Service correctionnel du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Programmes pour les délinquantes

Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Les Femmes Purgeant Une Peine De Longue Durée: Analyse Des Recherches

Besoins particuliers des femmes purgeant une peine de longue durée

1. Formation du personnel
2. Programmes
3. Travail valable
4. Mobilité
5. Étape prélibératoire et mise en liberté

Les principes et le cadre généraux présentés dans La création de choix et leur mise en oeuvre efficace permettront de répondre à un grand nombre des besoins et préoccupations signalés dans les études. Il y a toutefois certaines constatations auxquelles il faut s'attarder, étant donné qu'elles s'appliquent plus précisément aux femmes purgeant une peine de longue durée et qu'il en est question dans tous les écrits sur les délinquants incarcérés pour une longue période. Ces constatations ont été communiquées aux femmes actuellement incarcérées à la Prison des femmes et purgeant une peine d'emprisonnement à perpétuité ou une peine de longue durée. Environ 22 femmes ont fait part de leurs observations à ce sujet. [0 L'annexe 3 renferme un compte rendu des entrevues avec les femmes purgeant une peine à perpétuité ou une peine de longue durée.] 0 Les besoins signalés dans les études et par les délinquantes elles-mêmes sont les suivants :

 

1. Formation du personnel

Haut de la page

Selon les études, l'établissement d'une relation saine entre les délinquantes sous responsabilité fédérale et les membres du personnel passe nécessairement par la formation du personnel. Celle-ci doit être axée sur les problèmes particuliers des délinquantes purgeant une peine de longue durée de même que sur les problèmes auxquels sont confrontées les délinquantes en général. Les programmes de formation aideront les employés à reconnaître les situations auxquelles donne lieu une incarcération prolongée et à y réagir de la manière indiquée. Ils ont été recommandés tant dans l'étude de Genders et Player que dans le guide de Cindie A. Unger et Robert A. Buchanan sur la gestion des délinquants purgeant une peine de longue durée. [1 Cindie A. Unger et Robert A. Buchanan, Managing Long-Term Inmates: A Guide for the Correctional Inmates (U.S. Department of Justice, automne 1985).] 1 La formation du personnel a également fait l'objet d'une recommandation du Rapport Perron, selon lequel il faut " (q)ue le SCC s'assure que le personnel oeuvrant auprès de détenus purgeant une longue sentence reçoive une formation pertinente et continuelle dans le but de répondre aux besoins spécifiques de cette clientèle ". [2 Rapport du Groupe d'étude sur les longues sentences (le Rapport Perron), Service correctionnel du Canada, avril 1991.] 2

La formation pourrait répondre à un double objectif. Premièrement, elle devrait sensibiliser tous les membres du personnel qui travaillent auprès de femmes purgeant une peine de longue durée aux besoins spéciaux de ces dernières en ce qui concerne le soutien à leur offrir et les problèmes associés à une peine de longue durée. Deuxièmement, le programme de formation devrait aider les employés à acquérir des connaissances spécialisées au sujet des révisions judiciaires et des questions juridiques de façon à ce qu'ils puissent renseigner les femmes et leur offrir davantage de soutien.

Observations : Les femmes étaient d'accord avec ces constatations. Selon elles, il doit être question, dans un programme de formation à l'intention du personnel, des difficultés de s'adapter à la peine et des contraintes juridiques auxquelles font face les délinquantes purgeant une peine de longue durée.

 

2. Programmes

Haut de la page

Selon les études, les programmes doivent répondre aux besoins particuliers des femmes purgeant une peine de longue durée. Les programmes pour délinquants durent ordinairement de 12 à 24 mois et visent à préparer les participants à leur mise en liberté prochaine. Mais ils ne répondent pas aux besoins d'une population susceptible d'être incarcérée pendant de nombreuses années; il n'est pas recommandé non plus d'attendre jusqu'à la fin de la peine pour offrir des programmes, comme cela se fait généralement. Il est en effet plus salutaire d'offrir des activités valables et des programmes prolongés. Les femmes devraient avoir accès à des possibilités de ce genre. [3 Unger et Buchanan, p. 15.] 3 Cela rejoint d'ailleurs une des recommandations du Rapport Perron, énoncée ainsi : " Que le SCC, en plus de faciliter l'accès de cette clientèle aux programmes offerts à toute la population, élabore des programmes pour répondre à ses besoins particuliers ". [4 Rapport Perron, p. x.] 4

Observations : Les femmes étaient d'accord. Selon elles, il est important d'avoir immédiatement accès à des programmes, surtout à ceux qui traitent de leurs frustrations et des compétences parentales (principalement en ce qui a trait aux questions juridiques).

 

3. Travail valable

Haut de la page

Il existe une relation étroite entre un travail valable et les besoins quant aux programmes. Les auteurs répètent constamment que les femmes qui purgent une peine de longue durée éprouvent un grand besoin de se sentir utiles à la société. On peut les aider à prendre conscience de leur valeur personnelle en leur offrant la possibilité de mener, en établissement, des carrières qui leur permettront de mettre en application les habiletés qu'elles possèdent ou qu'elles ont acquises en participant à des programmes.

Observations : Les femmes ont convenu qu'il s'agissait là d'un aspect important. Elles estimaient pouvoir puiser dans leur propre expérience pour aider les personnes traversant des situations semblables aux leurs.

 

4. Mobilité

Haut de la page

Unger et Buchanan recommandent de se pencher sur le problème de l'ennui et de la monotonie que connaissent les femmes purgeant une peine de longue durée du fait qu'elles vivent dans le même milieu pendant la plus grande partie ou même la totalité de leur peine. On pourrait combattre ce problème en instaurant un régime de mise en liberté anticipée ou en effectuant des transfèrements entre établissements.

Observations : Selon les participantes, cette question n'a qu'une importance limitée actuellement. À leur avis, l'accès aux programmes et les possibilités de travail constituent des problèmes beaucoup plus pressants. Il faudra toutefois examiner la question de la mobilité de plus près, étant donné l'importance du choix pour les femmes en général. Vu la fermeture de l'établissement où elles sont actuellement incarcérées, par ailleurs, les femmes devront toutes être réinstallées, ce qui explique aussi que cet aspect ne revête pas une importance capitale; toutefois, il pourrait, dans un avenir proche, devenir un facteur appréciable.

 

5. Étape prélibératoire et mise en liberté

Haut de la page

À l'heure actuelle, on ne possède pas suffisamment d'information à ce sujet. Pourtant, il importe de bien cerner les besoins des femmes purgeant une peine de longue durée pour favoriser leur réinsertion sociale, et il faut évaluer le soutien assuré par la collectivité sur ce plan.

Observations : Selon les femmes, si elles avaient accès à des programmes dès le début de leur peine, cela faciliterait leur réintégration dans la société.