de leur valeur et de leur dignité, tout en favorisant la vulnérabilité et la confiance. Kim a un don spécial pour se lier aux gens – elle écoute, elle réfléchit et elle crée un endroit sécuritaire où les gens peuvent s'exprimer. Elle fait preuve de sensibilité quand elle soutient les personnes blessées et brisées. Elle peut aussi avoir une attitude dure et ferme pour ce qui est de tenir les gens responsables de leurs actes. Sa compassion, son sens de l'humour entraînant et sa perspicacité ont été des éléments essentiels pour aider les participants tout au long de leur cheminement. Elle aide les gens à découvrir la résilience et la force qu'ils ignoraient posséder.

Sa capacité à apporter des changements positifs se reflète également dans son travail auprès du Ottawa Restorative Justice Network, qu'elle a co-présidé pendant de nombreuses années. Son influence a permis au réseau de passer d'un comité de planification d'activités pour la Semaine de la justice réparatrice à un endroit où les organismes et les praticiens de la justice réparatrice ayant des vues similaires peuvent apprendre et se soutenir mutuellement.

Kim a défendu la validité des approches de justice réparatrice et a aidé bien des gens à comprendre la valeur des principes et des pratiques de justice réparatrice. Sa capacité à créer des liens avec des gens de divers domaines a contribué à sortir la justice pénale de son silo juridique et à l'intégrer au contexte de justice humanisante.