Service correctionnel du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Revue de la littérature sur les techniques de traitement en toxicomanie

Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Références pour désintoxication

Le principal objectif d'un service de désintoxication est de soutenir les gens pendant qu'ils débarrassent leur organisme de l'alcool ou des stupéfiants et s'adaptent à une vie sans drogue. Les centres de désintoxication offrent un milieu sûr aux clients qui ont un problème de toxicomanie ou qui sont en sevrage de drogue ou d'alcool. En général, les symptômes du sevrage sont contraires aux effets originaux de la drogue (p. ex. le sevrage de dépresseurs, comme l'alcool, produit généralement un niveau de stimulation élevé).

La désintoxication est le processus par lequel les clients atteignent un niveau minimal acceptable du fonctionnement social, psychologique et physique. Les services de désintoxication peuvent être assurés sous surveillance médicale, mais ne le sont pas nécessairement. Les traitements médicaux ne s'échelonnent que sur quelques jours et visent à contrer les effets secondaires désagréables du sevrage. La désintoxication non médicale, parfois appelée le « modèle social » implique le suivi du client durant la période de sevrage sans recourir à des médicaments d'ordonnance pendant un court laps de temps.

L'objectif à court terme du service de désintoxication est la stabilisation immédiate du patient, tandis que l'objectif à long terme est généralement son renvoi à des services de suivi. La durée de la période de désintoxication varie d'un client à l'autre et selon les modalités du traitement, mais la durée moyenne du traitement est de trois à cinq jours. Les modalités du traitement varient selon qu'il s'agit de régions urbaines ou rurales, mais elles prévoient généralement des services en établissement, des services de consultation externe et des services à domicile.

Les données de recherche indiquent que les centres de désintoxication réussissent souvent à amener leurs clients à cesser de consommer de l'alcool ou de la drogue à court terme. La cure de désintoxication est généralement la première étape seulement d'un traitement visant à amener, chez l'individu, un changement de comportement à long terme. Malheureusement, les centres de désintoxication sont moins efficaces lorsqu'il s'agit d'adresser leurs clients à des services de suivi, qui pourraient amener, chez ces derniers, un changement de comportement à long terme. Deux raisons expliquent cet état de choses. Premièrement, un grand nombre des clients des centres de désintoxication cherchent simplement à se désintoxiquer, leur but n'étant pas de cesser de consommer de l'alcool ou de la drogue. Il est connu, par exemple, que les héroïnomanes se font désintoxiquer pour abaisser leur seuil de tolérance à l'héroïne de manière à ne pas avoir à débourser une importante somme d'argent pour s'en procurer une quantité suffisante. Deuxièmement, de nombreux centres de désintoxication disposent d'un maigre budget, leurs employés sont mal rémunérés, et les centres n'ont pas les ressources nécessaires pour assurer des services de renvoi efficaces,

Ross et Lightfoot (1985) soulignent que la désintoxication ne vise pas principalement la réadaptation mais plutôt des objectifs d'ordre économique et social : faire en sorte qu'il n'y ait plus de toxicomanes dans les rues; assurer à ces derniers des soins médicaux; redéfinir l'alcoolisme, c'est-à-dire ne plus le considérer comme un problème criminel mais comme un problème médical et social; et réduire les coûts de la justice pénale. Cependant, les critiques prétendent que la cure de désintoxication, si elle n'est pas assortie de services de réadaptation et de suivi, ne donne pour ainsi dire rien de plus qu'un séjour comparable dans un pénitencier et mène à un cercle vicieux (Fondation de recherche sur l'alcoolisme et la toxicomanie : 1994).

Références pour désintoxication:

Addiction Research Foundation, Alcohol and Drug Treatment in Ontario, Toronto: 1994.

Hamilton, J.R., “Evaluation of detoxification service for habitual drunken offenders”, British Journal of Psychiatry, 135, 28-34, 1979.

Ross, R.R. and Lightfoot, L. (1985), Treatment of the Alcohol Abusing Offender, Springfield: Charles Thomas Publisher