Service correctionnel du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Programmes pour les délinquantes

Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

TABLEAUX TYPOLOGIQUES

Les tableaux ci-dessous affichent les caractéristiques distinctes des homicides selon la réponse la plus fréquente aux questions portant sur chacune des quatre principales catégories ou types d'homicide, qui représentent 131 des 181 cas faisant partie de l'échantillon.

Le pourcentage des réponses est indiqué pour chaque facteur, ainsi que le nombre de cas qui a permis d'établir ce pourcentage. Nous avons procédé à des analyses du chi carré pour déterminer les différences éventuelles entre les groupes. Les différences fiables sont indiquées par une astérisque (*). Toutefois, il importe de signaler que certaines différences significatives seront évidentes, étant donné la nature des questions. Par exemple, dans le cas de la relation entre la délinquante et la victime dans le contexte d'un homicide d'enfant, il s'agit de toute évidence de l'enfant de la délinquante ou d'un enfant dont elle a la garde. En outre, étant donné la petite taille de certains échantillons, il faut interpréter les résultats avec circonspection.

En ce qui a trait aux données sur la race, 66,2 % des femmes étaient de race blanche, 26,2 % étaient des Autochtones, 3,8 % étaient de race noire, 1,5 % étaient asiatiques et 2,3 %, d'une autre race. À nouveau, ces pourcentages témoignent de la surreprésentation des femmes autochtones. En effet, plus des deux tiers (64,7 %) des 26,2 % de femmes autochtones avaient été condamnées pour homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait.

Fait intéressant, 81,1 % des victimes étaient de la même race que la délinquante, ce dont attestent les résultats de recherche antérieurs dont fait état le document intitulé L'homicide au Canada; un tableau synoptique (Statistique Canada, 1976).

Tableau 12

Race

Vol

Conjoint

Enfant

Défense

Race de la délinquante

%

(N=50)

%

(N=45)

%

(N=26)

%

(N=10)

Blanche

Autochtone

Noire

Asiatique

Autre

52,0

44,0

2,0

0,0

2,0

68,9

17,8

4,4

4,4

2,2

84,6

3,8

7,7

0,0

3,8

70,0

30,0

0,0

0,0

0,0

Race de la victime

%

(N=37)

%

(N=37)

%

(N=23)

%

(N=9)

Blanche

Autochtone

Noire

Asiatique

Autre

67,6

24,3

2,7

2,7

2,7

89,2

5,4

4,3

2,7

0,0

91,3

-

4,3

-

4,3

88,9

-

-

-

11,1

Quant à la situation de la délinquante au moment de l'homicide, un test statistique a révélé des différences importantes dans l'âge des femmes condamnées pour homicide du conjoint et de celles condamnées pour un homicide entrant dans l'une des autres catégories. Les femmes condamnées pour homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait n'avaient pas de revenu plus souvent que celles condamnées pour un autre type d'homicide. Les femmes reconnues coupables d'homicide d'un enfant et d'homicide du conjoint avaient un revenu provenant d'un emploi plus souvent que celles reconnues coupables d'homicide lors au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait ou d'un homicide par défense contre des voies de fait.

Pour ce qui est de l'emploi, l'industrie du sexe était une source d'emploi plus souvent pour les femmes condamnées d'homicide par défense contre des voies de fait, et en deuxième lieu pour celles condamnées pour homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait que pour les femmes condamnées pour homicide du conjoint ou d'un enfant.

Une analyse du niveau de scolarité atteint par la délinquante au moment de l'homicide a révélé que les femmes condamnées pour homicide du conjoint ou d'un enfant avaient plus souvent fait des études secondaires que celles condamnées pour l'un des deux autres types d'homicide. Pour plus de détails sur le revenu, l'emploi et la scolarité, voir le tableau 1.

Tableau 13

Situation de la délinquante au moment de l'homicide

Vol

N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Âge moyen *(Anova)

N=49

N=45

N=26

N=10

 

27,2 ans

36 ans

29,7 ans

25,5 ans

Revenu*

%

(N=43)

%

(N=42)

%

(N=24)

%

(N=10)

Aide sociale

Pas de revenu

Revenu provenant de l'emploi

Revenu provenant d'activités illégales

Dépendante d'autrui

51,1

16,3

18,6

14,0

0,0

40,5

2,4

33,3

2,4

21,4

41,7

0,0

37,5

0,0

30,8

50,0

0,0

10,0

30,0

10,0

Situation professionnelle*

%

(N=48)

%

(N=40)

%

(N=23)

%

(N=10)

Sans emploi

Employée

Emploi temporaire- occasionnel

Travaille à son compte

Industrie du sexe

Étudiante

60,4

8,3

4,2

2,1

22,9

2,1

55,0

30,0

5,0

5,0

2,5

2,5

56,5

21,7

4,3

13,0

4,3

0,0

40,0

10,0

10,0

0,0

40,0

0,0

Test du chi carré = *p<,001

Tableau 14

Situation de la délinquante au moment de l'homicide

Vol N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Niveau de scolarité atteint*

%

(N=47)

%

(N=41)

%

(N=25)

%

(N=10)

Scolaire inférieure à la 6e année

7e à 11e année

12e année - études second. terminées

Études postsecondaires

8,5

78,7

12,8

0,0

12,2

48,8

17,1

22,0

12,0

68,0

8,0

12,0

0,0

90,0

10,0

0,0

Test du chi carré = *p<,001

Excluant la catégorie «homicide du conjoint», les femmes condamnées pour homicide d'un enfant étaient plus souvent mariées que celles ayant commis un homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait ou un homicide par défense contre des voies de fait.

Pour ce qui est du nombre d'enfants qu'avaient les délinquantes au moment de l'infraction, celles condamnées pour homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait n'avaient pas d'enfant plus souvent que celles condamnées pour l'un des trois autres types d'homicide. Le tableau 2 contient de plus amples renseignements sur l'état civil et le nombre d'enfants des délinquantes.

Tableau 15

Situation de la délinquante au moment de l'homicide

Vol N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

État civil*

%

(N=49)

%

(N=45)

%

(N=26)

%

(N=9)

Célibataire

Mariée

Conjointe de fait

Divorcée

Séparée

Veuve

49,0

8,2

28,6

8,2

4,1

2,0

0,0

44,4

26,9

4,4

13,3

0,0

26,9

34,6

26,9

3,8

3,8

3,8

77,8

0,0

11,1

11,1

0,0

0,0

Nombre d'enfants

%

(N=48)

%

(N=45)

%

(N=25)

%

(N=10)

Aucun

1 enfant

2 enfants

3 enfants

4 enfants ou plus

41,7

31,3

8,3

6,3

12,6

22,2

20,0

22,2

17,8

17,8

16,0

20,0

28,0

24,0

12,0

40,0

20,0

20,0

10,0

10,0

Test du chi carré = *p<,001

Pour ce qui est des conditions de vie de la délinquante au moment de l'homicide, les femmes reconnues coupables d'homicide de leur conjoint et d'un enfant habitaient avec leur victime plus souvent que les femmes condamnées pour homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait ou d'un homicide par défense contre des voies de fait. D'ailleurs, aucune des femmes reconnues coupables d'un homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait ou d'un vol par défense contre des voies de fait n'habitait avec sa victime au moment de l'infraction. Voir le tableau 3 pour de plus amples détails concernant les conditions de la vie de la délinquante au moment de l'infraction.

Tableau 16

Situation de la délinquante au moment de l'homicide

Vol

N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Conditions de vie*

%

(N=46)

%

(N=42)

%

(N=25)

%

(N=9)

Habitait seule

Habitait avec conjoint-ami de coeur

Habitait avec enfants seulement

Habitait avec parents

Habitait avec conjoint & enf.

Habitait avec d'autres membres de la famille

Habitait avec des colocataires

Habitait avec enf. & famille

Divers

23,9

21,7

6,5

10,9

10,9

6,5

2,2

2,2

15,2

4,8

61,9

4,8

2,4

16,7

0,0

2,4

2,4

4,8

16,0

8,0

12,0

0,0

56,0

4,0

0,0

0,0

4,0

11,1

22,2

22,2

0,0

11,1

0,0

22,2

0,0

11,1

Cohabitation avec la victime*

%

(N=50)

%

(N=45)

%

(N=25)

%

(N=10)

Oui

Non

0,0

100,0

75,6

24,2

64,0

36,0

0,0

100,0

Test du chi carré = *p<,001

Étant donné le consensus général dans les écrits dans ce domaine selon lequel il convient d'examiner le comportement criminel des femmes dans le contexte de leur réalité sociale, la section qui suit porte sur les antécédents sociaux des délinquantes.

Même si le test du chi carré n'a pas permis d'établir de différences fiables en ce qui a trait aux antécédents de troubles mentaux de ces femmes, une tendance statistique s'est dégagée selon laquelle les femmes reconnues coupables d'homicide d'un enfant avaient plus souvent des problèmes de santé mentale que celles ayant commis un homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait.

Pour ce qui est de la toxicomanie, les femmes condamnées pour homicide par défense contre des voies de fait et pour homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait avaient des antécédents de toxicomanie plus souvent que les femmes condamnées pour homicide du conjoint ou pour homicide d'un enfant. Aucune différence statistique n'a été relevée quant au type de toxicomanie; toutefois, les femmes condamnées pour homicide par défense contre des voies de fait et pour homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait, de façon générale, avaient plus souvent des problèmes liés à la consommation de plusieurs substances différentes que les femmes ayant commis un homicide d'un enfant. Toutefois, les femmes condamnées pour homicide du conjoint avaient plus souvent des problèmes d'alcool que celles qui avaient tué pour se défendre contre des voies de fait.

Tableau 17

Antécédents sociaux de la délinquante

Vol N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Antécédents de troubles mentaux

%

(N=46)

%

(N=43)

%

(N=25)

%

(N=9)

Oui

Non

28,3

71,7

34,9

65,1

40,0

60,0

33,3

66,7

Antécédents de toxicomanie*

%

(N=48)

%

(N=45)

%

(N=24)

%

(N=10)

Oui

Non

91,7

8,3

60,0

40,0

33,3

66,7

90,0

10,0

Type de toxicomanie

%

(N=44)

%

(N=27)

%

(N=8)

%

(N=9)

Alcool seulement

Drogue seulement

Alcool et drogue

18,2

13,6

68,2

48,1

11,1

40,7

37,5

25,0

37,5

11,1

11,1

77,8

Test du chi carré = *p<,001


Étant donné la petite taille des échantillons, il est difficile d'établir des différences statistiques en ce qui a trait aux antécédents d'agression sexuelle et de violence physique et psychologique. Toutefois, les données descriptives permettent de dégager une tendance selon laquelle les femmes condamnées d'homicide par défense contre des voies de fait, suivies de celles condamnées pour homicide du conjoint et homicide d'un enfant, avaient plus souvent des antécédents de violence que les femmes ayant commis un homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait.

La nature de la relation entre l'agresseur et la délinquante variait; cependant, les résultats de la présente étude révèlent que les femmes condamnées pour homicide du conjoint ont plus souvent été victimes de violence aux mains de leur conjoint actuel ou précédent que celles condamnées pour homicide d'un enfant. Les parents avaient été les agresseurs plus souvent dans le cas des femmes condamnées pour homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait que dans le cas des femmes condamnées pour homicide du conjoint.

Comme on pouvait s'y attendre, la question de savoir si la victime avait maltraité la délinquante présentait aussi un certain intérêt. La catégorie «homicide d'un enfant» mise à part, les femmes qui ont tué leur conjoint avaient plus souvent été victimes de violence de la part de leur victime que celles condamnées pour homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait. Le tableau 5 résume les données recueillies sur l'agression sexuelle et la violence physique et psychologique.

Tableau 18

Antécédents sociaux de la délinquante

Vol N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Antécédents d'agression sexuelle, de violence physique et psychologique

%

(N=50)

%

(N=26)

%

(N=26)

%

(N=10)

Oui

Non

80,0

20,0

86,7

13,3

84,6

15,4

90,0

10,0

Relation entre l'agresseur et la délinquante

%

(N=39)

%

(N=36)

%

(N=22)

%

(N=9)

Agresseur non précisé

(Beaux-) parents

(Ex-) maris

(Anciens) amis de coeur

Autre membre de la famille + autres

(Ancien) conjoint et (beaux-) parents

(Ancien) conjoint et autres membres de la famille

(Ancien) conjoint et pers. non apparentées

(Beaux-) parents + famille

Personnes non apparentées

Divers - autres agresseurs

15,8

21,1

15,8

7,9

2,6

2,6

5,3

2,6

7,9

7,9

10,5

0,0

0,0

56,4

5,1

2,6

15,4

7,7

5,1

0,0

0,0

7,7

9,1

9,1

27,3

0,0

9,1

0,0

9,1

9,1

4,5

13,6

9,1

0,0

11,1

0,0

0,0

22,2

11,1

0,0

0,0

0,0

11,1

44,4

Violence infligée par la victime*

%

(N=48)

%

(N=43)

%

(N=25)

%

(N=8)

Oui

Non

4,2

95,8

76,7

23,3

0,0

100

37,5

62,5

Test du chi carré = *p<,001

Il est intéressant aussi d'examiner les antécédents criminels de la délinquante. Les résultats révèlent que, comme dans le cas des résultats concernant l'âge de la délinquante au moment de l'homicide, les femmes condamnées pour homicide du conjoint étaient généralement plus âgées que celles condamnées pour homicide par défense contre des voies de fait. Pour ce qui est des condamnations antérieures, les femmes condamnées pour homicide d'un enfant, suivies de celles condamnées pour homicide du conjoint, avaient moins souvent des condamnations antérieures que celles condamnées pour homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait et que celles condamnées pour homicide par défense contre des voies de fait. On trouvera au tableau 6 la ventilation des différents types de condamnations antérieures.

Tableau 19

Antécédents criminels de la délinquante

Vol N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Âge moyen* (Anova)

N=45

N=44

N=24

N=10

 

21,7 ans

31,7 ans

27,9 ans

19,5 ans

Condamnations antérieures*

%

(N=47)

%

(N=45)

%

(N=24)

%

(N=10)

Oui

Non

72,3

27,7

46,7

53,3

29,2

70,8

70,0

30,0

Condamnations antérieures pour :

%

(N=33)1

%

(N=19)2

%

(N=7)

%

(N=6)3

Avoir troublé la paix

Avoir perturbé la procédure judiciaire

Infractions liées au vol

Préjudice - menace de préjudice

Meurtre

Infractions liées à la drogue & et l'alcool

52,9

57,6

66,7

48,5

3,0

45,5

78,9

57,9

57,1

31,6

11,1

26,3

28,6

28,6

57,1

28,6

0,0

14,3

100,0

83,3

100,0

66,7

16,7

50,0

1. N varie de 33 à 34 2. N varie de 18 à 21 3. N varie de 6 à 7

Test du chi carré = *p<,001

Même si les analyses n'ont pas révélé de différences fiables, de façon générale, les femmes reconnues coupables d'homicide d'un enfant s'étaient plus souvent vues infliger uniquement des peines non privatives de liberté comparativement aux autres groupes. Toutefois, les femmes condamnées pour homicide par défense contre des voies de fait s'étaient plus souvent vues infliger à la fois des peines privatives de liberté et des peines non privatives de liberté que les femmes condamnées pour homicide d'un enfant. Le tableau 7 donne des détails sur le type de peine infligée selon le type d'infraction.

Tableau no 20

Antécédents criminels de la délinquante

Vol

N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Peine imposée pour infraction antérieure

%

(N=32)

%

(N=20)

%

(N=7)

%

(N=7)

Non privative de liberté

Privative de liberté

Les deux - privative et non privative de liberté

31,3

6,3

62,5

30,0

15,0

55,0

85,7

0,0

14,3

0,0

0,0

100,0

Nous avons examiné aussi les renseignements concernant l'infraction à l'origine de la peine actuelle ainsi que l'information juridique sur la délinquante. Les femmes condamnées pour homicide du conjoint ont plus souvent été reconnues coupables de meurtre au premier degré que celles condamnées pour homicide par défense contre des voies de fait. Autre fait intéressant, les femmes condamnées pour homicide par défense contre des voies de fait ont été reconnues coupables d'homicide plus souvent que celles condamnées pour homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait. Cependant, le test du chi carré n'a pas révélé de différences fiables.

Comparativement aux autres groupes, les femmes condamnées pour homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait avaient plus souvent des démêlés avec la justice au moment de l'infraction que les femmes condamnées pour homicide d'un enfant. Toutefois, il importe de signaler que la majorité des femmes, quel que soit le type d'homicide pour lequel elles avaient été condamnées, n'avaient pas de démêlés avec la justice au moment où elles ont commis l'homicide. À nouveau, le test statistique n'a pas révélé de différences fiables.

Tableau 21

Infraction à l'origine de la peine actuelle - Information juridique

Vol

N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Type de condamnation pour homicide

%

(N=50)

%

(N=45)

%

(N=26)

%

(N=10)

Meurtre au premier degré

Meurtre au deuxième degré

Homicide involontaire coupable

Meurtre non qualifié

Meurtre qualifié

Meurtre réduit

2,0

52,0

38,0

8,0

0,0

0,0

11,1

37,8

42,2

2,2

2,2

4,4

3,8

50,0

38,5

7,7

0,0

0,0

0,0

50,0

50,0

0,0

0,0

0,0

Situation juridique

%

(N=46)

%

(N=41)

%

(N=24)

%

(N=10)

En liberté sous caution - en liberté conditionnelle - incarcérée

Pas de démêlés avec la justice

23,9

76,1

17,1

82,9

8,3

91,7

10,0

90,0

Durée de la peine

%

(N=50)

%

(N=45)

%

(N=26)

%

(N=10)

2 à 6 ans moins 1 jour

6 à 10 ans moins 1 jour

10 à 20 ans

À perpétuité

14,0

16,0

8,0

62,0

22,1

6,6

15,5

55,6

23,0

7,6

7,6

61,5

30,0

20,0

0,0

50,0

Par ailleurs, nous avons examiné les caractéristiques des victimes. Les analyses ont révélé que les victimes des femmes condamnées pour homicide par défense contre des voies de fait étaient souvent plus âgées que celles des femmes condamnées pour homicide du conjoint. Son exclues, bien entendu, les victimes d'homicide d'un enfant.

Les homicides d'enfants comptaient deux victimes plus souvent que les autres types d'homicide. En outre, les victimes étaient plus souvent de sexe féminin que dans le cas des homicides commis par défense contre des voies de fait.

Excluant les homicides d'un enfant et du conjoint (cas dans lesquels la relation entre la victime et la délinquante est tout à fait évidente), les clients d'une prostituée étaient plus souvent les victimes d'homicide par défense contre des voies de fait que d'homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait. Le tableau 9 comprend plus de détails sur la nature de la relation entre la victime et le délinquant.

Tableau 22

Caractéristiques des victimes

Vol

N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Âge moyen* (Anova)

N=38

N=39

N=25

N=8

 

45,6 ans

39,7 ans

5,8 ans

49,2 ans

Nombre de victimes*

%

(N=50)

%

(N=45)

%

(N=26)

%

(N=10)

1 victime

2 victimes

100,0

0,0

100,0

0,0

88,5

11,5

100,0

0,0

Sexe de la victime*

%

(N=50)

%

(N=45)

%

(N=26)

%

(N=10)

Homme

Femme

1 homme/ 1 femme

74,0

26,0

0,0

95,6

4,4

0,0

50,0

46,2

3,8

100,0

0,0

0,0

Relation entre la victime et la délinquante

%

(N=50)

%

(N=45)

%

(N=26)

%

(N=10)

Conjoint de fait

Mari

Ex-mari

Ami(e) de coeur

Enfant(s) de la délinquante

Client ( prostitution)

Personne inconnue de la délinquante

Connaissance

Parent de la délinquante ou du conjoint

Ami-amant éventuel

Beau-fils-belle-fille - enfant placé chez la dél. ou sous sa garde

Agent de police - membre du personnel du foyer de groupe

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

8,0

14,0

64,0

4,0

6,0

0,0

4,0

33,3

53,3

8,9

4,4

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

50,0

0,0

0,0

3,8

7,7

0,0

38,5

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

40,0

10,0

50,0

0,0

0,0

0,0

0,0

Test du chi carré = *p<,001

Comme on pouvait s'y attendre, les conflits antérieurs avec la victime étaient présents plus souvent dans le cas de l'homicide du conjoint que dans l'homicide par défense contre des voies de fait. La petite taille des échantillons a empêché de faire des comparaisons entre les groupes sur la nature de ces conflits. Toutefois, la victime avait plus souvent maltraité la délinquante dans l'homicide du conjoint et moins souvent dans les autres types d'homicide. La violence de la délinquante à l'égard de la victime était mentionnée plus souvent dans l'homicide d'un enfant que dans les autres types d'homicides. Le tableau 10 fournit d'autres renseignements sur les différents types de conflits.

Tableau 23

Caractéristiques des victimes

Vol

N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Antécédents de conflits ou de violence*

%

(N=48)

%

(N=45)

%

(N=24)

%

(N=9)

Oui

Non

6,3

93,8

88,9

11,1

37,5

62,5

0,0

100

Type de conflit ou de violence

%

(N=0)

%

(N=40)

%

(N=9)

%

(N=3)

Dispute au sujet de la relation

Autres disputes

La victime a maltraité la délinquante

La délinquante a maltraité la victime

Délinquante et victime violentes l'une envers l'autre

La délinquante a harcelé la victime

Instigateur de la violence antérieure inconnu

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

15,0

10,0

52,5

5,0

10,0

5,0

2,5

11,1

0,0

0,0

88,9

0,0

0,0

0,0

0,0

66,7

0,0

0,0

0,0

33,3

0,0

Test du chi carré = *p<,001

Nous avons relevé des différences significatives en ce qui a trait à la participation probable d'un coaccusé. Le coaccusé était impliqué plus souvent dans un homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait que dans l'homicide d'un enfant. Toutefois, les analyses n'ont pas révélé de différences fiables en ce qui a trait au sexe et au nombre des coaccusés. Un coaccusé de sexe masculin était impliqué dans l'homicide d'un enfant plus souvent que dans l'homicide par défense contre des voies de fait. Une coaccusée était impliquée plus souvent dans l'homicide par défense contre des voies de fait.

À nouveau, étant donné la petite taille des échantillons, les analyses statistiques ne sont pas valides. Toutefois, d'après les données descriptives recueillies, un tueur à gage était plus souvent impliqué dans l'homicide du conjoint que dans les autres types d'homicides. L'ami de c_ur était aussi plus souvent coaccusé dans l'homicide du conjoint que dans l'homicide d'un enfant et l'homicide par défense contre des voies de fait. Le tableau 11 fournit d'autres renseignements concernant la relation entre le coaccusé et la délinquante.

Tableau 24

Caractéristiques des coaccusés

Vol

N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Participation du coaccusé*

%

(N=50)

%

(N=45)

%

(N=26)

%

(N=10)

Oui

Non

72,0

28,0

26,7

73,3

19,2

80,8

30,0

70,0

Relation entre le coaccusé et la délinquante

%

(N=36)

%

(N=12)

%

(N=5)

%

(N=3)

(Ex-) conjoint

(Ancien) ami(e) de coeur

Ami-connaissance

Ami-amant éventuel

Membre(s) de la famille

Membre(s) de la famille et autres

(Ex-) conjoint - ami de c_ur + autres

Tueur à gage

5,6

13,9

30,6

27,8

8,3

5,6

8,3

0,0

0,0

33,3

25,0

0,0

8,3

8,3

16,7

8,3

40,0

0,0

20,0

0,0

20,0

20,0

0,0

0,0

0,0

0,0

66,7

33,3

0,0

0,0

0,0

0,0

Test du chi carré = *p<,001

Il est intéressant, par ailleurs, d'examiner le contexte de l'homicide. Un test du chi carré a révélé certaines différences significatives. Dans le cas de l'homicide du conjoint, plus souvent que dans le cas de tout autre type d'homicide, ce contexte tenait aux problèmes dans la relation de la délinquante avec la victime. D'autres facteurs amenant la délinquante à passer ses frustrations sur la victime entraient en cause plus souvent dans le contexte de l'homicide d'un enfant que dans celui de l'homicide du conjoint et de l'homicide par défense contre des voies de fait. Le tableau 12 donne plus de détails sur le contexte de l'homicide.

Quant à l'instigateur (ou l'auteur) de l'homicide, la délinquante et le coaccusé ont tous deux activement causé la mort de la victime plus souvent dans l'homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait que dans l'homicide du conjoint. La délinquante seule était plus souvent l'instigatrice dans le contexte de l'homicide d'un enfant, suivi de l'homicide par défense contre des voies de fait, que dans l'homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait.

Tableau 25

Détails de l'homicide

Vol N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Contexte de l'homicide*

%

(N=50)

%

(N=42)

%

(N=26)

%

(N=10)

Dispute avec la victime

Vol de la victime

Voies de fait - violence contre la victime

Défense contre les voies de fait de la victime

Exaspérée au sujet de sa relation avec la victime

Exaspérée par d'autres facteurs

Se venge de mauvais traitements sexuels

Problèmes d'argent

Fuit la police

12,0

54,0

18,0

0,0

0,0

2,0

2,0

10,0

2,0

19,0

0,0

7,1

14,3

50,0

0,0

2,4

7,1

0,0

3,8

3,8

38,5

0,0

0,0

53,8

0,0

0,0

0,0

10,0

0,0

0,0

90,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

Instigateur de l'homicide*

%

(N=50)

%

(N=45)

%

(N=26)

%

(N=10)

Délinquante

Coaccusé

Délinquante et coaccusé

32,0

20,0

48,0

73,3

7,7

6,7

84,6

7,7

7,7

80,0

0,0

20,0

Test du chi carré = *p<,001

Pour ce qui est de la situation ou de l'activité de la victime au moment de l'infraction, la victime se disputait avec la délinquante le plus souvent dans l'homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait, suivi de l'homicide du conjoint et de l'homicide d'un enfant, que dans l'homicide par défense contre des voies de fait. La victime assaillait la délinquante plus souvent dans l'homicide par défense contre des voies de fait que dans les autres types d'homicides. Les victimes qui étaient plus passives, par exemple qui étaient endormies ou inconscientes au moment de l'infraction, étaient plus souvent victimes d'homicide du conjoint et d'homicide d'un enfant que d'un homicide par défense contre des voies de fait. Le tableau 13 fournit d'autres détails sur l'activité de la victime au moment de l'infraction.

Tableau n26

Détails de l'homicide

Vol

N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Situation/ activité de la victime*

%

(N=46)

%

(N=42)

%

(N=24)

%

(N=10)

Se dispute avec la délinquante

Se dispute avec le coaccusé - l'assaille

Assaille la délinquante

Endormie - inconsciente

Pleure - a de la difficulté à respirer

Au travail - en fonction

Engagée dans des activités sexuelles

Autre 22

26,1

13,0

2,2

13,0

0,0

6,5

4,3

34,8

19,0

4,8

7,1

33,3

0,0

0,0

0,0

35,7

8,3

0,0

0,0

33,3

25,0

0,0

0,0

33,3

0,0

20,0

80,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

Test du chi carré = *p<,001

Les analyses n'ont révélé aucune différence statistique en ce qui concerne le lieu de l'homicide. Toutefois, les données descriptives montrent que l'homicide est souvent commis dans une résidence privée. L'homicide a plus souvent été commis à la résidence de la victime et de la délinquante dans le cas de l'homicide du conjoint, suivi de l'homicide d'un enfant, que dans l'homicide par défense contre des voies de fait et l'homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait. Le tableau 14 donne des détails quant au lieu de l'homicide.Tableau 27

Détails de l'homicide

Vol

N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Lieu de l'homicide

%

(N=50)

%

(N=44)

%

(N=25)

%

(N=10)

Résidence de la délinquante

Résidence du coaccusé

Résidence de la victime

Résidence de la délinquante-victime

Résidence de la délinquante-coaccusé

Résidence - membre de la famille de la délinquante

Résidence - membre de la famille de la victime

Résidence - connaissance mutuelle

Lieu de travail de la victime

Restaurant-bar

Voiture - garage de stationnement

Extérieur

Hôtel - maison de chambres

Établissement

2,0

4,0

56,0

0,0

2,0

4,0

0,0

8,0

2,0

0,0

6,0

12,0

2,0

2,0

9,1

0,0

11,4

61,4

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

2,3

6,8

9,1

0,0

0,0

8,0

0,0

12,0

52,0

4,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

4,0

8,0

0,0

12,0

0,0

0,0

60,0

0,0

0,0

0,0

10,0

0,0

0,0

10,0

0,0

20,0

0,0

0,0


Pour ce qui est de l'arme du crime, l'arme à feu a été utilisée plus souvent dans l'homicide du conjoint que dans l'homicide au cours d'un vol - d'un vol qualifié - de voies de fait. Il n'est pas étonnant de constater que les délinquantes ont eu recours à la force physique seule plus souvent dans l'homicide d'un enfant, suivi de l'homicide au cours d'un vol - vol qualifié - voies de fait, que dans l'homicide du conjoint et l'homicide par défense contre des voies de fait.

Tableau 28

Détails de l'homicide

Vol

N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Arme du crime*

%

(N=50)

%

(N=45)

%

(N=25)

%

(N=10)

Couteau et autre objet

Arme à feu

Force physique et autre

Autre

40,0

6,0

32,0

22,0

40,0

42,2

6,7

11,1

0,0

8,0

64,0

28,0

50,0

10,0

20,0

20,0

Test du chi carré = *p<,001

La cause du décès était également au nombre des facteurs examinés. La victime a été poignardée une seule fois plus souvent dans l'homicide du conjoint que dans l'homicide d'un enfant et l'homicide par défense contre des voies de fait. Fait intéressant, les nombreux coups de poignard étaient plus fréquents dans l'homicide par défense contre des voies de fait que dans le cas de l'homicide d'un enfant. La victime a été étranglée ou battue à mort plus souvent dans le cas de l'homicide d'un enfant que dans l'homicide du conjoint. Le tableau 16 donne les chiffres pour les différentes causes de décès selon le type d'homicide.

Tableau 29

Détails de l'homicide

Vol

N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Cause du décès*

%

(N=50)

%

(N=45)

%

(N=26)

%

(N=10)

Coup(s) de couteau + autre

Coup(s) de feu

Battue + autre

Autre

38,0

6,0

36,0

20,0

40,0

42,2

4,4

13,3

0,0

7,7

34,6

57,7

50,0

10,0

30,0

10,0

Test du chi carré = *p<,001

Enfin, nous avons examiné la consommation d'alcool et de drogue dans chaque type d'homicide. La consommation d'alcool et de drogue était plus fréquente dans l'homicide par défense contre des voies de fait et moins fréquente dans l'homicide d'un enfant.

Tableau 30

 

Vol N=50

Conjoint

N=45

Enfant

N=26

Défense

N=10

Consommation d'alcool par la délinquante au moment de l'homicide*

%

(N=47)

%

(N=43)

%

(N=23)

%

(N=10)

Oui

Non

74,5

25,5

46,5

53,5

8,7

91,3

80,0

20,0

Consommation d'alcool par la victime au moment de l'homicide*

%

(N=38)

%

(N=44)

%

(N=25)

%

(N=10)

Oui

Non

72,7

27,3

65,8

34,2

0,0

100,0

90,0

10,0

Consommation de drogue par la délinquante au moment de l'homicide*

%

(N=43)

%

(N=42)

%

(N=25)

%

(N=9)

Oui

Non

58,1

41,9

21,4

78,6

4,0

96,0

66,7

33,3

Consommation de drogue par la victime au moment de l'homicide*

%

(N=37)

%

(N=39)

%

(N=25)

%

(N=7)

Oui

Non

40,5

59,5

25,6

74,4

0,0

100,0

42,9

57,1

Test du chi carré = *p<,001

22 «Autre» comprend les situations où la victime était dans sa voiture, à la maison, se rendait à l'école à pied ou en revenait, se promenait avec la délinquante ou le coaccusé, etc.