Service correctionnel du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Programmes pour les délinquantes

Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Détenues sous responsabilité fédérale - Projet d'entrevue de détenues dites à sécurité maximale : faire du temps sans se laisser faire par le temps

Segment de la population générale

4.1 Facteurs identifiés par les femmes comme étant à l'origine de leur incarcération
4.2 Besoins des femmes identifiés par elles
4.3 Secteurs de besoins identifiés de l'IABD (domaines cibles)
4.4 Perception des femmes des secteurs de besoins identifiés de l'IABD

Le protocole de l'évaluation des besoins criminogènes du SCC, c'est-à-dire l'Identification et l'analyse des besoins des détenus (IABD), précise sept domaines cibles que l'on considère associés à la récidive criminelle. Brièvement, les besoins criminogènes sont des facteurs de risque dynamiques associés à la réduction de la récidive lorsque celle-ci est ciblée dans des programmes opportuns. Les sept domaines cibles de l'IABD sont l'emploi, les relations matrimoniales et familiales, les fréquentations et les relations sociales, la toxicomanie, la vie sociale, l'attitude générale et l'orientation personnelle et affective. Chacun de ces domaines cibles comprend des composantes principales, des sous-composantes et des indicateurs. L'IABD s'inscrit dans l'Évaluation initiale du délinquant et constitue une pierre angulaire du plan correctionnel. Ces besoins sont signalés dans le SGD pour chaque délinquante. L'IABD est décrit de façon plus détaillée à la section 4.3.

En ce qui concerne les secteurs de besoins identifiés, quatre points généraux ont été examinés dans la section 4 :

(1) ce que les femmes ont déterminé comme ayant mené à leur incarcération;

(2) ce que les femmes ont considéré comme étant leurs besoins;

(3) les besoins criminogènes de ces femmes identifiés par l'IABD;

(4) les perceptions de ces femmes concernant les secteurs de besoins déterminés par l'IABD.

 

4.1 Facteurs identifiés par les femmes comme étant à l'origine de leur incarcération

Haut de la page

  • Ma colère, mon tempérament - j'avais le choix le jour où j'ai commis mon infraction - J'ai pensé que j'allais me suicider - mais je ne pouvais pas le faire - je n'avais simplement pas le cran pour le faire. Alors, je voulais m'assurer d'aller en prison... je pense parce que je préfère vivre en prison que dans la rue. C'est dur, la rue. J'y ai vécu pendant un certain temps et je n'ai pas aimé. Toutes mes infractions, depuis l'âge adulte, sont toujours empreintes de violence J'essaie de me maîtriser, vous savez. C'est dur... je suis très impulsive, comme vous savez. (Tanya)

On a constaté des différences manifestes entre les réponses des femmes des segments PG et PBS en ce qui concerne les facteurs qu'elles ont identifiés comme étant à l'origine de leur incarcération. En particulier, en comparaison des femmes du segment PBS, les femmes du segment PG avaient des réponses beaucoup plus complètes et s'attribuaient une plus grande responsabilité pour leur comportement criminel. De même, les femmes du segment PG considéraient plus souvent que les facteurs identifiés comme étant à l'origine de leur incarcération étaient des questions à traiter pendant leur emprisonnement.

De façon intéressante, lorsqu'on leur a demandé ce qui était à l'origine de leur incarcération, neuf femmes (64 p. 100) ont fourni des renseignements qui correspondaient avec un ou plusieurs des domaines cibles de l'IABD.

Segment de la population générale
  • Cinq femmes (83 p. 100) ont indiqué que la toxicomanie était un facteur à l'origine de leur incarcération. Bien que toutes ces femmes aient mentionné leur toxicomanie comme fonction de leur état d'esprit au moment de commettre le crime, elles ont moins souvent parlé de la toxicomanie comme facteur de motivation au crime (p. ex. vol qualifié pour soutenir leur dépendance) (n=2).
  • Quatre femmes (67 p. 100) ont mentionné les problèmes émotionnels, en particulier les problèmes concernant la colère et l'impulsivité.
  • Trois femmes (50 p. 100) ont indiqué que des questions financières avaient précipité leur crime.
  • Comme l'illustrent les citations ci-dessous, la majorité des femmes du segment PG attribuent leur incarcération à de nombreux facteurs plutôt qu'à un seul, mentionnant souvent avoir lutté depuis longtemps avec des problèmes de toxicomanie et des difficultés financières.

Je buvais de l'alcool depuis l'âge de 13 ans - mais après mon divorce, j'ai commencé à boire encore plus et je me suis associée à l'élément criminel. Je crois que le comportement criminel n'est pas nécessairement quelque chose d'inné - je crois qu'on l'apprend - on adapte [sic] ce genre de comportement et je pense que je l'ai adapté [sic] avec le genre de personnes que je fréquentais et aussi mon abus de l'alcool. Mais, d'autre part, je ne me sers pas de cela pour excuser ce que j'ai fait - je ne crois pas que c'était complètement l'alcoolisme qui m'a mené à faire quelque chose comme cela - c'était une question d'argent - une grande colère et deux ou trois relations de violence. (Alison)

Une réaction émotionnelle, absolument - j'en suis arrivée au point où je me fichais des conséquences. J'avais, vous savez, une vision très étroite des choses - je savais ce que je faisais et c'était ce que j'allais faire et il m'était égal d'aller en prison. Et, la drogue. J'avais un problème de drogue - surtout les médicaments prescrits - le Valium, le Halcion et autres. Voilà les facteurs. (Kerry)

La drogue. J'en prenais depuis environ dix ans... J'ai donc commis le vol qualifié afin d'obtenir de l'argent pour acheter de la drogue, oui. Aussi, mon style de vie... j'étais souvent dans la rue, faisant le trottoir. (Melissa)

Eh bien, je suis alcoolique, j'avais des difficultés financières et je l'ai fait sur un coup de tête - j'étais complètement fauchée. (Chris)

  • Chacune des six femmes du segment PG a fourni des justifications pour son incarcération qui correspondent à un ou plusieurs domaines cibles de l'IABD.
Segment de la population ayant des besoins spéciaux
  • Les femmes du segment PBS ont répondu à la question de ce qui était à l'origine de leur incarcération beaucoup plus littéralement et avec moins de connaissance de soi. Par opposition aux femmes du segment PG, les femmes du segment PBS ont toutes attribué leur incarcération à un facteur unique avec une perspective externe, et souvent immédiate propre à la commission de leur infraction (comme avoir agi impétueusement ou avoir été provoqué par quelqu'un), plutôt qu'à des facteurs multiples.

      Un facteur était que... je buvais et prenais des médicaments à ce moment-là et tout tourbillonnait dans ma tête quand j'ai fait cela - ce n'était pas prévu. (Kim)

  • En relation avec le point précédent, cinq des huit femmes du segment PBS (63 p. 100) ont spécifiquement blâmé d'autres personnes pour leur avoir fait commettre le crime.

      Les services sociaux - les gens du bien-être social - m'ont causé des ennuis... du point de vue argent - ils étaient censés nous donner un chèque - et lorsque nous l'avons reçu il n'était que de trente dollars... et je suis allée les voir et leur ai dit de me donner mon chèque ou j'allais leur casser la figure. Et, c'est ce que j'ai fait. (Nicki)

      ... la propriétaire de l'immeuble me donnait du fil à retordre, elle profitait des gens... et j'ai allumé le feu parce qu'elle me volait de l'argent... (Clara)

  • Trois femmes (38 p. 100) ont offert des raisons pour leur incarcération qui correspondaient avec un ou plusieurs domaines cibles de l'IABD (toxicomanie, questions financières, orientation personnelle et affective).

 

4.2 Besoins des femmes identifiés par elles

Haut de la page

On a demandé aux femmes de décrire ce qu'elles croyaient être leurs besoins. Il existe de nettes différences entre la portée et la nature des besoins exprimés par les femmes du segment PG, en comparaison avec ceux des femmes du segment PBS. Toutes les femmes du segment PG et la plupart des femmes du segment PBS ont spontanément identifié un ou plusieurs besoins qui coïncidaient avec les domaines cibles de l'IABD. Des écarts ont été notés dans les genres de besoins que les femmes ont elles-mêmes identifiés et ceux mis en relief selon l'IABD; de plus, le contenu de ces écarts a varié dans les segments PG et PBS.

Segment de la population générale
  • Les femmes du segment PG se concentrent principalement sur leurs besoins personnels et affectifs et, à un degré moindre, sur leurs besoins en matière de toxicomanie. Les femmes du segment PG n'ont pas spontanément identifié les autres domaines cibles de l'IABD (c.-à-d. l'emploi, les relations matrimoniales et familiales, les fréquentations et les relations sociales, la vie sociale et l'attitude générale) comme étant des besoins.
  • Toutes les femmes du segment PG affirment avoir divers besoins personnels et affectifs qui se chevauchent. Dans le domaine des besoins d'orientation personnelle et affective, les femmes se concentrent principalement sur leurs besoins concernant leur impulsivité (n=6), la difficulté de s'adapter (n=4) et la colère (n=3).

L'impulsivité... je me ferais sans doute plus de mal à moi-même qu'à toute autre personne. (Melissa)

L'anxiété et l'impulsivité. Je crois que lorsqu'on a des problèmes de rage on en a aussi de colère... J'étais dans ce cycle...et j'étais toujours en isolement - vous savez, j'essayais de me suicider - ils devaient couper la «corde» ou deux ou trois fois j'ai pris l'ambulance en raison de surdose - j'étais réellement perturbée, vous savez. Et, je m'engouffrais dans ces dépressions. Et je m'assoyais dans ma chambre et je me tailladais et je détruisais ma cellule. Et, ils me mettaient dans l'unité de besoins spéciaux... mais je ne me vois certainement pas comme ayant des besoins spéciaux. Je suis un peu hyperactive, un peu impulsive, j'ai mes hauts et mes bas - mais qui n'en a pas? (Kerry)

Je suis très - j'ai des troubles émotionnels... les gardiens et les détenues ici... ne me comprennent pas - ne me comprennent absolument pas. Et j'ai l'impression de ne pas être au bon endroit, de ne l'avoir jamais été. Et ceci - mes problèmes émotionnels - m'inquiète beaucoup. Et je ne reçois aucune aide du directeur de l'établissement ou du personnel. (Chris)

... Mais lorsque je suis arrivée en prison, là je me tailladais la gorge tout le temps - je me coupais vraiment. Parfois lorsque je me brûle la peau - je pense à lui [personne qui a commis l'agression sexuelle] et je me brûle. D'un point de vue physique, c'est douloureux - se brûler - mais se couper ne fait pas mal - on ne le sent pas, ça ne fait pas mal. Mais la brûlure - lorsque j'éteins la cigarette - c'est vraiment intense, mais on peut s'occuper l'esprit et ne pas le sentir... mais j'ai fait celle-ci - il y a deux semaines - c'est presque parti maintenant. Je ne me souviens pas pourquoi je l'ai fait - j'étais bouleversée au sujet de quelque chose. Maintenant, ça ne semble pas être assez... parce que je ne le fais pas pour me tuer - je ne veux pas mourir. (Tanya)

... d'accord, je ne bois pas - mais j'ai toujours une attitude dont je dois m'occuper - et je dois apprendre à traiter avec les gens sans me mettre en colère et autre affaire pareille. (Alison)

Comme on peut le constater par les citations qui précèdent, l'automutilation est jugée comme étant une question importante pour laquelle les femmes ont besoin d'aide. En fait, la moitié des femmes du segment PG ont signalé avoir besoin d'aide à cet égard.

  • Trois femmes du segment PG (50 p. 100) ont spontanément déclaré avoir des besoins découlant du fait qu'elles ont été victimes d'agression sexuelle et l'une de ces femmes a aussi parlé de ses besoins en matière d'estime de soi.

      La colère. L'automutilation. Aussi, l'abus sexuel, je crois. Je n'ai pas eu de counseling pour cela depuis mon arrivée. (Tanya)

      L'estime de soi... Je n'en ai jamais eu... J'étais souvent suicidaire - l'estime de soi et l'automutilation - les gens qui ont une haute opinion d'eux-mêmes ne font normalement pas cela. (Kerry)

  • Deux femmes du segment PG (33 p. 100) ont mentionné avoir des besoins relatifs à leur dépression.
  • Deux des femmes du segment PG (33 p. 100) ont signalé que la toxicomanie constituait un besoin.

      Eh bien, en ce qui concerne les besoins - je dois travailler à résoudre mes problèmes, mon impulsivité, et à ne pas prendre de drogue. (Kerry)

Segment de la population ayant des besoins spéciaux
  • En comparaison des femmes du segment PG, les femmes du segment PBS ont identifié moins de besoins et ceux qu'elles ont signalés sont souvent des besoins de subsistance de base. Tout particulièrement, les femmes du segment PBS ont identifié des besoins qui relèvent des domaines de la vie sociale (soins de santé et hygiène) et de l'emploi (éducation) plutôt que de l'orientation personnelle et affective.

      L'éducation, le gymnase, l'exercice... les soins de santé. (Denise)

      J'ai besoin d'aide lorsqu'il s'agit de lire - je ne peux me concentrer sur la lecture... J'ai une douleur dans mon estomac juste là [s'empoigne l'estomac] - j'étais capable de prendre des TUM TUMS, mais plus maintenant... Du savon. L'hygiène personnelle. Je ne peux pas prendre un bain... Je ne connais rien d'autre... Comme réchauffer mes repas... prendre un bain. (Ellen)

      Eh bien, j'ai besoin de plus de soins... et je trouve difficile de faire certaines choses... Nous avons plus de troubles émotionnels - nous avons besoin de plus de soins plus tendres que de besoins normaux - et plus de soins qu'une personne normale. (Tina)

      Mon plus grand besoin est mon travail - pour avoir de l'argent. (Susan)

  • Deux des femmes de la population PBS (25 p. 100) ont spontanément mentionné qu'elles avaient des besoins relatifs à des traumatismes sexuels subis dans le passé.

      Par exemple j'ai été violée - et il faut que j'en traite. J'y pense souvent et cela me bouleverse. (Rita)

 

4.3 Secteurs de besoins identifiés de l'IABD (domaines cibles)

Haut de la page

Tel que mentionné au début de la section 4, l'IABD est le protocole du SCC pour la détermination des besoins criminogènes de la délinquante. En bref, l'IABD tient compte d'une multitude d'aspects propres à la personnalité et aux circonstances de vie de la délinquante et les données sont groupées en sept domaines cibles, chacun caractérisé par de multiples indicateurs : emploi (35 indicateurs), relations matrimoniales et familiales (31 indicateurs), fréquentations et relations sociales (11 indicateurs), toxicomanie (20 indicateurs), orientation personnelle et affective (46 indicateurs) et attitude générale (24 indicateurs). Un niveau global de besoins est estimé pour chacun des sept domaines cibles après avoir tenu compte de tous les indicateurs de ce domaine8. Les délinquantes sont évaluées pour chaque domaine cible selon un continuum de quatre points proportionnés à l'évaluation des besoins, allant de «l'atout pour l'adaptation communautaire (non applicable à la toxicomanie et à l'orientation personnelle et affective), à «aucun besoin d'amélioration», à «un certain besoin d'amélioration» (indiqué dans le SGD comme «certain») à «un besoin considérable d'améliorations» (indiqué dans le SGD comme «considérable»).

Le tableau 5a montre la mesure dans laquelle les domaines cibles de l'IABD ont été identifiés pour les femmes et à quel point l'IABD a déterminé que ces femmes avaient des besoins «considérables» ou «certains» besoins dans ces domaines. Tel qu'illustré, l'IABD a identifié toutes les détenues dites «à sécurité maximale» qui éprouvaient de la difficulté dans de nombreux domaines (dans les sept domaines : 81 p. 100; nombre moyen de domaines cibles identifiés par femme = 5,7, écart-type = 1,0). Ceci est conforme aux résultats de Blanchette (1997) selon lesquels un pourcentage élevé des besoins est identifié par l'IABD pour la détenue dite «à sécurité maximale». En fait, Blanchette a aussi noté que peu importe le niveau de sécurité, la plupart des femmes éprouvent de la difficulté dans des secteurs de domaines cibles multiples. Plus particulièrement, Blanchette a constaté que les détenues dites «à sécurité maximale» présentaient plus de besoins (dans les sept domaines : 90,1 p. 100; l'écart était de 75,0 p. 100 à 97,2 p. 100) que leurs homologues dites «à sécurité moyenne» (dans les sept domaines : 70,2%; l'écart était de 23,4 p. 100 à 92,6 p. 100), qui à leur tour avaient plus de besoins identifiés que les détenues dites «à sécurité minimale» (dans les sept domaines : 52,0 p. 100; l'écart était de 3,3 p. 100 à 83,6 p. 100).

Tableau 5a
Répartition des secteurs de besoins identifiés par l'IABD

Secteur de besoins
Population à l'étude (n=13*)

Total Certains Cons.

Emploi
10 (77 %)
9 (69 %)
1 (8 %)
Relations matrimoniales et familiales 13 (100 %) 11 (85 %) 2 (15 %)
Fréquentations et relations sociales 10 (77 %) 10 (77 %) 0 (00 %)
Toxicomanie 9 (69 %) 6 (46 %) 3 (23 %)
Vie sociale 12 (92 %) 7 (54 %) 5 (38 %)
Orientation personnelle et affective
13 (100 %)
3 (23 %)
10 (77 %)
Attitude générale 7 (54 %) 4 (31 %) 3 (23 %)

TOTAL*

74 (81 %) 50 (68 %) 24 (32 %)

*Données disponibles pour treize des quatorze femmes (aucune donnée disponible sur une femme du segment PBS). Le total des pourcentages est fondé sur le nombre total de besoins possibles pour cette population de détenues dites «à sécurité maximale» comme étant 91 (7 domaines x 13 femmes). Les pourcentages calculés dans les colonnes «Certains» et «Cons.» indiquent le pourcentage du total des besoins calculés.

Pour chacun des segments de population, le tableau 5b montre la mesure dans laquelle les domaines cibles de l'IABD ont été identifiés pour les femmes et dans quelle mesure l'IABD a identifié que ces femmes avaient des besoins «considérables» ou «certains» besoins dans ces domaines.

Tableau 5b
Répartition en pourcentage des secteurs de besoins identifiés par l'IABD

Secteur de besoins

Secteur PG (n=6)

Total Certains Cons.

Secteur PBS (n=7)

Total Certains Cons.

Emploi

Relations matrimoniales et familiales

Fréquentations et relations sociales

Toxicomanie

Vie sociale

Orientation personnelle et affective

Attitude générale

5 (83 %)

6 (100 %)

6 (100 %)

6 (100 %)

6 (100 %)

6 (100 %)

2 (33 %)

5 (83 %)

6 (100 %)

6 (100 %)

4 (67 %)

5 (83 %)

3 (50 %)

1 (17 %)

0 (0 %)

0 (0 %)

0 (0 %)

2 (33 %)

1 (17 %)

3 (50 %)

1 (17 %)

5 (71 %)

7 (100 %)

4 (57 %)

3 (43 %)

6 (86 %)

7 (100 %)

5 (71 %)

4 (57 %)

5 (71 %)

4 (57 %)

2 (29 %)

2 (29 %)

0 (0 %)

3 (43 %)

1 (14 %)

2 (29 %)

0 (0 %)

1 (14 %)

4 (57 %)

7 (100 %)

2 (29 %)

TOTAL*

37 (88 %) 30 (81 %) 7 (19 %) 37 (75 %) 20 (54 %) 17 (46 %)

* Le pourcentage total est fondé sur le nombre total des besoins possibles des femmes du segment PG, c'est-à-dire 42 (7 domaines x 6 femmes) et des femmes du segment PBS, 49 (7 domaines x 7 femmes). Les pourcentages calculés dans les colonnes «Certains» et «Cons.» indiquent le pourcentage du total des besoins calculés pour ce segment.

Le domaine cible de l'orientation personnelle et affective s'est dégagé chez toutes les femmes des segments PG et PBS. De plus, les besoins de ce domaine ont été déterminés comme étant «considérables» pour la majorité de cette population dite «à sécurité maximale» (77 p. 100) et chez toutes les femmes du segment PBS. Des différences ont été remarquées chez les femmes des segments PG et PBS en ce qui concerne le nombre de domaines cibles identifiés et eu égard à la détermination de ces besoins comme étant «considérables» ou seulement «certains» dans les domaines identifiés. Notamment, on a signalé un plus grand nombre de domaines cibles de l'IABD (moyenne = 6,2, écart-type = 0,4) chez les femmes du segment PG que chez celles du segment PBS (moyenne = 5,3, écart-type=1,2). Toutefois, la majorité de ces domaines ont permis d'identifier «certains» besoins (81 p. 100 des besoins déterminés) chez les femmes du segment PG, tandis que près de la moitié (46 p. 100) des femmes du segment PBS ont indiqué des besoins «considérables» dans ces domaines.

Segment de la population générale

Comme l'indique le tableau 5b, toutes les femmes du segment PG ont des besoins relatifs à cinq des sept domaines : les relations matrimoniales et familiales, les fréquentations et les relations sociales, la toxicomanie, la vie sociale, l'orientation personnelle et affective. Ces trois derniers domaines représentent la majorité (86 p. 100) des besoins identifiés comme «considérables». Le domaine cible de l'emploi a été mentionné pour au moins cinq des six femmes du segment PG et l'attitude générale a été le domaine le moins signalé (n=2 ou 33 p. 100).

Segment de la population ayant des besoins spéciaux

Conformément aux données de l'IABD (tableau 5b), toutes les femmes du segment PBS ont des besoins dans deux domaines cibles : l'orientation personnelle et affective et les relations matrimoniales et familiales. De même, au moins 70 p. 100 (5 des 7 femmes) ont aussi des besoins relatifs à l'emploi, à la vie sociale et à l'attitude générale. Les domaines de l'orientation personnelle et affective et de la vie sociale représentent 65 p. 100 des besoins identifiés comme étant considérables. La toxicomanie a été le segment de besoin le moins souvent mentionné.

 

4.4 Perception des femmes des secteurs de besoins identifiés de l'IABD

Haut de la page

On a posé des questions aux femmes sur chacun des sept domaines cibles de l'IABD. Afin de susciter ou d'accroître leur compréhension de ces domaines, des explications ont été fournies ou des discussions ont eu lieu sur les éléments et les indicateurs composant chaque domaine. Les questions posées étaient purement dans la veine d'un exercice de type descriptif; jamais n'a-t-on considéré l'IABD d'une façon assez approfondie pour respecter son intégrité comme outil d'évaluation. Le but de l'exercice était plutôt de connaître les perceptions des femmes concernant leurs besoins criminogènes et le degré d'accord ou d'approbation par rapport aux domaines cibles de l'IABD identifés pour elles.

Les femmes des deux segments de la population étaient généralement conscientes des sept domaines cibles de l'IABD et des besoins identifiés pour elles en ce qui concerne les programmes particuliers. Dans les deux segments de la population, l'approbation générale entre les besoins déterminés par l'IABD et ceux identifiés par les femmes était de 48,8 p. 100 (écart-type = 17,7 p. 100). Seulement dans quatre cas (1 femme du segment PG et 3 femmes du segment PBS) les femmes ont-elles identifié un domaine (un chacune) qui n'avait pas été identifié pour elles dans l'IABD. À nouveau, il y avait des différences prononcées entre les femmes des deux segments de population en ce qui concerne le nombre de besoins identifiés par les femmes (les femmes du segment PG identifiant presque le double) et la correspondance entre les besoins déterminés par l'IABD et ceux identifiés par les femmes (une plus grande correspondance avec le segment PG). Ces différences sont décrites de façon plus détaillée ci-dessous.

Segment de la population générale
  • Le tableau 6a montre la mesure dans laquelle les domaines cibles de l'IABD ont été identifiés chez les femmes du segment PG, en comparaison avec les domaines que les femmes ont elles-mêmes déterminés comme besoins (tant spontanément qu'après des questions précises sur les domaines).

Tableau 6a
Correspondance entre les secteurs de besoins identifiés par l'IABD
et ceux identifiés par les femmes
(Segment de la population générale)

Secteur de besoins

Identifiés par l'IABD

Nombre Pourcentage

Identifiés par les femmes

Nombre Pourcentage

Emploi

Relations matrimoniales et familiales

Fréquentations et relations sociales

Toxicomanie

Vie sociale

Orientation personnelle et affective

Attitude générale

5 83,3

6 100,0

6 100,0

6 100,0

6 100,0

6 100,0

2 33,3

2 33,3

3 50,0

2 33,3

3 50,0

3 50,0

6 100,0

2* 33,3

(n=6) TOTAL 37 88,1 21 50,0

* Englobe une femme pour laquelle ce besoin n'a pas été identifié dans son IABD.

En général, le tableau ci-dessus révèle que les femmes ont déterminé qu'elles avaient environ la moitié (57 p. 100) du nombre des besoins que l'IABD a identifiés. Plus particulièrement, en moyenne, les femmes du segment PG estiment qu'elles ont des besoins dans 3,5 des 7 domaines cibles de l'IABD (écart-type = 2,1) en comparaison avec les 6,2 (écart-type = 0,4) domaines identifiés par l'IABD.

La correspondance entre les besoins déterminés par l'IABD et ceux identifiés par les femmes était de 54,8 p. 100 (écart-type = 21 p. 100). Lorsqu'on ne considère que les besoins identifiés par l'IABD comme «considérables», le taux d'approbation est passé à 80 p. 100 (n=5).

Les femmes du segment PG montrent une correspondance importante avec deux domaines identifiés par l'IABD : l'orientation personnelle et affective et l'attitude générale. Toutefois, en ce qui concerne les autres domaines, il y a un grand manque de correspondance (au moins 50 p. 100) entre les secteurs de besoins déterminés par l'IABD et ceux déterminés par les femmes comme besoins.

  • Une fois qu'on leur a expressément posé des questions au sujet des besoins des domaines de l'IABD que les femmes n'avaient pas spontanément mentionnés, les femmes du segment PG ont convenu qu'elles avaient d'autres besoins qu'elles n'avaient pas tout d'abord mentionnés, tels que leurs besoins concernant l'emploi, l'attitude générale, la toxicomanie, les fréquentations et les relations sociales, les relations matrimoniales et familiales, et dans une moindre mesure, l'orientation personnelle et affective.

Voici ci-dessous des exemples de commentaires sur certains de ces besoins.

      D'accord, avec l'emploi - je travaillerai avec mon père lorsque je sortirai, donc - je ne pense pas que cela devrait figurer sur mon plan de traitement correctionnel. Parce que j'ai des plans. Parce que mon père m'a dit que je pourrais travailler avec lui à ma sortie... Eh bien, il semble qu'ils veulent que je suive le programme de maîtrise de la colère - ils ne pensent pas que j'ai - que j'ai traité de ça - j'ai déjà suivi ce programme ici - et je l'ai terminé... Non, je ne pense pas [avoir un problème en ce qui concerne la colère], plus maintenant. (Pam)

      La question de l'emploi - eh bien, il n'y avait pas de travail. Pas de boulot a mené à ma dépression qui a engendré mon alcoolisme, qui m'a amené à penser «je dois faire autre chose que de supporter mon habitude»... j'ai travaillé à temps partiel - mais lorsque j'essayais d'obtenir un peu d'aide financière, on me refusait parce que je gagnais déjà un peu d'argent. Mais ce que je gagnais ne me suffisait pas à joindre les deux bouts. Ceci m'a déprimé...[Récemment] j'y ai pensé pendant longtemps - et j'ai pensé, j'ai [donne son âge] ans - qu'est-ce que je pourrais faire pour améliorer ma vie - je veux dire avoir un meilleur emploi et m'occuper de mon [enfant] - parce que [enfant] va habiter avec moi lorsque je sortirai d'ici... De plus, je lutte contre une dépendance en ce moment - une dépendance comme lorsqu'on va dans un restaurant et qu'il y a de l'alcool - c'est partout et c'est socialement acceptable jusqu'à un certain point. Mais je trouve cela très dur... (Alison)

      J'ai besoin d'apprendre - j'ai besoin de trouver de nouvelles personnes à fréquenter... je suis aussi souvent déprimée, je me taillade et autres choses pareilles J'ai un problème à ce sujet - et je ne sais pas vraiment comment y faire face. (Melissa)

Segment de la population ayant des besoins spéciaux
  • Le tableau 6b compare la mesure dans laquelle les domaines de l'IABD ont été identifiés pour les femmes du segment PBS en comparaison de ceux identifiés par les femmes elles-mêmes (tant spontanément qu'après qu'on leur eu posé des questions précises).

Tableau 6b
Correspondance entre les secteurs des besoins identifiés par l'IABD
et ceux identifiés par les femmes
(Segment de la population ayant des besoins spéciaux)

Secteur de besoins

Identifiés par l'IABD

Nombre Pourcentage

Identifiés par les femmes

Nombre Pourcentage

Emploi

Relations matrimoniales et familiales

Fréquentations et relations sociales

Toxicomanie

Vie sociale

Orientation personnelle et affective

Attitude générale

    4 66,7

6 100,0

3 50,0

2 33,3

5 83,3

6 100,0

4 66,7

1* 16,7

0 0,0

0 0,0

1 16,7

2* 33,3

4 66,7

3* 50,0

(n=6) TOTAL 30 71,4 11 26,2

* Chacun de ces trois domaines comprend une femme (femmes différentes) pour laquelle ce domaine n'a pas été identifié dans son IABD.

Comme le révèle le tableau, il y a une grande différence entre la mesure dans laquelle les femmes du segment PBS ont indiqué qu'elles avaient des besoins et le nombre de besoins déterminés par l'IABD. En effet, les femmes du segment PBS affirment n'avoir que le tiers des besoins identifiés par l'IABD. Plus précisément, en moyenne, les femmes du segment PBS percevaient avoir des besoins dans 1,8 des sept domaines de l'IABD (écart-type = 1,2) en comparaison avec la moyenne de 5,0 domaines (écart-type = 1,1) déterminés par l'IABD.

Il y avait une moins grande correspondance (42,9 p. 100, écart-type = 12,7) entre les besoins identifiés par l'IABD et ceux identifiés par les femmes du segment PBS en comparaison avec celles du segment PG. De plus, lorsqu'on a considéré seulement les besoins identifiés par l'IABD comme étant «considérables», le taux de correspondance était beaucoup moins élevé dans ce segment (43,1 p. 100, écart-type = 33,5, n=7).

  • Il y a des différences marquées entre les besoins identifiés précisément par l'IABD et ceux identifiés par les femmes concernant tous les facteurs sauf les besoins relatifs à l'attitude générale et à l'orientation personnelle et affective. Les femmes du segment PBS ont plus tendance à fournir de plein gré des renseignements et, lorsqu'on le leur demande, à signaler avoir des besoins relatifs à l'orientation personnelle et affective plutôt qu'à tout autre. Il est important de noter que lorsqu'on leur pose des questions particulières, les femmes du segment PBS ne considèrent pas avoir des besoins concernant les fréquentations et les relations sociales ou les relations matrimoniales et familiales, bien que ce dernier domaine a été identifié dans chaque cas par l'IABD. Une fois qu'on leur a posé des questions précises sur les besoins se rapportant à des domaines cibles qu'elles n'avaient pas spontanément mentionnés, les femmes du segment PBS ont convenu qu'elles avaient d'autres besoins qu'elles n'avaient pas mentionnés au début, tels que des besoins relatifs à leur orientation personnelle et affective et leur attitude générale.
    • Des exemples de commentaires de femmes concernant certains de ces besoins sont fournis ci-dessous.

    La toxicomanie - oui, je suis une héroïnomane. La vie sociale... je pense que je dois changer mon attitude envers la police - mais ils doivent changer leur attitude sur leur façon de traiter certaines personnes au lieu que nous soyons tenus de changer complètement...eh bien, j'ai des problèmes de comportement excessif et impulsif - et ainsi j'ai besoin d'apprendre à me maîtriser mais ils me donnent des médicaments pour cela. (Tina)

    Je pense avoir besoin d'un peu plus d'aide pour ne pas me mettre en colère. (Nicki)

8 Il est important de noter que pour fournir une estimation du niveau global de besoins dans chacun des sept domaines cibles, on ne tient pas compte uniquement du nombre d'indicateurs. L'évaluateur a une marge de man_uvre en ce qui concerne le poids d'indicateurs particuliers. Aussi, l'information tirée des indicateurs de l'IABD est complétée par des évaluations psychologiques, des observations du comportement et des évaluations supplémentaires.