Besoins en santé mentale des délinquantes sous responsabilité fédérale

Pour obtenir une version PDF du rapport intégral, veuillez écrire à l'adresse suivante : recherche@csc-scc.gc.ca

Mots clés

Délinquantes, santé mentale

Pourquoi nous avons effectué cette étude

Le pourcentage de délinquantes sous responsabilité fédérale chez qui un trouble mental a été diagnostiqué à l'admission a fortement augmenté au cours de la dernière décennie. L'une des priorités du Service correctionnel du Canada (SCC) est de renforcer sa capacité de répondre aux besoins en santé mentale des délinquants dont il a la charge. Il est donc essentiel de comprendre la nature des besoins des délinquantes en la matière. Notre étude donne un aperçu des besoins en santé mentale de ces femmes en examinant les taux longitudinaux de troubles psychiatriques et d'indices de détresse psychologique.

Ce que nous avons fait

Pour évaluer les besoins en santé mentale des délinquantes, nous avons utilisé deux outils : une version de dépistage du Computerized Diagnostic Interview Schedule (C-DIS-IV) et l'Inventaire d'évaluation de la personnalité (IEP)Note de bas de page 1.

Toutes les femmes incarcérées dans un établissement du SCC entre septembre 2009 et février 2010 étaient admissibles à l'étude. Un échantillon de 88 femmes a répondu au C-DIS-IV (questionnaire d'entrevue détaillé nécessitant jusqu'à trois heures), et 217 femmes ont rempli l'IEP, plus court.

Ce que nous avons trouvé

La vaste majorité des femmes de l'échantillon ont eu des symptômes correspondant à un diagnostic de trouble psychiatrique au cours de leur vie (94 %) selon le C-DIS-IV. De plus, 85 % ont eu des symptômes de plus d'un trouble. Des taux élevés ont été constatés pour de nombreux troubles, mais les plus notables concernaient l'état de stress post-traumatique (52 %), l'épisode dépressif majeur (69 %) et le trouble de la personnalité antisociale (83 %). Ces conclusions se sont reflétées dans les données de l'IEP. L'IEP a aussi révélé un taux très élevé de traits de la personnalité limite dans l'échantillon (32 %) par rapport à un échantillon de la collectivité.

L'étude a en outre fait ressortir d'importants besoins liés à la toxicomanie. La majorité des femmes de l'échantillon (80 %) avaient déjà été dépendantes d'au moins une substance intoxicante au cours de leur vie. La consommation abusive d'alcool ou de drogues s'est révélée le principal facteur de différenciation entre Autochtones et non-Autochtones, ce problème étant plus fréquent chez les délinquantes autochtones.

Ce que cela signifie

Les résultats montrent l'étendue et la complexité des problèmes de santé mentale des délinquantes et les particularités de leurs besoins par rapport à ceux des hommes. Ils mettent en évidence la nécessité de disposer de ressources stables et adéquates, en établissement comme dans la collectivité, pour surmonter les obstacles au traitement et au succès de la réinsertion sociale. Des évaluations et des traitements complets et continus sont donc indispensables à la réussite de la transition entre l'établissement et la collectivité.

Pour de plus amples renseignements

Derkzen, D., Booth, L., McConnell, A., et Taylor, K. (2012). Besoins en santé mentale des délinquantes sous responsabilité fédérale. Rapport de recherche R-267. Ottawa (Ontario) : Service correctionnel du Canada.

Pour obtenir une version PDF du rapport intégral, veuillez écrire à l'adresse suivante : recherche@csc-scc.gc.ca

Préparé par : Kim Allenby

Pour nous joindre

Direction de la recherche
613-995-3975
recherche@csc-scc.gc.ca

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Le C-DIS-IV est une entrevue structurée conçue pour déterminer la présence ou l'absence de troubles psychiatriques majeurs selon les critères établis dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. L'IEP est une autoévaluation de la personnalité conçue pour l'évaluation clinique des adultes de 18 ans et plus. 

Retour à la référence de la note de bas de page 1