Service correctionnel du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Programmes pour les délinquantes

Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Les femmes purgeant une peine fédérale et les collectivités : une relation à rétablir

Section C - description du modèle provisoire de mécanisme d’intervention communautaire

Le mécanisme d’intervention communautaire pourrait être mis en marche sur demande (idéalement avant le prononcé de la peine), selon la situation de chaque FPPF, et refléter à la fois les intérêts des femmes et les préoccupations des collectivités. Le modèle est basé sur les principes suivants :

• la femme doit se sentir responsable de son plan de mise en liberté

• il faut cerner les intérêts et préoccupations de la femme et de la collectivité et assurer le soutien voulu

• la femme doit se sentir liée à une collectivité qui est importante compte tenu de l’infraction qu’elle a commise et de sa situation

• la participation de la collectivité doit contribuer autant que possible à réduire la période d’incarcération

• l’élaboration du plan de mise en liberté doit se faire au moment du prononcé de la peine

• la participation de la collectivité augmente l’estime de soi et le pouvoir d’agir de la collectivité et contribue à la prévention du crime.

Phase 1 - Au moment du prononcé de la peine (et idéalement avant celui), un cercle de justice communautaire est établi dans la collectivité d’origine de la femme. Le cercle est coordonné par l’intervenant en justice communautaire (IJC) no 1. Cet IJC est un membre concerné de la collectivité. L’IJC doit inviter la victime, la délinquante et les membres intéressés de la collectivité à participer au cercle. Celui-ci se réunit pour discuter de l’infraction, des rapports entre les participants et la délinquante, des causes du comportement de cette dernière, des mesures à prendre pour redresser la situation du point de vue tant de la victime que de la collectivité, des préoccupations de la délinquante et d’autres questions jugées importantes. La réunion est enregistrée sur bande vidéo.

Phase 2 - La peine est imposée à la femme. Ordinairement, celle-ci se rend dans la collectivité où elle doit être incarcérée. Dans cette autre collectivité, l’IJC no 2 rencontre la femme. Ensemble ils visionnent l’enregistrement. L’IJC offre d’aider la femme et commence à recruter des membres de la collectivité pour constituer un groupe local de soutien à la femme qui appuiera un processus destiné à accroître la responsabilité et à favoriser la guérison. L’IJC no 2 ne fait pas partie du groupe de soutien local.

Phase 3 - La femme est incarcérée. Le groupe de soutien local est composé de bénévoles. Ces derniers offrent un soutien individuel et en groupe à la femme pendant toute la durée de son incarcération. Ils facilitent la communication avec le cercle de justice communautaire de la collectivité d’origine.

Phase 4 - La femme purge sa peine et retourne ensuite dans sa collectivité d’origine. Le cercle de justice communautaire de la collectivité d’origine est prêt à l’accueillir et à l’appuyer pendant sa période de réinsertion et de rétablissement des liens avec la collectivité.

• Il revient à la femme de décider comment elle traitera avec les autorités correctionnelles et les services de libération conditionnelle en passant par les voies existantes.

• Si l’infraction n’a pas été commise dans la collectivité d’origine de la délinquante, il faudra prendre une décision quant à la participation des membres de la famille et des amis de la délinquante qui se trouvent dans la collectivité d’origine et quant à la manière de faire valoir les préoccupations des victimes dans la collectivité où l’infraction a été commise.

• Si la femme doit être mise en liberté dans une collectivité autre que sa collectivité d’origine, les deux groupes de soutien établis (le groupe local et le groupe de la collectivité d’origine) feront un effort concerté pour créer les liens requis en vue de la mise en liberté de la femme.

Mécanisme d’intervention communautaire

ÉTAPE
ENDROIT
PARTICIPANTS
OBJET







Prononcé

de la

peine


Collectivité d’origine de la femme
CERCLE DE JUSTICE COMMUNAUTAIRE

• Délinquante

(et/ou les personnes qui la connaissent)

• Victime (initialement)

(et/ou les personnes qui la connaissent)

• Représentants neutres de la collectivité

(p. ex., agents de police, intervenants communautaires, membres d’une communauté religieuse, propriétaires d’entreprise)

• Bénévoles

à titre de participants seulement

• Mis sur pied par l’intervenant en justice communautaire no 1

(par. ex., un membre du service de police, de la collectivité, d’une communauté religieuse)


• Cerner les préoccupations/

attentes respectives

• Élaborer le plan de soutien communautaire

pour la période d’incarcération de la femme et en vue de sa mise en liberté; ou proposer une solution de rechange à l’incarcération















Période d’incarcération
Collectivité où la femme est incarcérée
Intervenant en justice communautaire no 2

dans la collectivité

où la femme est

incarcérée


• Visionner le vidéo avec la femme

• Offrir une aide en ce qui a trait aux questions pertinentes pour la femme

• Aider la femme à entrer en communication avec le cercle local de soutien/soins



















• Recrute, prépare, coordonne, informe un groupe de soutien local

• pas un membre du groupe de soutien local





















Groupe de soutien local

(dont les membres sont des spécialistes des disciplines indiquées dans le plan, par ex., toxicomanie ou autre personnes disposées à favoriser et appuyer le processus de défense des intérêts)

• Participation bénévole des membres de ce groupe


• Assurer un soutien individuel et de groupe

• Évaluer la situation en évolution de la FPPF

• Communiquer avec le cercle de justice de la collectivité d’origine















Après la mise en liberté
Retour de la femme dans sa collectivité d’origine
CERCLE DE

JUSTICE

COMMUNAUTAIRE


• Accueillir la femme

• Être prêt à l’aider