Service correctionnel du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Programmes pour les délinquantes

Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

La zoothérapie dans les établissements correctionnels

MISE EN OEUVRE D'UN PROGRAMME DE ZOOTHÉRAPIE

K. Raisons d'éliminer des programmes

Voici un passage d'un article paru dans le SCAS Journal (hiver 1996) :

[Traduction] Dans certains pénitenciers, l'importance attachée récemment à la sécurité a entraîné l'élimination du programme de zoothérapie. Dans d'autres cas, un programme de zoothérapie peut échouer au moment du départ d'un employé ou d'un prisonnier qui joue un rôle clé. Il est indispensable, pour assurer la réussite d'un programme, d'avoir l'engagement du directeur de l'établissement. Or le taux de roulement parmi les directeurs, agents et détenus est élevé. Cela peut nuire grandement à des programmes qui ne sont pas déjà solidement établis. Trop souvent, seulement une ou deux personnes mènent le programme de zoothérapie, et l'engagement des autres est insuffisant. C'est ce qui explique les difficultés qui se produisent au départ de ces personnes. Il peut aussi se produire des difficultés lorsque des détenus sont transférés à un autre établissement où ils ne sont pas autorisés à garder avec eux leur animal de compagnie. Les hommes confient parfois leur oiseau à leur famille jusqu'à leur mise en liberté. Certains, toutefois, refusent de progresser dans le système pour ne pas être séparés de leur animal.

Les membres du comité de planification du programme de zoothérapie devraient tenir compte de ces observations pour tenter d'éviter des problèmes analogues.