Service correctionnel du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Programmes pour les délinquantes

Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

La zoothérapie dans les établissements correctionnels

D. Contexte - Brève vue d'ensemble

ii) La zoothérapie dans les foyers de soins infirmiers

Dans les foyers de soins infirmiers, la zoothérapie offre aux résidents :

[Traduction] Une source de communication non verbale, non menaçante et réconfortante et de confort tactile; elle peut aider à briser le cycle de la solitude, du désespoir et du repli sur soi que manifestent beaucoup de résidents qui étaient jusque-là détachés et malheureux. Dans bien des cas, les chiens incitent les résidents à faire des marches et à participer à d'autres activités, ce qui aide ces derniers à améliorer leur bien-être physique et affectif (SCAS, 1987).

Selon Katcher (1988), les animaux domestiques jouent un rôle étroitement lié au bien-être physiologique et psychologique des êtres humains, surtout en ce qui a trait aux aspects du toucher, de l'intimité et de la consolation. Les animaux peuvent donner toute leur attention à des résidents âgés qui se sentent souvent seuls, ce que les membres du personnel ne sont pas toujours capables de faire. D'après une étude de Perelle et Granville (1997), la présence d'animaux dans des établissements peut provoquer un changement positif dans le comportement social. Les animaux peuvent faire une contribution particulière à la vie en établissement.

Voici quelques-uns des avantages qu'un programme de zoothérapie peut procurer à un établissement :

  • une atmosphère plus détendue;
  • un sentiment amélioré de confiance en soi chez le patient/[détenu];
  • une source de distraction nécessaire;
  • une compagnie.

[Traduction] Les animaux domestiques peuvent être utilisés dans les foyers de soins infirmiers ou les maisons de retraite pour atténuer le sentiment de solitude, de dépression et d'ennui des résidents. Ces derniers ont également manifesté des améliorations marquées dans leur capacité d'entretenir des rapports et de communiquer avec les autres résidents et les membres du personnel. (Cusack et Smith, 1984)