Service correctionnel du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Programmes pour les délinquantes

Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

La zoothérapie dans les établissements correctionnels

VISIONNEMENT DE VIDÉOS

E. Pets For Freedom : Lorton Prison Program, Washington, D.C.

L'établissement compte plus de 1 000 détenus (1982) dont la plupart purgent une peine de 10 ans à perpétuité. Depuis 1982, il héberge aussi divers petits animaux. La singularité de ce programme vient du fait qu'on y accepte des oiseaux exotiques, des rats et des blattes sans préjugé, bien qu'on n'ait pas eu de succès avec les lapins et les cochons d'Inde. Les serpents sont acceptés mais non pas les chiens parce qu'on craint que les détenus les entraînent à attaquer d'autres détenus. Les animaux ne sont pas confinés à des chenils ou à un autre secteur de l'établissement. Bon nombre d'entre eux restent avec leur propriétaire, à côté ou au pied du lit.

Comme dans la plupart des programmes de zoothérapie, on utilise un processus de sélection avant d'autoriser un détenu à participer afin de s'assurer que ce dernier est suffisamment responsable pour s'occuper d'un autre être et ne maltraitera ni ne négligera l'animal qui lui est confié. Selon l'administrateur du programme, la zoothérapie a des effets salutaires sur les détenus. Elle a radicalement transformé leur mentalité.

Bien que les détenus participants puissent suivre des cours sur le soin et le toilettage de leurs animaux, on ne met pas l'accent sur la formation ni sur l'acquisition de compétences en vue d'un emploi futur. Une fois par semaine, une soixantaine de détenus assistent à un cours facultatif. Ils posent une foule de questions et se montrent enthousiastes. Un grand nombre d'entre eux n'avaient guère d'expérience avec les animaux avant de participer au programme, mais ils ont manifesté une grande disposition à apprendre en assistant aux cours facultatifs et en faisant par eux-mêmes des lectures. Un détenu a fait observer que la zoothérapie pouvait être mise en application dans divers pénitenciers. Il souhaiterait que d'autres goûtent les avantages de cette forme de thérapie. Les détenus sont très attachés à leurs animaux et sont très fiers de les montrer et de montrer aussi des photos de ceux-ci. Lorsqu'on a demandé à un détenu comment il nourrissait son chat, il a répondu : « Je déjeune, mon chat hérite du dîner et nous partageons le souper. » Lorsqu'un oiseau blessé s'est posé sur le terrain de la prison, un détenu s'en est occupé et l'a ramené à la santé. Ce genre de réaction montre à quel point ces animaux sont importants pour les détenus et attachés à ces derniers.

La vidéo a révélé que le programme avait redonné espoir même à certains détenus difficiles à discipliner en leur offrant quelque chose sur lequel ils pouvaient compter tous les jours. Un grand nombre d'entre eux sont, pour la première fois de leur vie, responsables d'un être vivant. Ce sentiment accroît leur estime de soi et leur amour-propre. Un des plus grands avantages du programme est le fait qu'il permet aux détenus d'exprimer librement leur affection et leur compassion à l'égard d'un être vivant.