Résumé

L'examen de la documentation sur la délinquance sexuelle chez les femmes et la présente étude sont fondées sur les cas de 19 délinquantes sexuelles incarcérées au Canada. Pour chacune de ces délinquantes, les études de cas ont été élaborées à partir de renseignements tirés du Système de gestion des détenus et des dossiers de copies sur papier. L'analyse de cette information révèle que les caractéristiques de ces femmes et des infractions qu'elles ont commises correspondent de manière générale au profil des délinquantes sexuelles que l'on trouve dans la documentation la plus récente.

Toutefois, d'après les résultats obtenus, les femmes faisant l'objet de l'étude ont eu tendance à être plus violentes qu'on ne s'y attendait. Les catégories de la plus récente typologie établie par Mathews et coll. (1989) soit «instructrice/ amante», «contrainte par un homme» et «prédisposée» ne s'appliquaient qu'à la moitié de l'échantillon. Bien qu'un grand nombre de ces femmes aient commis des agressions sexuelles de concert avec un homme, elles ne semblaient pas avoir été contraintes à le faire et presque la moitié des femmes semblaient correspondre davantage au type «accompagnée par un homme» décrit par Mathews (1987). Ce résultat fait ressortir à quel point il importe de maintenir cette dernière catégorie.

Il faudrait ajouter d'autres catégories telles que «colérique-impulsive» et «accompagnée par un homme, membre de la famille» et «accompagnée par un homme, non membre de la famille» afin de constituer un modèle pertinent pour les femmes ayant commis des infractions avec violence de leur propre chef ou en compagnie d'hommes contre des victimes «non conventionnelles». Les typologies existantes, ainsi que la plupart de la documentation, ne tiennent pas beaucoup compte de cette population.

Par conséquent, les catégories qui décrivent le mieux cette population de délinquantes sexuelles sont : «instructrice/ amante» (1), «colérique-impulsive» (1), «contrainte par un homme» (4), «accompagnée par un homme, membre de la famille» (3), «accompagnée par un homme, non membre de la famille» (2).

L'examen des caractéristiques des victimes a révélé qu'elles sont généralement semblables à celles qui sont décrites dans la documentation la plus récente.

En ce qui concerne le traitement, un nombre considérable de programmes ont été offerts afin de répondre aux besoins particuliers de ces femmes (concernant p. ex., la toxicomanie, la maîtrise de la colère, l'estime de soi, la violence familiale). En outre, la moitié des femmes ont suivi des séances de counseling spécialement axées sur la délinquance sexuelle. Dans de nombreux cas, cependant, ces séances ont eu lieu trop tôt dans le processus pour répondre à tous les besoin de traitement des intéressées. Il convient de mettre au point d'autres programmes axés tout particulièrement sur le comportement qui est à la source de la délinquance sexuelle. On devrait examiner les questions d'évaluation et de traitement en tenant compte des divers motifs qui ont poussé ces femmes à agir.