Service correctionnel du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

SURVEILLANCE DES MALADIES INFECTIEUSES DANS LES PÉNITENCIERS FÉDÉRAUX CANADIENS
2005-2006

Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Page précédente | Table des matières | Page suivante

 

Partie II: Résultats

Chapitre 3 : Virus de l’hépatite C (VHC)

Données agrégées du SSMI sur le VHC
Participation au dépistage

Le tableau 3.1 montre le nombre total de tests de dépistage du VHC déclarés par l’intermédiaire du système global du SSMI pour les détenus entre 2000 et 2006, selon le statut du détenu. Il y a eu 5 489 tests de dépistage du VHC en 2005 et 5 509 en 2006. C’est la région des Prairies qui a déclaré le plus grand nombre de tests de ce type en 2005 (1 613) et en 2006 (1 633).

Les résultats pour 2005 et 2006 d’après le SSMI, par région et selon le statut du détenu en ce qui concerne le VHC, sont présentés aux tableaux B.1.i, B.1.ii et B.1.iii de l’annexe B. Parmi les nouvelles admissions, le taux de participation au dépistage du VHC était de 49,1 % en 2005 et de 49,4 % en 2006. C’est dans la région de l’Ontario que le taux de participation était le plus élevé en 2005 (58,9 %) et 2006 (64,2 %) et dans la région du Pacifique qu’il était le plus faible en 2005 (23,0 %) et 2006 (13,8 %).

Le taux de participation déclaré au dépistage parmi les nouvelles admissions de sexe féminin était supérieur à 100 % dans les régions de l’Ontario et des Prairies (annexe B, tableau B.1.ii). Cela tient probablement à la déclaration des nouveaux tests effectués en cas de suspension de la liberté conditionnelle sur la même ligne que les nouvelles admissions ou au fait qu’un seul établissement traite les admissions et les niveaux de sécurité multiples pour les femmes, ce qui fait que la distinction entre « nouvelle admission » et « population carcérale générale » est moins évidente (voir Méthodes, SSMI et Analyse, Limites).

 

Tableau 3.1 : Nombre total de tests de dépistage du VHC, détenus, 2000-2006
  2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006

Source : Données de surveillance agrégées du SSMI, SCC 2010
† - Comprend les détenus temporaires.

Nouvelles admissions
Population 4 302 4 288 4 159 4 238 4 413 4 819 5 079
Demandes de test pour le VHC 1 583 1 908 2 307 1 987 2 074 2 367 2 511
Taux de participation au dépistage du VHC 36,8 % 44,5 % 55,5 % 46,9 % 47,0 % 49,1 % 49,4 %
Population générale
Population 12 363 12 479 12 295 12 179 13 107 12 222 13 280
Demandes de test pour le VHC 2 151 2 512 3 423 3 887 3 432 3 122 2 998
Taux de participation au dépistage du VHC 17,4 %  20,1 %  27,8 %  31,9 %  26,2 %  25,5 %  22,6 % 
Nombre total de tests pour le VHC 3 734 4 420 5 730 5 874 5 506 5 489 5 509

 

Cas de VHC nouvellement diagnostiqués

Le tableau 3.2 montre le nombre de cas séropositifs pour le VHC nouvellement diagnostiqués7 entre 2000 et 2006, lorsque le statut des détenus par rapport au VHC8 était auparavant « séronégatif » ou « inconnu » (voir également l’annexe B, tableaux B.1.i – B.1.iii). Le nombre total de cas d’infection à VHC nouvellement diagnostiqués était de 354 en 2005 et de 357 en 2006. Le taux global de séropositivité pour le VHC (nombre de tests positifs divisé par le nombre de tests), qui est montré au tableau 3.2, était de 14,3 % en 2000, de 6,5 % en 2005 et en 2006. Parmi les nouvelles admissions, le taux de séropositivité pour le VHC était de 15,4 % en 2000, de 7,5 % en 2005 et de 7,7 % en 2006. Dans la population carcérale générale, il était de 13,4 % en 2000, de 5,6 % en 2005 et de 5,5 % en 2006.

Il ressort du tableau B.1.i de l’annexe B qu’il existe de nettes différences régionales parmi les nouvelles admissions. C’est dans la région du Québec que le taux de séropositivité pour le VHC était le plus élevé en 2005 (14,8 %) et 2006 (18,8 %) et dans la région de l’Ontario qu’il était le plus faible en 2005 (3,1 %) et 2006 (3,0 %). Cependant, c’est aussi dans la région de l’Ontario que le taux de participation au dépistage était le plus élevé. Parmi les détenus de la population carcérale générale, c’est dans la région de l’Atlantique que le taux de séropositivité était le plus élevé en 2005 (9,1 %) et 2006 (12,1 %) et dans la région du Québec qu’il était le plus faible en 2005 (2,1 %) et 2006 (3,4 %).

Le taux de participation des femmes au dépistage du VHC était élevé à l’admission (annexe B, tableau B.1.ii), soit plus de 90 %, et le taux de séropositivité pour le VHC chez les femmes à l’admission était de 7,6 % en 2005 et de 2,4 % en 2006. Parmi les nouvelles admissions de sexe féminin, c’est dans la région de l’Atlantique que le taux de séropositivité pour le VHC était le plus élevé en 2005 (26,1 %) et dans la région du Québec en 2006 (10,8 %). C’est dans la région de l’Ontario qu’il était le plus faible en 2005 (2,6 %) et dans celles des Prairies et du Pacifique, en 2006 (0 %). Il est à noter que l’établissement pour femmes dans la région du Pacifique n’a ouvert que le 1er avril 2004.

Le taux de séropositivité pour le VHC chez les hommes parmi les nouvelles admissions était de 7,5 % en 2005 et de 8,4 % en 2006 (voir l’annexe B, tableau B.1.iii). C’est dans la région du Québec que le taux de séropositivité pour le VHC était le plus élevé en 2005 (14,9 %) et 2006 (19,5 %). Le taux de participation au dépistage à l’admission chez les hommes était de 46,5 % en 2005 et de 46,4 % en 2006. C’est dans la région de l’Ontario que le taux de participation au dépistage du VHC était le plus élevé parmi les nouvelles admissions de sexe masculin en 2005 (53,0 %) et 2006 (61,1 %).

Dans la population carcérale générale masculine, le taux de séropositivité pour le VHC était de 5,7 % en 2005 et de 5,6 % en 2006. C’est la région de l’Atlantique qui avait le taux de séropositivité pour le VHC le plus élevé parmi les nouvelles admissions de sexe masculin, en 2005 (9,4 %) comme en 2006 (12,4 %).

 

Tableau 3.2 : Nouveaux diagnostics d'infection à VHC parmi les nouvelles admissions et dans la population carcérale générale, 2001-2006
Statut du détenu 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006

Source : Données de surveillance agrégées du SSMI, SCC 2010.
1 – Le nombre total d'infections à VHC nouvellement diagnostiquées au SCC était de 407 en 1997, 560 en 1998 et 570 en 1999 (voir le rapport de surveillance pour 2002-2004 (SCC, 2008)).

Nouvelles admissions
Fréquence 244 195 226 220 254 178 193
Taux de positivité des tests 15,4 % 10,2 % 9,8 % 11,1 % 12,3 % 7,5 % 7,7 %
Population générale
Fréquence 289 367 257 244 191 176 164
Taux de positivité des tests 13,4 % 14,6 % 7,5 % 6,3 % 5,6 % 5,6 % 5,5 %
Total
Fréquence 553 562 483 464 445 354 357
Taux de positivité des tests 14,3 % 12,7 % 8,4 % 7,9 % 8,1 % 6,5 % 6,5 %

 

Rendement diagnostique des tests de dépistage du VHC parmi les nouvelles admissions

En divisant le nombre de cas d’infection à VHC nouvellement diagnostiqués par le nombre de tests effectués, on obtient une estimation normalisée du taux de nouveaux diagnostics d’infection à VHC (voir la figure 3.1). Le rendement diagnostique était de 154,1 cas d’infection à VHC nouvellement diagnostiqués en 2000, 75,2 en 2005 et 76,9 en 2006. En combinant les données de 2000 à 2006, on arrive à 1 510 cas de VHC nouvellement diagnostiqués à partir de 14 737 tests de dépistage, soit un rendement diagnostique de 102,5 cas nouvellement diagnostiqués pour 1 000 tests.

 

Figure 3.1 : Rendement diagnostique parmi les nouvelles admissions (infections à VHC nouvellement diagnostiquées1 pour 100 000 tests), 2000-2006 Figure 3.1 : Rendement diagnostique parmi les nouvelles admissions (infections à VHC nouvellement diagnostiquées1 pour 100 000 tests), 2000-2006

Source : Données de surveillance agrégées du SSMI, SCC, 2010.
1 – Parmi les personnes séronégatives auparavant ou dont le statut était inconnu.

 

Prévalence du VHC

Prévalence instantanée en fin d’année du VHC
La figure 3.2 montre l’estimation de la prévalence instantanée en fin d’année du VHC (voir aussi l’annexe B, tableau B.2). Le nombre de cas d’infection à VHC déclarés à la fin de l’année était de 3 581 en 2005 et de 3 661 en 2006, soit une augmentation de la prévalence de 58 % depuis 2000. Le taux de prévalence du VHC était de 29,3 % en 2005 et de 27,6 % en 2006.

 

Figure 3.2 : Prévalence en fin d’année du VHC, détenus, 1999-2006± Figure 3.2 : Prévalence en fin d’année du VHC, détenus, 1999-2006±

± - Pour les données de 1990 à 1998, voir le rapport de surveillance de 2002-2004
(SCC, 2008).
Source : Données de surveillance agrégées du SSMI, SCC 2010.

 

La prévalence instantanée en fin d’année fait également apparaître une variance selon le sexe (voir la figure 3.3 et l’annexe B, tableau B.2). Le taux de prévalence du VHC chez les femmes était évalué à 39,5 % en 2005 et à 36,0 % en 2006. Chez les femmes, c’est dans la région du Pacifique que la prévalence du VHC était la plus élevée en 2005 (68,1 %) et en 2006 (47,2 %). Les taux étaient également élevés parmi les femmes dans la région de l’Atlantique en 2005 (57,5 %) et 2006 (46,7 %). Le taux de prévalence du VHC chez les hommes était évalué à 29,0 % en 2005 et à 27,3 % en 2006. À l’échelle régionale, c’est dans la région de l’Atlantique que les taux étaient les plus élevés chez les hommes en 2005 (44,4 %) et 2006 (37,0 %), et dans la région du Québec qu’ils étaient le plus faibles en 2005 (17,6 %) et 2006 (19,2 %).

 

Figure 3.3 : Prévalence en fin d’année du VHC par sexe, détenus, 2000-2006 Prévalence en fin d’année du VHC par sexe, détenus, 2000-2006

Source : Données de surveillance agrégées du SSMI, SCC 2010.

 

La figure 3.4 présente une étude de la prévalence du VHC parmi les détenus de sexe masculin par niveau de sécurité. Ce graphique montre que le taux de prévalence du VHC est plus faible dans les établissements à sécurité minimale que dans les établissements à sécurité moyenne et ceux à niveaux de sécurité multiples, ce qui comprend les hôpitaux et les centres de traitement régionaux. Les taux de VHC dans les établissements à sécurité maximale étaient inférieurs à ceux des autres niveaux de sécurité jusqu’en 2003, mais ils ont augmenté et, depuis quelques années, ils avoisinent ceux des établissements à sécurité moyenne (2004-2006).

 

Figure 3.4 : Prévalence en fin d’année du VHC chez les détenus
de sexe masculin, par niveau de sécurité, 2000-2006
Figure 3.4 : Prévalence en fin d'année du VHC chez les détenus
      de sexe masculin, par niveau de sécurité, 2000-2006

Source : Données de surveillance agrégées du SSMI, SCC 2010.

 

Prévalence du VHC au cours d’une période donnée
Le tableau 3.3 (voir également l’annexe B, tableau B.2) donne une estimation du nombre total connu de détenus vivant avec le VHC qui étaient incarcérés dans des pénitenciers fédéraux canadiens au cours d’une année donnée. Le nombre de détenus reconnus comme étant séropositifs pour le VHC à l’admission est passé de 1 034 en 2005 à 1 165 en 2006. En combinant l’information sur le nombre de détenus séropositifs pour le VHC chaque début d’année avec le nombre de nouvelles admissions que l’on sait être infectées et le nombre de détenus nouvellement diagnostiqués séropositifs pour le VHC, on peut calculer la prévalence du VHC au cours d’une période donnée. Par exemple, chaque début d’année civile 2006, les établissements du SCC ont déclaré un total de 3 467 détenus séropositifs pour le VHC. Par ailleurs, il y avait 1 165 détenus déjà séropositifs à l’admission et 367 autres cas de VHC nouvellement diagnostiqués. Par conséquent, en 2006, il y avait dans les établissements du SCC 4 989 détenus séropositifs pour le VHC (prévalence du VHC de 27,2 % pour cette période).

 

Tableau 3.3 : Prévalence du VHC au cours d'une période donnée1 : cas de séropositivité connus à l'admission et cas nouvellement diagnostiqués, 2000-2006
  2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006

Source : Données de surveillance agrégées du SSMI, SCC 2010.
1 – Les données varient d'une année à l'autre en raison d'écarts dans les données, des transfèrements au sein et à l'extérieur des établissements, et des mises en liberté survenues au cours de l'année civile.

Nombre de cas de séropositivité pour le VHC chaque début d'année 2 317 2 720 2 937 3 192 3 277 3 360 3 467
Cas de séropositivité pour le VHC à l'admission 747 858 937 989 1 074 1 034 1 165
Cas de séropositivité pour le VHC nouvellement diagnostiqués 553 562 483 464 445 354 357
Nouvelles admissions 244 195 226 220 254 178 193
Population générale 289 367 257 244 191 176 164
Nombre annuel de cas de séropositivité connus pour le VHC 3 597 4 140 4 357 4 645 4 796 4 748 4 989
Prévalence pour une année donnée 18,1 % 21,6 % 26,5 % 28,3 % 27,4 % 25,9 % 27,2 %

 

Traitement de l’infection à VHC

Pour chaque mois, le SSMI fournit le nombre de détenus chez qui un traitement est amorcé et le nombre de détenus en traitement pour une infection à VHC (voir l’annexe B, tableau B.3). Le nombre de détenus chez qui un traitement a été amorcé était de 91 en 2000, de 267 en 2005 et de 370 en 2006 (tableau 3.4). Le nombre moyen de détenus en traitement pour le VHC sur une période d’un mois était de 40 en 2000, 136 en 2005 et 184 en 2006.

 

Tableau 3.4 : Traitement de l'infection à VHC : Amorce de traitement de l'infection à VHC et participation à des traitements, détenus, 2000-2006
  2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006

Source : Données de surveillance agrégées du SSMI, SCC 2010.

Nombre de détenus chez qui on a amorcé un traitement de l'infection à VHC 91 123 163 271 252 267 370
Nombre moyen de détenus séropositifs pour le VHC par mois [A] 2 253 2 916 3 128 3 179 3 252 3 572 3 621
Nombre moyen de détenus en traitement pour le VHC par mois [B] 40 56 90 120 129 136 184

 

Mises en liberté dans la collectivité – VHC

La majorité des détenus sous responsabilité fédérale purgent une peine déterminée, puis sont mis en liberté et retournent dans la collectivité. Le tableau 3.5 (voir aussi l’annexe B, tableau B.2) montre que le nombre total de détenus dont on sait qu’ils vivent avec le VHC et qui ont été mis en liberté dans la collectivité était de 2 065 en 2005 et 2 183 en 2006.

 

Tableau 3.5 : Nombre de détenus dont la séropositivité pour le VHC
est connue et qui sont mis en liberté dans la collectivité, 2000-2006
  2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006

Source : Données de surveillance agrégées du SSMI, SCC 2010.

Nombre de détenus dont la séropositivité pour le VHC est connue et qui ont été mis en liberté dans la collectivité 1 156 1 506 1 856 2 354 2 472 2 065 2 183

 

Surveillance accrue : Résultats des données du Web-SSMI sur le VHC

Antécédents médicaux relatifs au VHC à l’admission

Les tableaux B.4.i et B.5.i de l’annexe B présentent des données issues de la surveillance accrue dont font l’objet les nouvelles admissions, par région, par sexe et par origine. L’administration centrale a reçu des rapports de surveillance accrue pour 5 840 nouvelles admissions en 2005-2006, ce qui représente 59 % des détenus nouvellement admis au cours de cette période. Sur ces 5 840 nouvelles admissions, 49,3 % ont déclaré avoir déjà subi un test de dépistage du VHC, et le pourcentage était plus élevé chez les femmes que chez les hommes (64,6 % c. 48,5 %). Globalement, 761 des personnes qui ont déjà subi un test (26,4 %) déclarent que ce dernier était positif, et là encore, le pourcentage est plus élevé chez les femmes (44,2 %) que chez les hommes (25,2 %). Parmi ces personnes séropositives, 9,9 % déclarent avoir déjà été soignées pour leur infection par le VHC. Les chiffres sont certes petits, mais le pourcentage de participation des femmes au traitement est inférieur à celui des hommes (6,8 % c. 10,3 %).

Il ressort du tableau B.5 de l’annexe B que les détenus autochtones faisaient plus souvent état d’un test antérieur de dépistage du VHC (60,3 %) que les non-Autochtones nés au Canada (46,6 %) ou les détenus nés à l’étranger (30,7 %). Parmi les nouvelles admissions, les Autochtones déclaraient plus souvent un résultat positif antérieur à un test de dépistage du VHC (32,3 %) que les non-Autochtones nés au Canada (24,7 %) ou les détenus nés à l’étranger (5,9 %). Parmi les détenus séropositifs, les non-Autochtones nés au Canada étaient les plus nombreux à se faire soigner (9,6 %), suivis par les Autochtones (8,2 %).

Dépistage du VHC à l’admission

Les données du Web-SSMI sur les tests de dépistage parmi les nouvelles admissions rejoignent les données agrégées du SSMI. Elles comprennent 4 121 tests de dépistage du VHC parmi les nouvelles admissions en 2005-2006, ou 84 % des 4 878 demandes de tests de dépistage du VHC mentionnées au tableau 3.1.

Sur les 4 121 tests de dépistage du VHC entrés dans le Web-SSMI, les résultats n’étaient disponibles que pour 2 494 (60,5 %). Au total, 224 cas d’infection à VHC nouvellement diagnostiqués sont signalés dans les données de surveillance accrue, contre 371 au tableau 3.2 (60 %). Inversement, 2 199 cas prévalents de séropositivité pour le VHC parmi les nouvelles admissions sont signalés dans le SSMI en 2005-2006, contre 761 dans le Web-SSMI, ce qui équivaut à 35 %. Il en résulte globalement une incapacité de mesurer et d’évaluer directement la prévalence du VHC en utilisant les données du Web-SSMI. Il est à noter que les données du Web-SSMI ne comprennent les tests de confirmation que de 441 de ces 761 cas. En effet, en pratique, toutes les infections à VHC autodéclarées sont confirmées par des analyses en laboratoire qui consistent à répéter l’épreuve immunoenzymatique (EIA) ou à évaluer la charge virale et l’ARN du VHC.

Il est possible, en utilisant les données du Web-SSMI pour les nouvelles admissions, d’évaluer le rendement diagnostique (nombre de cas nouvellement diagnostiqués pour 1 000 tests) (voir l’annexe B, tableaux B.4.i et B.5.i.). En ne tenant compte que des dossiers pour lesquels le Web-SSMI dispose d’un résultat de laboratoire valide, le nombre d’infections à VHC nouvellement diagnostiquées pour 1 000 tests de dépistage était de 90/1 000, soit plus que l’estimation du SSMI, qui était de 75-76 pour 1 000. Le rendement diagnostique était plus élevé chez les femmes (127/1 000) que chez les hommes (88/1 000), et chez les Autochtones (131/1 000) que chez les non-Autochtones nés au Canada (79/1 000).

Test de dépistage du VHC pendant l’incarcération et séroconversion

Au total, le Web-SSMI fait état de 2 850 tests de dépistage du VHC parmi les détenus de la population carcérale générale (voir l’annexe B, tableaux B.4.ii et B.5.ii), soit 47 % des 6 120 mentionnés au tableau 3.1. Globalement, 60,3 % déclarent s’être déjà soumis à un test de dépistage du VHC, ce qui donne à penser que, au moins pour le groupe enregistré dans le Web-SSMI pour les années 2005 et 2006, les détenus ont généralement subi un test auparavant, soit à leur admission, soit auparavant dans la collectivité. Au total, le Web-SSMI fait état de 334 infections au VHC nouvellement diagnostiquées parmi les détenus de la population carcérale générale, contre 340 au tableau 3.2.

On ne sait pas vraiment si la séropositivité pour le VHC parmi les détenus de la population carcérale générale (estimée à 5,5 %-5,6 %, données du SSMI pour 2005 2006) se rapproche d’un taux de séroconversion, car les données agrégées ne comprennent pas de renseignements sur les tests antérieurs (voir le tableau 3.2). Les données du Web-SSMI permettent bien d’évaluer le taux de séroconversion VHC. En tout, 424 personnes figuraient dans le Web-SSMI comme ayant subi de nouveaux tests pour le VHC avec des résultats négatifs à l’admission. Parmi elles, 13 sont devenues séropositives pour le VHC à des tests de suivi. Si l’on part de l’hypothèse que les 424 détenus participent à une année d’observation, il est possible d’évaluer de façon sommaire le taux de séroconversion en divisant les 13 par 424 et en extrapolant le résultat à un taux pour 1 000, ce qui donne approximativement une séroconversion VHC de 31 pour 1 000 détenus séronégatifs pour le HCV par an.

Estimation de la prévalence du VHC

Il est possible, en utilisant les données du Web-SSMI, d’évaluer la prévalence du VHC en combinant tous les cas d’infection à VHC confirmés en laboratoire et ceux des détenus qui déclarent être séropositifs pour le VHC pour lesquels on n’a pas de résultats de laboratoire (voir l’annexe B, tableaux B.4.iii et B.5.iii). Parmi les détenus qui ont subi un test, la prévalence globale du VHC est estimée à 31,6 %, ce qui est légèrement supérieur à l’estimation du SSMI, qui est de 27,6 % (voir la figure 3.2). Comme dans les données du SSMI, la prévalence du VHC est plus élevée chez les femmes (40,7 %) que chez les hommes (31,1 %) (annexe B, tableau B.4.iii). Elle est également plus élevée chez les Autochtones (39,4 %) que chez les non-Autochtones nés au Canada (27,4 %) et les détenus nés à l’étranger (7,7 %) (annexe B, tableau B.5.iii).

Afin de se rapprocher de la méthodologie du SSMI pour établir des estimations de la prévalence en divisant le nombre de cas par la population totale, une deuxième mesure a été élaborée dans le cadre de laquelle le nombre de cas a été divisé par le nombre de détenus, indépendamment des résultats des tests. La prévalence globale du VHC d’après cette méthode est de 18,0 %, avec des tendances similaires selon le sexe et l’origine.

 


Footnote

7 Aux fins de ce rapport, un nouveau diagnostic d’infection à VHC est un résultat de test positif pour les anticorps anti-VHC. En 2005 et 2006, certaines provinces disposaient de tests de dépistage PCR pour le VHC (Wong, 2006). Des tests de confirmation pour le VHC n’ont donc pas été effectués de façon uniforme dans tout le SCC ou, en fait, dans toutes les régions.

8 Un nouveau diagnostic n’est pas synonyme de nouvelle infection – une personne peut avoir été infectée il y a quelque temps et ne pas connaître son statut. Pour déterminer un délai de séroconversion, les données de tests séronégatifs antérieurs sont nécessaires.

 

Page précédente | Table des matières | Page suivante