Services correctionnels communautaires

Les services correctionnels communautaires englobent trois volets connexes : la surveillance, les programmes et la participation de la collectivité.

La surveillance s'entend de l'observation du délinquant et de la communication avec ce dernier. Elle est assurée par des employés du SCC, appelés surveillants de liberté conditionnelle, qui travaillent dans la collectivité, ou par des bénévoles compétents, selon le cas.

Qu'ils habitent la ville ou des régions rurales éloignées, tous les délinquants libérés sous condition font l'objet d'une surveillance. L'intensité de celle-ci varie selon la personne; les délinquants dits à  risque élevé sont contrôlés de près et ceux jugés à  faible risque sont moins surveillés. Pour surveiller les délinquants, le personnel fait appel à  un réseau étendu de sources de renseignements qui comprend la police, les membres de la famille des délinquants et les employés chargés des programmes. En se tenant au courant de la situation du délinquant, les employés sont en mesure de voir à  ce qu'il reste dans la bonne voie. Ils peuvent prendre des mesures si le délinquant enfreint les règles et résoudre des problèmes qui mèneraient autrement à  la récidive.

Les recherches démontrent que la surveillance à  elle seule ne suffit pas à  amener le délinquant à  s'amender. Mais on constate que la surveillance accompagnée de programmes efficaces y parvient. Aussi, chaque délinquant mis en liberté est tenu de participer à  des programmes répondant à  ses besoins. Certains programmes visent à  l'aider à  faire face à  la vie, aux relations et à  ses émotions. D'autres lui permettent de compléter sa formation ou abordent des problèmes précis telles les infractions sexuelles ou la toxicomanie. Les programmes qu'il suit dans la collectivité permettent au délinquant de renforcer les progrès réalisés grâce à  sa participation aux programmes offerts en établissement.

La participation de la collectivité est essentielle à  la fois à  la surveillance et à  l'exécution des programmes. De personnes-ressources dans la collectivité, les employés du SCC obtiennent des renseignements indispensables sur les délinquants, qui contribuent au processus de surveillance. Ces personnes peuvent notamment prévenir le SCC si le délinquant ne respecte pas les conditions de la mise en liberté ou s'il vit une crise émotive.

Des organismes et des particuliers dans la collectivité assurent l'exécution de programmes ou y apportent leur soutien. Ils servent de conseillers et de modèles aux délinquants, et leur offrent un réseau de soutien. La participation de la collectivité traduit également la volonté de ses membres d'accueillir les délinquants qui cherchent à  s'amender.

Si le délinquant arrive à  tourner la page, c'est pour une part grâce à  ses efforts personnels, et pour une autre part grâce aux possibilités qui lui sont offertes par la collectivité en général.