Message de la sous-commissaire pour les femmes du Service correctionnel du Canada

Contenu archivé

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Fin d'une ère, la fermeture du la prison des femmes de Kingston

En 1996, je suis devenue la première sous-commissaire pour les femmes du Service correctionnel du Canada. De profonds changements s'opéraient alors pour les femmes purgeant une peine fédérale, car les défis du Service reflétaient à la fois la complexité de la population des détenues et le milieu dans lequel elles purgeaient leur sentence.

En vérité, le traitement des femmes contrevenantes au pays a fait beaucoup de chemin depuis les premiers temps de la prison des femmes. Reconnaissant que les besoins de réadaptation des femmes détenues sont différents de ceux des hommes, nous avons délaissé l'ancienne optique d'une mesure universelle pour en arriver aux chances de réforme et de réinsertion sociale qui sont meilleures que jamais.

Le programme correctionnel offert aux femmes par le SCC a pour but de trouver des solutions créatrices, pratiques et bien adaptées à la condition et à la culture féminines pour aider et héberger les contrevenantes. Aujourd'hui, l'accent est mis sur l'éducation, les programmes, les interventions relatives aux traitements, et, au besoin, le soutien des familles et des collectivités des détenues.

Cependant, aucune de ces innovations n'aurait été possible sans le dur labeur des employés de la prison des femmes, qui se sont efforcés de satisfaire aux exigences spéciales des détenues. Ils ont véritablement préparé le terrain pour l'avenir; on n'oubliera jamais leurs efforts et leur compassion.

L'histoire de la prison des femmes témoigne du dévouement de tous ceux et celles qui ont fait partie du personnel depuis sept décennies. Je voudrais remercier tous ces hommes et toutes ces femmes de leur travail bien fait.

Nancy Stableforth
Sous-commissaire pour les femmes du Service correctionnel du Canada