Service correctionnel du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Programmes pour les délinquantes

Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Le rôle parental et les expériences de violence des délinquantes : Examen des évaluations initiales des délinquantes

Les fugues et les foyers d'accueil

Les dossiers de 52 femmes indiquent qu'elles se sont enfuies de la maison avant leur majorité. Dans la plupart des cas, ces fugues sont associées à des familles dysfonctionnelles et violentes. Les expériences vécues après avoir quitté la maison nous apprennent que bien souvent les fugues ne font qu'exposer les femmes à d'autres mauvais traitements et à des agresseurs différents et ne leur permettent pas de vivre dans un milieu plus sécuritaire. D'autres femmes, moins nombreuses cependant, déclarent ne pas avoir subi de violence dans le milieu où elles ont grandi, ce qui ne les a pas empêchées de s'enfuir de la maison. Les principales raisons fournies pour avoir quitté la maison sont les suivantes : " accompagner des amis " et " faire l'expérience de se débrouiller seules ". Compte tenu de la faible taille de l'échantillon et du caractère souvent incomplet des données disponibles sur ce sujet d'une part, et de la signification que ces événements peuvent avoir dans la vie des femmes d'autre part, il y aurait lieu de pousser plus loin l'étude du rapport qui existe entre la qualité du milieu de l'enfance et le risque que les femmes s'enfuient de chez elles.

Les dossiers de 77 femmes indiquent qu'elles ont été enlevées à leurs parents pour être confiées à des familles d'accueil pendant une partie ou la majeure partie de leur enfance. L'examen des motifs pour lesquels de telles mesures ont été prises révèle que, pendant leur enfance, ces femmes ont souvent été placées en famille d'accueil parce qu'on avait pu établir qu'elles étaient négligées ou violentées par l'un de leurs parents ou par les deux. Cependant, dans certains cas, il est indiqué que la femme était une enfant difficile qui avait des problèmes de comportement et (ou) que les parents avaient eux-mêmes demandé à ce qu'elle soit confiée à une famille d'accueil parce qu'ils n'en venaient pas à bout. Dans certains cas, les femmes affirment avoir été un " fardeau " pour leurs parents ou avoir été " envoyées " en famille d'accueil pour des motifs " disciplinaires ". Ces expériences peuvent avoir des répercussions d'une importance capitale sur la vie des femmes. Cependant, de tels renseignements ne sont disponibles que pour un très petit échantillon, d'où la nécessité de pousser plus loin l'étude de cette question.