Service correctionnel du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Programmes pour les délinquantes

Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Femmes purgeant une peine fédérale en liberté sous condition : Sondage auprès des responsables de la surveillance communautaire

Programmes

Les surveillants ont été appelés à répondre à des questions sur les programmes auxquels participaient leurs clientes dans la collectivité. Les programmes ont été classés en sept catégories :

• les services en résidence

• les programmes visant l’acquisition de compétences liées à l’intégration communautaire

• les programmes de counseling

• les programmes d’études et de formation professionnelle

• les programmes d’aide en matière de gestion financière

• les programmes de lutte contre la toxicomanie

• les programmes à l’intention des victimes d’actes de violence ou d’abus sexuels

Les surveillants devraient préciser la durée du programme, le nombre et la durée des séances, la durée de participation de la cliente au programme, et indiquer si l’inscription au programme était une condition de la mise en liberté.

Résumé de la participation aux programmes

Les programmes de counseling étaient de loin les plus populaires (n=70). Dans la plupart des cas, les FPPF s’étaient inscrites à des programmes de nature diverse, auxquelles elles étaient tenues de participer comme condition de leur mise en liberté. En général, les programmes comportaient au moins deux séances par mois et certains requéraient une présence quotidienne. La durée de chaque séance et la durée de participation des FPPF aux programmes variaient selon les cas.

Note : Les données concernant les programmes ont été recueillies et traitées de manière à ce que le lecteur ne puisse conclure que tout programme qui aurait été, par exemple, utilisé quatre fois au cours des trois dernières années l’a nécessairement été par quatre femmes différentes, puisqu’une même femme pourrait très bien avoir repris plusieurs fois le programme en question. Ainsi, on constate que le programme d’acquisition de compétences liées à l’intégration communautaire a été utilisé 28 fois par 24 clientes. Les données relatives aux programmes ont donc trait au degré d’utilisation des programmes davantage qu’au nombre de FPPF qui y participent. Les

Programme N. de FPPF partici-pantes Utilisation du programme

(N. de fois)

Condition de mise en liberté

(OUI)

Durée du programme

(mois)

Fréquence de la participation Durée de chaque séance (minutes) Durée de la participation au programme (n. de mois ou terminé)
Organisme/ résidence 10 10 75 % indéfinie ch. jour diverse Terminé
Intégration comm. 24 28 20 % indéfinie 4 / mois 91 - 120 3 - 4
Counseling 70 81 81 % indéfinie 2 / mois 31 - 60 Terminé








Études/ Formation prof. 28 39 5 % indéfinie 16 -20 / mois + 180 Terminé
Finances 3 3 100 % indéfinie 2 / mois 31 - 60 1 -2
Violence 12 12 42 % indéfinie 4 / mois 31 - 60 1 -2
Toxicomanie 46 75 69 % indéfinie 4 / mois 91 - 120 Terminé

chiffres concernant leur utilisation figurent dans la colonne intitulée « Utilisation du programme (nombre de fois) ». C’est un détail qu’il faudra garder à l’esprit en interprétant ces données.

COMMENTAIRES DES SURVEILLANTS

Il existe suffisamment de programmes pour répondre à la plupart des besoins. » (Prairies)

Il est primordial de prévoir des programmes à l’intention des détenues qui ont déjà subi des mauvais traitements d’ordre émotif, physique ou sexuel, et de celles qui entendent prendre soin de leurs enfants (les mères sont souvent impatientes de reprendre la garde de leurs enfants même si elles ne sont pas prêtes émotivement à assumer ce rôle). » (Prairies)

Nous avons les services voulus pour répondre à tous les besoins. » (Ontario)

Les FPPF dans la collectivité ont besoin d’un soutien constant. » (Ontario)

Il faudrait des groupes de soutien pour femmes détenues. » (Ontario)

Il y a un impérieux besoin de bénévoles pour aider les clientes à assumer les exigences de la vie quotidienne et à se réintégrer dans la société, et pour leur servir de modèles. » (Atlantique)

Programmes dispensés par des organismes ou en résidence

Les programmes dispensés par des organismes ou en résidence ont été utilisés dix fois au cours des trois dernières années. Huit pour cent de l’échantillon (n=10) ont participé à ce genre de programme. Comme les réponses à cette question manquaient parfois de précision, vous allez constater que les programmes sont ci-après désignés pour certains sous leur vrai nom et pour d’autres sous le nom de l’établissement résidentiel où ils avaient été dispensés.

PROGRAMME NOMBRE DE PARTICIPANTES
Elizabeth Fry 2
Services à la famille 2
Services aux immigrants 1
ERC/En résidence 2
Foyer Newberry 1
Y.W.C.A. 1
Thérèse-Casgrain 1
Total 10


Undisplayed Graphic

Les trois quarts des FPPF qui participaient à un programme en résidence étaient tenues de le faire en vertu d’une condition de leur mise en liberté.

DURÉE DU PROGRAMME NOMBRE DE PROGRAMMES
< 1 mois 2
3-4 mois 1
5-6 mois 2
indéfinie 2

La durée des programmes variait selon les cas. Certains pouvaient durer à peine quelques semaines (n=2); d’autres pouvaient même se poursuivre indéfiniment (n=2).

FRÉQUENCE DE LA PARTICIPATION NOMBRE DE PROGRAMMES
2 / mois 2
4 / mois 1
À plein temps 4

La plupart des programmes exigeaient de la cliente une présence quotidienne et une participation à temps plein (n=4). Dans les autres cas, les séances étaient moins fréquentes, par exemple, deux fois par mois (n=2).

DURÉE DE CHAQUE SÉANCE NOMBRE DE PROGRAMMES
90 - 120 min. 1
journée entière 1
variable/indéfinie 2

Selon les programmes, les séances pouvaient durer aussi peu qu’une heure et demie (n=1) et même se poursuivre toute la journée (n=1). Dans la moitié des cas, les séances étaient de durée diverse.

DURÉE DE LA PARTICIPATION AU PROGRAMME NOMBRE DE PARTICIPANTES
3 - 4 mois 1
5 - 6 mois 2
7 - 12 mois 1
programme terminé 3

Les clientes avaient participé aux programmes offerts par des organismes ou en résidence durant des périodes pouvant aller respectivement de 3-4 mois (n=1) à 7-12 mois (n=1), et certaines d’entre elles avaient suivi le programme au complet (n=3).

COMMENTAIRES DES SURVEILLANTS

• Un ERC fournirait à nos clientes un autre endroit où aller chercher du soutien, notamment des conseils ou de l’aide en matière d’emploi ou de formation professionnelle, de socialisation, etc. » (Ontario)

Intégration communautaire

Au cours des trois dernières années, les programmes d’acquisition de compétences liées à l’intégration communautaire ont été utilisés 28 fois par 24 FPPF. Divers types de programmes étaient offerts : groupes de partage, cours visant l’acquisition de compétences parentales, cours visant l’acquisition de compétences psychosociales, cours de préparation à l’intégration communautaire, cours sur l’estime de soi, etc.

PROGRAMME NOMBRE DE PARTICIPANTES
Compétences psychosociales 10
Compétences parentales 4
Croissance féminine 2
Estime de soi 2
Cercle de ressourcement 2
Prép. à l’intégration communautaire 1
Compétences sociales 1
Prévention du vol à l’étalage 1
Sensibilisation aux questions féminines 1
Groupe de partage 1
Ligue de quilles 1
Pratique religieuse 1
Peinture 1
Total 28

Undisplayed Graphic

Pour la grande majorité (80 %) de ces femmes, la participation à un programme d’acquisition de compétences liées à l’intégration communautaire ne faisait pas partie des conditions de leur mise en liberté. Seulement 20 % des FPPF qui participaient à un tel programme étaient tenues de le faire.

DURÉE DU PROGRAMME NOMBRE DE PROGRAMMES
1 - 2 mois 6
3 - 4 mois 3
5 - 6 mois 4
7 - 12 mois 2
Indéfinie 13

Les programmes dont la durée était indéfinie étaient les plus souvent choisis (n=13). Venaient ensuite les programmes d’une durée de 1-2 mois (n=6). Les programmes les plus longs étaient ceux qui attiraient le moins de participantes.

FRÉQUENCE DE LA PARTICIPATION NOMBRE DE PROGRAMMES
< 4 séances en tout 1
2 / mois 1
4 / mois 15
5 - 10 / mois 1
16 - 20 / mois 7
tous les jours/à temps plein 2

La majorité des programmes d’acquisition de compétences liées à l’intégration communautaire étaient dispensés à raison d’une fois par semaine (n=15). D’autres programmes étaient donnés à raison de 4 à 5 séances par semaine (n=7). Quant aux autres programmes, ils comportaient plus ou moins de séances : certains n’en comportaient que quatre en tout alors que d’autres requéraient une présence quotidienne à temps plein.

DURÉE DE CHAQUE SÉANCE NOMBRE DE PROGRAMMES
31 - 60 minutes 2
61 - 90 minutes 1
91- 120 minutes 13
121-150 minutes 2
151- 180 minutes 4
+ 180 minutes 3
à temps plein (8 heures/jour) 1

Selon le programme, les séances pouvaient être d’aussi courte durée qu’une demi-heure (n=2) et d’aussi longue qu’une journée entière de huit heures (n=1). La moitié des séances duraient de une heure et demie à deux heures (n=13).

DURÉE DE LA PARTICIPATION AU PROGRAMME NOMBRE DE PARTICIPANTES
Venait de débuter 1
1 - 2 mois 3
3 - 4 mois 12
5 -6 mois 1
7 -12 mois 1
programme terminé 11

Le plus fort contingent de clientes participaient à leur programme d’acquisition de compétences liées à l’intégration communautaire depuis 3 ou 4 mois (n=12). Onze femmes avaient terminé leur programme. Quant aux autres, la durée de leur participation au programme pouvait varier de presque nulle, dans le cas d’une débutante (n=1), à un an (n=1).

COMMENTAIRES DES SURVEILLANTS

Il serait souhaitable d’offrir des programmes propres à aider nos clientes à bien se comprendre elles-mêmes avant de nouer relation avec autrui. » (Prairies)

Il serait utile d’offrir à nos clientes de participer à un groupe d’aide aux parents de jeunes délinquants. » (Prairies)

Il nous faudrait un groupe de soutien pour femmes détenues. » (Ontario)

Il nous faudrait un groupe de soutien pour femmes appartenant à une minorité visible. » (Ontario)

Il serait utile d’offrir à nos FPPF un programme de gestion du stress, sous le signe du jeu et de l’humour. » (Atlantique)

Il nous faudrait des programmes de relations humaines, notamment pour apprendre à nos clientes comment aborder les problèmes de jalousie. » (Atlantique)

• Nous aurions besoin de programmes pour aider nos clientes à acquérir des compétences en relations interpersonnelles. » (Atlantique)

Il faut offrir des programmes pour apprendre à nos clientes comment maîtriser leurs émotions, se comporter en société et préserver leur intimité. » (Atlantique)

Counseling

Quatre-vingt-une FPPF dans la collectivité étaient inscrites à des programmes de counseling. La grande majorité (90 %) d’entre elles bénéficiaient de services psychologiques, et cinq recevaient des services psychiatriques. Les autres suivaient une thérapie, soit pour apaiser une grande douleur (n=1), soit pour régler un problème relationnel (n=1) ou sexuel (n=1).

GENRE DE

COUNSELING

NOMBRE DE FPPF BÉNÉFICIAIRES
Consultation psychologique 73
Consultation psychiatrique 5
Thérapie de gestion de la souffrance 1
Thérapie relationnelle 1
Thérapie sexuelle 1
Total 81

Undisplayed Graphic

Quatre-vingt-un pour cent des femmes ayant participé à un programme de counseling étaient tenues de le faire en vertu d’une condition de leur mise en liberté, et 19 % n’y étaient pas tenues.

DURÉE DU PROGRAMME NOMBRE DE PROGRAMMES
< 1 / mois 4
1 - 2 mois 1
3 - 4 mois 6
5 - 6 mois 8
7 - 12 mois 4
13 - 18 mois 1
19 - 24 mois 5
31 - 36 mois 2
+ 36 mois 1
jusqu’à l’expiration du mandat 5
indéfinie 39

Les divers programmes étaient de durée fort variée : certains duraient moins d’un mois (n=4) et d’autres se poursuivaient indéfiniment (n=39). Une telle diversité tient probablement à la nature des services de counseling, dont la durée dépend des progrès de la cliente. Plus de la moitié (51 %) des programmes de counseling étaient par définition de durée indéterminée.

FRÉQUENCE DE LA PARTICIPATION NOMBRE DE PROGRAMMES
< 4 séances en tout 2
< 1 / mois 1
1 / mois 17
2 / mois 22
3 / mois 7
4 / mois 20
5 - 10 / mois 4
selon le besoin 4

La majorité des programmes se donnaient à raison de deux séances (n=22), quatre séances (n=20) ou d’une séance (n=17) par mois. Selon le programme, le nombre de séances pouvait varier considérablement : certains ne comportaient en tout que quatre séances (n=2), alors que d’autres exigeaient une participation variable ou occasionnelle (n=4).

DURÉE DE CHAQUE

SÉANCE

NOMBRE DE PROGRAMMES
31 - 60 minutes 64
61 - 90 minutes 5
91 - 120 minutes 5
variable/indéfinie 2

Les séances individuelles de counseling pouvaient durer aussi peu que 30 à 60 minutes (n=64) ou être d’une durée indéfinie (n=2). La grande majorité (84 %) des séances duraient de 30 minutes à une heure.

DURÉE DE LA PARTICIPATION AU PROGRAMME NOMBRE DE PARTICIPANTES
Venaient de débuter 6
1 - 2 mois 8
3 - 4 mois 5
5 - 6 mois 10
7 - 12 mois 11
13 - 18 mois 4
19 - 24 mois 6
25 - 30 mois 1
31 - 36 mois 2
+ 36 mois 2
programme abandonné 1
programme terminé 12

Douze FPPF dans la collectivité avaient terminé leur programme de counseling. Le plus fort contingent de participantes y étaient inscrites depuis 5 à 6 mois (n=10) ou depuis 7 à 12 mois (n=11). La durée de la participation aux programmes pouvait varier de presque nulle, dans le cas des débutantes (n=6), à plus de trois ans (n=2).

COMMENTAIRES DES SURVEILLANTS

• Nous aurions besoin de conseillers aptes à fournir, à prix modique, des services personnalisés pour venir en aide aux clientes qui ont été victimes d’abus sexuels ou de violence familiale ou qui ont des problèmes de toxicomanie. » (Prairies)

Il faudrait offrir des services personnalisés de counseling et de soutien. » (Prairies)

Aide en matière de gestion financière

Il n’y avait qu’un seul type de programme destiné à enseigner aux FPPF dans la collectivité comment gérer leurs finances. Toutes les femmes (100 %) qui y ont participé étaient tenues de le faire en vertu d’une condition de leur mise en liberté.

PROGRAMME NOMBRE DE PARTICIPANTES
Gestion financière 3
DURÉE DU PROGRAMME NOMBRE DE PROGRAMMES
1 - 2 mois 1
indéfinie 2

Les programmes étaient d’une durée de 1 à 2 mois (n=1) ou indéfinie (n=2).

DURÉE DE CHAQUE SÉANCE NOMBRE DE PROGRAMMES
31 -60 minutes 2
90 - 120 minutes 1

Les séances pouvaient durer aussi peu que 30 à 60 minutes et jusqu’à une heure et demie à deux heures.

FRÉQUENCE DE LA PARTICIPATION NOMBRE DE PROGRAMMES
1 / mois 1
2 / mois 2

Les programmes se donnaient à raison de une (n=1) ou de deux (n=2) séances par mois.

DURÉE DE LA PARTICIPATION AU PROGRAMME NOMBRE DE PARTICIPANTES
Venait de débuter 1
1 -2 mois 2

Une cliente venait de débuter le programme (n=1) et deux y participaient depuis 1 à 2 mois (n=2).

Programmes à l’intention des victimes de violence

Divers programmes étaient offerts aux victimes d’abus sexuels ou d’actes de violence. Au cours des trois dernières années, ces programmes ont été utilisés 12 fois par des FPPF dans la collectivité.

PROGRAMME NOMBRE DE PARTICIPANTES
Victimes d’abus sexuels 1
Groupe pour survivantes d’abus sexuels 1
Counseling destiné aux survivantes d’actes de violence 1
Victimisation sexuelle 1
Programme de soutien 1
Victimes de violence familiale 1
Groupe d’entraide - estime de soi 1
Maison de la découverte 1
Total 8

Undisplayed Graphic

Quarante pour cent des femmes qui participaient à un programme à l’intention des victimes d’actes de violence ou d’abus étaient tenues de le faire en vertu d’une condition de leur mise en liberté, tandis que 60 % le faisaient de leur propre gré.

DURÉE DU PROGRAMME NOMBRE DE PROGRAMMES
< 1 mois 1
3 - 4 mois 1
5 - 6 mois 1
indéfinie 4

La majorité des programmes étaient de durée indéfinie (n=4). Les autres programmes pouvaient être d’aussi courte durée que moins d’un mois (n=1) et d’aussi longue que de 5 à 6 mois (n=1).

FRÉQUENCE DE LA PARTICIPATION NOMBRE DE PROGRAMMES
2 / mois 1
3 / mois 1
4 / mois 6

La majorité des programmes se donnaient à raison de 4 séances par mois, ou d’une par semaine (n=6). Les deux autres programmes comportaient deux séances par mois dans un cas (n=1) et trois dans l’autre (n=1).

DURÉE DE CHAQUE SÉANCE NOMBRE DE PROGRAMMES
< 30 minutes 1
31 - 60 minutes 3
61 - 90 minutes 1
91 -120 minutes 1
121 - 151 minutes 1
+ 3 heures 1

Les séances pouvaient être d’aussi courte durée que moins de 30 minutes (n=1) et d’aussi longue que plus de trois heures (n=1). La plupart des séances duraient de 31 à 60 minutes (n=3).

DURÉE DE LA PARTICIPATION AU PROGRAMME NOMBRE DE PARTICIPANTES
1 - 2 mois 3
3 - 4 mois 1
5 - 6 mois 1
programme terminé 1
programme abandonné 1

La répartition des clientes en fonction de la durée de leur participation au programme était assez équilibrée. Dans certains cas (n=3), la participation était d’aussi courte durée que un à deux mois et, à l’autre extrémité, une cliente avait même terminé son programme.

COMMENTAIRES DES SURVEILLANTS

« Les femmes qui ont déjà été victimes d’abus sont exposées à se réengager dans d’autres relations dysfonctionnelles. » (Prairies)

Programmes à l’intention des auteurs d’actes de violence

Peu de FPPF étaient inscrites à des programmes s’adressant aux auteurs d’actes de violence.

PROGRAMME NOMBRE DE PARTICIPANTES
Maîtrise de la colère 2
Programme à l’intention des auteurs d’abus sexuels 1
Dérivatif à la violence 1
Total 4

Undisplayed Graphic

Cinquante pour cent des femmes qui, dans le but de parvenir à maîtriser leurs pulsions colériques, participaient à des programmes à l’intention des auteurs d’actes de violence étaient tenues de le faire en vertu d’une condition de leur mise en liberté.

DURÉE DU PROGRAMME NOMBRE DE PROGRAMMES
1 - 2 mois 1
Indéfinie 2

Deux programmes étaient d’une durée indéfinie (n=2). L’autre programme avait une durée d’environ 1 à 2 mois (n=1).

FRÉQUENCE DE LA PARTICIPATION NOMBRE DE PROGRAMMES
1 / mois 1
4 / mois 2

Deux des programmes étaient dispensés à raison de 4 séances par mois (n=2), ou, pour ainsi dire, une fois par semaine. L’autre programme se donnait à raison d’une séance par mois (n=1).

DURÉE DE CHAQUE SÉANCE NOMBRE DE PROGRAMMES
61 - 90 minutes 2
121 - 151 minutes 1

Les séances pouvaient être d’aussi courte durée que une heure à une heure et demie (n=2) et d’aussi longue que deux heures à deux heures et demi (n=1).

DURÉE DE LA PARTICIPATION AU PROGRAMME NOMBRE DE PARTICIPANTES
5 - 6 mois 1
31 - 36 mois 1
programme terminé 1

La répartition des clientes en fonction de la durée de leur participation au programme était équilibrée. Dans un cas, la participation était d’aussi courte durée que 5 à 6 mois (n=1), et, à l’autre extrémité, une cliente avait terminé son programme (n=1).

COMMENTAIRES DES SURVEILLANTS

On semble mettre l’accent sur les problèmes des femmes victimes plutôt que sur ceux des femmes responsables d’actes de violence. » (Prairies)

Il faudrait mettre en place un programme de maîtrise de la colère à l’intention des femmes seulement. » (Prairies)

• Il nous faudrait des programmes à l’intention des femmes responsables d’actes de violence. » (Prairies)

Toxicomanie

De nombreux programmes de lutte contre la toxicomanie sont offerts aux FPPF dans la collectivité. Quarante-six FPPF s’étaient inscrites à 75 sessions de ces programmes au cours des trois dernières années. Les programmes des Alcooliques anonymes (n=20) et de lutte contre la toxicomanie (n=29) sont les deux programmes qui ont eu la faveur du plus grand nombre de participantes.

PROGRAMME NOMBRE DE PARTICIPANTES
Traitement de la toxicomanie 29
Alcooliques Anonymes 20
Narcotiques Anonymes 5
Programme de lutte contre la toxicomanie offert par l’Armée du salut 4
OSAP/Choix 4
Programmes de lutte contre la dépendance 3
Centre pour femmes toxicomanes Amethyst 2
Prises d’échantillons d’urine 2
STEPS 1
Prog. pour toxicomanes - Foyer Addington 1
Prog. pour toxicomanes - Foyer Grant 1
House of Sophrosyne 1
Counseling AADAC 1
FAOS - Hôpital de Calgary 1
Total 75

Undisplayed Graphic

Une bonne majorité (69 %) des femmes qui avaient participé à des programmes de lutte contre la toxicomanie étaient tenues de le faire en vertu d’une condition de leur mise en liberté.

DURÉE DU PROGRAMME NOMBRE DE PROGRAMMES
< 1 mois 8
1 - 2 mois 10
3 - 4 mois 6
5 - 6 mois 3
7 - 12 mois 6
13 -18 mois 1
25 -30 mois 1
indéfinie 36

Un peu plus de la moitié des programmes avaient une durée indéfinie (n=36). Les autres programmes étaient de durée diverse, allant de moins d’un mois (n=8) jusqu’à 25 à 30 mois (n=1).

FRÉQUENCE DE LA PARTICIPATION NOMBRE DE PROGRAMMES
< 4 séances en tout 1
< 1 / mois 2
1 / mois 3
2 / mois 6
3 / mois 1
4 / mois 32
5 - 10 / mois 6
11 -20 / mois 5
à temps plein 12
selon le besoin 1

Près de la moitié des programmes (n=32) se donnaient en raison de 4 séances par mois, ou, pour ainsi dire, une fois par semaine. Selon le programme, le nombre des séances variait considérablement : l’un des programmes ne comportait en tout que quatre séances alors que d’autres (n=12) exigeaient une participation quotidienne.

DURÉE DE CHAQUE SÉANCE NOMBRE DE PROGRAMMES
< 30 minutes 6
31 - 60 minutes 12
61 - 90 minutes 7
91 -120 minutes 22
121 - 150 minutes 3
151 - 180 minutes 4
+ 3 heures 2
à plein temps 7
selon le besoin 2

La durée des séances variait de moins de 30 minutes (n=6) à toute la journée (n=7). Plus de la moitié des séances duraient entre 31 et 60 minutes (n=12) ou entre 91 et 120 minutes (n=22).

DURÉE DE LA PARTICIPATION AU PROGRAMME NOMBRE DE PARTICIPANTES
Venaient de débuter 4
1 - 2 mois 9
3 - 4 mois 2
5 - 6 mois 7
7 - 12 mois 6
13 - 18 mois 10
19 - 24 mois 3
25 - 30 mois 1
31 - 36 mois 2
+ 36 mois 1
programme terminé 19
programme abandonné 2

COMMENTAIRES DES SURVEILLANTS

Les détenues en liberté conditionnelle doivent avoir été des mois, voire un an, à s’abstenir d’alcool avant de pouvoir s’inscrire à un programme d’études ou de pouvoir travailler. » (Prairies)

Il faudrait organiser des réunions pour alcooliques et narcomanes anonymes. » (Atlantique)

Études et formation professionnelle

Vingt-huit femmes avaient participé à ce genre de programme. Les programmes éducatifs auxquels les FPPF étaient inscrites portaient divers noms, mais, dans bien des cas, leur contenu se recoupait. Les deux catégories de programmes : acquisition de compétences/counseling/préparation à l’emploi, et études et rattrapage scolaire attiraient à peu près le même nombre de participantes.

PROGRAMME NOMBRE DE PARTICIPANTES
Cours de recyclage 6
Formation 4
Programme de travaux pratiques 2
Éducation des adultes 2
Prog. de retour aux études Eacel 2
École commerciale 2
Tuteur individuel 2
Programme SUNTEP 1
CORCAN 1
Programme d’alphabétisation 1
Recherche d’emploi - CEC 1
Formation préparatoire à l’emploi - PFPE 1
Métiers industriels 1
Programme d’emploi CITE 1
Cours d’initiation au travail 1
Bénévolat 1
Perfectionnement professionnel 1
Acquisition de compétences sociales/ préparation à l’emploi 1
Correspondance 1
Prog. de recyclage 1
Collège Cambrian 1
Auto-formation 1
Programme Futures 1
Centre d’emploi 1
Awasis 1
Services d’orientation 1
Total 39

Undisplayed Graphic

La participation à la majorité des programmes éducatifs et de formation professionnelle (95 %) n’est pas une condition de la mise en liberté.

DURÉE DU PROGRAMME NOMBRE DE PROGRAMMES
< 1 mois 3
1 - 2 mois 5
3 - 4 mois 7
5 -6 mois 6
7 -12 mois 4
+ 36 mois 1
indéfinie 7

La durée des programmes variait de moins d’un mois (n=3) à plus de 36 mois. Certains pouvaient même se poursuivre indéfiniment (n=7). C’est dans le contingent des programmes d’une durée de 3 à 4 mois qu’on trouvait le plus grand nombre de programmes (n=7).

FRÉQUENCE DE LA PARTICIPATION NOMBRE DE PROGRAMMES
< 4 séances en tout 1
2 / mois 2
4 / mois 3
5 -10 / mois 3
16 - 20 / mois 14
à plein temps 12
selon le besoin 1

Dans la majorité des programmes, les participantes devaient s’engager à assister à 4 ou 5 séances par semaine (n=14) ou à s’y inscrire à plein temps (n=12). Certains programmes comptaient aussi peu que quatre séances pour tout le programme, tandis que d’autres exigeaient une présence quotidienne de huit heures (n=12).

DURÉE DE CHAQUE SÉANCE NOMBRE DE PROGRAMMES
< 30 minutes 2
31 - 60 minutes 3
91 - 120 minutes 2
+ 3 heures 18
journée entière (8 heures) 4

La durée de chaque séance variait de moins de 30 minutes (n=2) à huit heures par jour (n=4). Le groupe prédominant était le groupe des programmes de 3 heures ou plus (n=18).

DURÉE DE LA PARTICIPATION AU PROGRAMME NOMBRE DE PARTICIPANTES
Venaient de débuter 4
1 - 2 mois 5
3 - 4 mois 2
5 - 6 mois 2
7 -12 mois 5
programme terminé 10
programme abandonné 6

Le groupe prédominant de programmes d’études ou de formation professionnelle où l’on trouvait le plus grand nombre de participantes était celui des programmes complètement terminés (n=10). Dans les autres cas, la durée de fréquentation allait de presque nulle dans le cas des débutantes (n=4) à 7 à 12 mois (n=5).

Programmes suggérés

Voici un aperçu des suggestions qui nous ont été formulées concernant l’organisation éventuelle de programmes personnalisés. Il ne faut pas confondre ces programmes avec ceux qui devraient être établis dans la collectivité; il s’agit ici simplement des programmes que les surveillants ont proposés pour la ou les FPPF dont ils sont responsables. Il n’est pas nécessaire que le programme soit offert dans la collectivité. Aucune différence marquée n’a été observée quant aux suggestions formulées à cet égard dans les cinq régions respectives. La plupart des surveillants ont mentionné que la FPPF dont ils sont responsables devrait poursuivre sa formation scolaire (37 %), acquérir des compétences liées à son éventuelle intégration communautaire (35 %) ou être inscrite dans un programme de soutien à l’intention des victimes d’actes de violence (13 %). On trouvera, à l’Annexe H, la liste détaillée des programmes suggérés par les surveillants pour leur cliente.

NOMBRE/GENRE DE PROGRAMMES DEMANDÉS

GENRE DE

PROGRAMME

POURCENTAGE DE L’ENSEMBLE DES PROGRAMMES
Études/formation professionnelle 37
Acquisition de compétences liées à l’intégration communautaire 35
Programmes à l’intention des victimes de violence familiale 13
Lutte contre la toxicomanie 9
Counseling 2
Aide en matière de gestion financière 2
Programmes dispensés en résidence/par un organisme <1
Intervention d’un travailleur social/ d’un mentor/d’amis <1

On trouvera ci-après les raisons pour lesquelles les femmes ne participent pas aux programmes suggérés. Les motifs vont du manque d’intérêt (n=23) aux problèmes de santé (n=2). La raison la plus fréquemment invoquée pour justifier l’absence de participation d’une cliente était que le programme n’était pas offert dans son milieu (n=29). Fait à noter, le motif qui venait en second lieu était le manque d’intérêt manifesté par la cliente. Le manque de temps (n=17), des listes d’attente trop longues (n=10) et des problèmes liés aux modalités de la libération conditionnelle, contraintes à la liberté de déplacement (n=12), par exemple, étaient les autres raisons principales invoquées pour justifier que la cliente ne participe pas aux programmes.

RAISONS DE LA NON-PARTICIPATION DES FPPF

MOTIF NOMBRE DE FPPF
Programme non offert/manque de financement 29
Manque d’intérêt de la cliente 23
Conflit d’horaire/cliente trop occupée 17
Problèmes liés aux modalités de la libération conditionnelle 12
Liste d’attente/inscription récente 10
Exigences relatives au soin des enfants 4
Difficulté d’accès 3
Préfère attendre à plus tard 2
Problèmes de santé 2
Besoin de programme plus avancé 1