IV : Discussion

Juin 2011

Discussion – réussites

  • Plus de 8 000 détenus ont été vaccinés contre la grippe pandémique A(H1N1) durant une courte période.
  • Les cas et les éclosions ont été gérés et contrôlés efficacement par le personnel du SCC de concert avec les partenaires externes.
  • De nouveaux outils, dont un document d'orientation clinique, des documents de promotion de la santé, des lignes directrices relatives à la prévention et au contrôle de l'infection et un système de surveillance ont été élaborés et mis en œuvre.
    • Les lignes directrices ont été mises à jour régulièrement pour incorporer les changements et un système de rapport journalier a permis une surveillance en temps réel de la vaccination et des cas de grippe.
  • L'approche multidisciplinaire adoptée a été un élément très important de réussite : le groupe chargé de la santé a travaillé étroitement avec les responsables de la sécurité, des ressources humaines, des opérations et d’autres secteurs.

IV Discussion – difficultés

  • Campagne de vaccination
    • Applicatprioritaires dans le milieu correctionnel fédéral.
      • Détermination du niveau de priorité en l'absence d'un dossier de santé électronique.
  • ion des critères qui déterminent les groupes Prestation d'un programme uniforme de vaccination des détenus à l’échelle nationale.
    • Le SCC évolue au sein de huit administrations provinciales différentes.
    • Les provinces interprètent de façon variable les directives nationales sur la séquence de vaccination de l'ASPC.
    • Les stocks de vaccins et la fourniture des vaccins aux établissements ont varié d'une province à l'autre.
  • Cas / éclosions
    • L'accès aux tests a été limité dans certaines régions
    • Une pression s’est exercée sur les ressources (le personnel infirmier s'est consacré au virus A[H1N1] et n’a pas été en mesure d'assumer d'autres tâches comme les tests pour la tuberculose)
  • Difficultés intersectorielles
    • Coordination des interventions avec plusieurs joueurs à l'intérieur et à l'extérieur du gouvernement fédéral
    • Communication de renseignements factuels en temps opportun aux équipes sur le terrain dans un contexte changeant, où les données scientifiques étaient encore en élaboration.
    • Manque d'avis clairs et uniformes de la part des responsables des différents ordres de gouvernement et des organisations de services de santé.