Gestion du risque

La gestion du risque que présente un délinquant est l'essence même du travail du Service correctionnel du Canada. Elle commence dès l'imposition d'une peine de ressort fédéral et ne prend fin qu'à l'expiration du mandat.

Dans la collectivité, la gestion du risque fait intervenir des services dont le mandat est de poursuivre la mise en œuvre du plan de gestion du risque élaboré en établissement. Il est donc essentiel que l'évaluation et le plan de réinsertion sociale servent à aider le délinquant à réussir son retour dans la collectivité.

Dans l'exercice de ses fonctions, le SCC doit tenir compte des préoccupations en matière de sécurité et des droits de la personne de divers groupes, dont le public, les victimes d'actes criminels, le personnel du SCC et les délinquants eux-mêmes. Il doit savoir concilier les besoins et les droits de tous ces groupes. Les délinquants, par exemple, sont en droit de recevoir un traitement humain. La Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition oblige ainsi le SCC à avoir recours aux mesures les moins restrictives possibles dans l'administration des peines.

Mais il faut en même temps protéger d'autres groupes de la menace pour leur sécurité que pourraient présenter les délinquants. Pour équilibrer ces deux éléments, il est essentiel de bien évaluer et gérer le risque. Certains délinquants présentent un niveau de risque plus élevé que d'autres; en outre, le niveau de risque tend à varier avec le temps et selon les circonstances. Dans l'évaluation du risque, il faut tenir compte de nombreux facteurs, dont les antécédents criminels du délinquant, ses attitudes et les problèmes sociaux tels la toxicomanie ou la violence familiale, ainsi que la volonté du délinquant de modifier son comportement.

Dès que la peine est imposée, le SCC commence à évaluer le niveau de risque en vue de préparer la mise en liberté du délinquant. Des employés travaillant dans la collectivité recueillent des renseignements sur le délinquant auprès de diverses sources, dont sa famille, la police, les tribunaux, les victimes et d'autres membres du public. La collecte de l'information se poursuit tout au long de la peine d'emprisonnement et de la mise en liberté sous condition. Ces renseignements aident le SCC à gérer les délinquants dont il a la garde, à déterminer s'ils sont prêts pour une mise en liberté sous condition et à surveiller et à appuyer ceux qui réintègrent la collectivité. Dans son travail, le personnel puise dans un vaste fonds de recherches correctionnelles et fait appel à des outils d'analyse très avancés pour évaluer le niveau de risque. Ces outils, ainsi que les renseignements recueillis, l'expérience et le discernement professionnels du personnel permettent de juger de la capacité d'un délinquant à réussir sa réinsertion sociale en toute sécurité.