Perceptions des délinquants au sujet de la valeur du travail

Pour obtenir une version PDF du rapport intégral, veuillez écrire à l'adresse suivante : recherche@csc-scc.gc.ca

Mots clés

Programmes d'emploi, perceptions des délinquants, interventions correctionnelles

Pourquoi nous avons effectué cette étude

Les délinquants qui obtiennent un emploi et le conservent, enregistrent généralement des taux de récidive plus faibles. Par conséquent, préparer ces derniers au milieu du travail est un besoin important auquel il faut répondre avant leur mise en liberté, d'autant plus que les personnes qui sont admises au sein du système correctionnel fédéral ont des antécédents instables en matière d'emploi : 70 % présentent des antécédents professionnels instables au moment de leur admission, 60 % ou plus n'ont pas de métier ou de compétences professionnelles et 70 % n'ont pas terminé leurs études secondaires.

Malgré l'importance de l'employabilité pour la réduction de la récidive, il y a une lacune dans nos connaissances quant aux perceptions des délinquants au sujet du travail et de la façon dont ils évaluent les coûts et les avantages du travail par rapport à la criminalité. Une meilleure compréhension de ces valeurs permettra au SCC de concevoir des interventions qui répondent mieux à ces besoins.

Ce que nous avons fait

Cette étude portait sur les points de vue des délinquants concernant la valeur qu'ils attribuent entre le travail et l'agir criminel. Les résultats regroupent 294 délinquants et 14 délinquantes sous responsabilité fédérale placés sous contrôle dans la collectivité. Les délinquants ont répondu à deux questionnaires : le premier de trois à six semaines après leur élargissement et l'autre après un séjour d'environ six mois au sein de la collectivité.

Ce que nous avons trouvé

La sécurité financière et le gain matériel étaient les deux avantages du travail mentionnés le plus souvent; cependant, d'après les avantages tels que l'épanouissement, la satisfaction personnelle et le fait de vouloir subvenir aux besoins de sa famille et de ses amis, la valeur attribuée au travail n'est pas entièrement extrinsèque. Les répondants ont indiqué la plupart du temps que le temps libre et de loisirs insuffisant ainsi que le cadre structuré et(ou) l'horaire d'un emploi étaient des inconvénients liés au travail. De plus, les délinquants craignaient d'entrer en conflit avec leurs collègues et leurs employeurs.

La majorité des répondants n'ont pas attribué une valeur positive à la criminalité; toutefois, les avantages mentionnés le plus souvent par ceux ayant répondu à ces questions étaient l'attrait de l'argent rapide et facile sans la responsabilité du travail. Par contre, les inconvénients étaient l'incarcération et le temps perdu.

Les analyses des réponses aux questionnaires pour les deux périodes ont montré que les perceptions des délinquants au sujet de la valeur du travail et de la criminalité étaient généralement constantes au fil du temps.

Ce que cela signifie

Pour pouvoir concevoir des programmes correctionnels qui répondent mieux aux besoins des délinquants, il importe que nous connaissions leurs perceptions et leurs valeurs. Les attitudes à l'égard du travail et de la criminalité dont ont fait état les participants à l'étude montrent que la plupart de leurs perceptions sont assez conformistes. Afin d'accroître la possibilité d'obtenir un emploi et de le conserver, les interventions correctionnelles pourraient porter sur des questions que les délinquants considéraient comme des difficultés, tel le fait d'accepter les directives des employeurs, l'établissement de relations positives avec les collègues et les efforts visant à établir un juste équilibre entre le travail et la vie personnelle.

Pour de plus amples renseignements

Scott, T. et C. Gillis  (2011). Perceptions des délinquants au sujet de la valeur du travail, Rapport de recherche. R-243. Ottawa (Ontario), Service correctionnel du Canada.

Pour obtenir une version PDF du rapport intégral, veuillez écrire à l'adresse suivante : recherche@csc-scc.gc.ca

Préparé par : Terri-Lynne Scott

Pour nous joindre

Direction de la recherche

(613) 995-3975