Service correctionnel du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Programmes pour les délinquantes

Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

La zoothérapie dans les établissements correctionnels

MISE EN OEUVRE D'UN PROGRAMME DE ZOOTHÉRAPIE

B. Objectifs

À chaque établissement, il faut clairement fixer les buts du programme. Par exemple, dans un établissement qui compte un grand nombre de détenus admissibles à la libération conditionnelle, un des objectifs du programme pourrait être d'inculquer des compétences en vue d'un emploi futur. Si l'on a affaire à des détenus qui ne sont pas sur le point d'être mis en liberté, l'accent pourrait plutôt être mis sur la présence d'animaux comme moyen de soulager la solitude et d'assurer une compagnie. Il est recommandé de mettre sur pied un groupe, comité ou comité directeur chargé de planifier le programme et composé entre autres des personnes suivantes :

  • administrateurs de la prison;
  • coordonnateur du programme;
  • membres du personnel entretenant des rapports étroits avec les détenus;
  • formateurs (ne faisant pas partie du personnel du pénitencier);
  • vétérinaires (ne faisant pas partie du personnel du pénitencier);
  • membres de la société protectrice des animaux (ne faisant pas partie du personnel du pénitencier);
  • un ou deux détenus.

Il faut absolument obtenir la coopération et le soutien complet de l'administration, du personnel et des détenus.

[Traduction] Pour assurer la réussite de tout placement d'animaux, il faut pouvoir compter sur la participation et la coopération complètes de l'ensemble du personnel (infirmières et infirmiers, aides, personnel d'entretien et gardes). Sinon, le risque d'échec est élevé. Le personnel d'un établissement doit posséder les connaissances nécessaires pour bien planifier un placement, l'énergie et l'enthousiasme requis pour assurer sa réussite et la détermination à donner à un animal les soins voulus. (Lee, Zeglen, Ryan et Hines, 1983)

Il est recommandé de présenter aux groupes susmentionnés une proposition soulignant les avantages de la zoothérapie. Cette consultation permettra d'échanger des renseignements et de discuter sérieusement de la question. On peut économiser beaucoup de temps et d'énergie en restructuration et en réaménagement des locaux en déterminant, ) avant le lancement du programme, si les employés ou les détenus ont des allergies ou des phobies (sujet sur lequel nous reviendrons dans cette section). Bon nombre d'établissements ont précisé les étapes initiales ou stratégies de planification qu'ils ont utilisées. Voici les étapes décrites par l'Oakwood Forensic Center, qui peuvent être adaptées en vue d'être utilisées dans des établissements correctionnels. L'annexe III décrit une Stratégie de planification en vue du lancement d'un programme de zoothérapie.

1. Rédiger une proposition détaillée sur le recours à des animaux domestiques.

2. De concert avec des représentants de la société de protection des animaux, un vétérinaire et d'autres personnes intéressées, présenter formellement la proposition à l'administration et obtenir que cette dernière accepte de faire l'essai de la zoothérapie pendant une certaine période.

3. Lancer un programme d'envergure réduite dans une salle ou un secteur réceptif. Une bonne façon de procéder consiste à garder un petit animal domestique dans un bureau que les patients peuvent initialement aller visiter avec une escorte. On peut ensuite passer à un programme structuré dans lequel les patients assument collectivement la responsabilité de prendre soin de l'animal. Les patients doivent tout d'abord manifester leur sens de responsabilité en aidant par exemple aux soins quotidiens des animaux de ferme ou des petits animaux et des aquariums de la salle. On pourra ensuite prendre des dispositions pour autoriser les patients à avoir leur animal personnel.

4. Constamment prendre note des progrès (ou de l'absence de progrès) tant pour le patient que pour l'animal.

5. Adopter pour politique ferme de ne prendre aucun risque en ce qui concerne les animaux. La sécurité et le soin des animaux doivent l'emporter sur tout but thérapeutique.

6. Veiller à ce que le programme inclue une composante de structure et de surveillance attentive.

Un programme de zoothérapie doit comporter un système de prestation de services cohérent et bien intégré basé sur une méthode d'aiguillage uniforme comportant une série de questions sur les animaux préférés, les animaux que la personne a pu posséder par le passé et des tests psychologiques pour traduire les buts visés (Lee, 1984).

Lignes directrices sur l'établissement de programmes réussis de visites d'animaux

1. Choix de l'animal

a) Apparence

b) Élimination

c) Socialisation et entraînement

d) Tempérament

e) Types d'animaux

2. Programmes

3. Ouverture de l'établissement

4. Comportement dans l'établissement