Service correctionnel du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Programmes pour les délinquantes

Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Le rôle parental et les expériences de violence des délinquantes : Examen des évaluations initiales des délinquantes

Les responsabilités à l'endroit des enfants avant l'incarcération

Le tableau 4 montre quelles étaient les responsabilités des femmes à l'endroit de leurs enfants et les dispositions prises pour la garde de ces derniers avant l'incarcération. Dans les deux études, la différence entre le pourcentage de femmes qui étaient les principales prestataires de soins à leurs enfants n'est pas statistiquement significative [(_2 (1, N = 395) = 2,97, n.s.)]. Dans les deux cas, plus de la moitié des femmes ayant des enfants en étaient les premières responsables avant d'être incarcérées. Les résultats du Sondage indiquent qu'avant l'incarcération, 62,4 % des femmes ayant des enfants vivaient à temps plein avec au moins l'un d'entre eux, à titre de chef de famille monoparentale ou avec un conjoint (père de l'enfant), tandis que dans l'Examen des EI, ce pourcentage est de 52,1 %.

Tableau 4

Dispositions prises pour la garde des enfants avant l'incarcération de la mèrea

   

Sondage auprès des FPPF

(N=109)

Examen des EI

(N=286)b

 

n

%

n

%

Sont grands et vivent seuls

8

(7,3)

34

(11,9)

Au moins un avec elle

58

(53,2)

99

(34,6)

Avec elle et le père

10

(9,2)

50

(17,5)

Avec ex-mari ou ex-conjoint de faitc

10

(9,2)

30

(10,5)

Avec grands-parents, etc.

12

(11,0)

38

(13,3)

Avec un ou une amie

3

(2,8)

2

(0,7)

Tous placés ou donnés en adoption

8

(7,3)

14

(4,9)

Remarque. Dans l'Examen des EI, des femmes peuvent être représentées plus d'une fois dans certaines catégories, puisque les dispositions prises pour la garde des différents enfants ne sont pas toujours les mêmes. C'est la raison pour laquelle le total des pourcentages n'est pas égal à 100.

a Outre les dispositions prises pour la garde des enfants énumérées dans le Sondage, d'autres sont indiquées dans l'Examen des EI, notamment les suivantes : un enfant ou plus vit avec des personnes apparentées (17), foyers d'accueil ou Société d'aide à l'enfance (33), au moins un enfant a été donné en adoption en bas âge (28)

b Dans les cas de 39 femmes, tous les renseignements concernant les enfants n'étaient pas indiqués.

c Dans l'Examen des EI, l'ex-mari ou l'ex-conjoint de fait est le père de l'enfant. Cette précision n'est pas fournie dans le Sondage.

Les résultats du Sondage indiquent que la plupart des femmes qui étaient les principales prestataires de soins à leur enfant (ou à leurs enfants) avant l'incarcération (68 femmes) étaient chefs de famille monoparentale (58 femmes, soit 85,3 %), mais qu'elles étaient moins nombreuses à vivre avec leur enfant (ou leurs enfants) et le père de celui-ci ou de ceux-ci (10 femmes, soit 14,7 %). En comparaison avec le Sondage, l'Examen des EI révèle qu'une plus faible proportion des femmes qui étaient les principales prestataires de soins à leurs enfants (149), étaient parents uniques (99 femmes, soit 66,4 %), tandis que, proportionnellement, davantage de femmes vivaient avec leur enfant (ou leurs enfants) et le père de celui-ci ou de ceux-ci (50 femmes, soit 33,5 %). Ces différences sont statistiquement significatives [(_2 (1, N = 217) = 7,38, p> 0,01)] et indiquent que, dans la présente étude, une plus forte proportion de femmes, principales prestataires de soins à leurs enfants avant l'incarcération, vivaient alors avec leur enfant et un conjoint (père de l'enfant) au lieu d'être chefs de famille monoparentale.