Profil de la femme délinquante

Contenu archivé

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Fin d'une ère, la fermeture du la prison des femmes de Kingston

Lorsque La création de choix a été publiée en 1990, environ 210 femmes purgeaient une sentence fédérale. Aujourd'hui, on en compte quelque 350, tandis que 500 autres sont actuellement sous surveillance dans la collectivité, ayant été libérées conditionnellement.

Bien que leur âge varie de la fin de l'adolescence jusqu'à plus de 80 ans, 51 p. cent des détenues ont entre 20 et 34 ans. Les femmes autochtones représentent 23 p. cent de la population carcérale; 9 p. cent sont de race noire et 2 p. cent sont des asiatiques, tandis que 57 p. cent sont de race blanche (les autres et celles qui ne sont pas déclarées représentent 9 p. cent). Les pourcentages des collectivités se reflètent dans les pourcentages de détenues, exception faite des femmes autochtones qui ne constituent que 14 p. cent de la population.

Parmi les femmes incarcérées, 18 p. cent purgent une sentence pour meurtre au premier ou au deuxième degré (emprisonnement à vie), 45 p. cent pour des crimes contre la personne (liste 1) et 25 p. cent pour des méfaits liés à la drogue (liste 2). La plupart, soit 63 p. cent, purgent des peines de deux à six ans. Quelque 84 p. cent en sont à leur première sentence fédérale (deux ans et plus) et la majorité des détenues sont célibataires.

Selon les données recueillies par le groupe de travail La création de choix, entre 50 et 90 p. cent des détenues ont été victimes d'agression sexuelle, les femmes autochtones étant les plus touchées. Les deux tiers des femmes consommaient de la drogue ou de l'alcool au moment de leur crime.