Délinquants purgeant une peine de ressort fédéral atteints de troubles mentaux : résultats correctionnels et intervention correctionnelle

Pour obtenir une version PDF du rapport intégral, veuillez écrire à l'adresse suivante : recherche@csc-scc.gc.ca

Mots clés

délinquants atteints de troubles mentaux, résultats pour les délinquants atteints de troubles mentaux

Pourquoi nous avons effectué cette étude

Les délinquants atteints de troubles mentaux (DTM) représentent un pourcentage croissant de la population de délinquants. Ce groupe constitue un défi pour ceux qui ont la responsabilité d’assurer la prestation de services spécialisés, dont beaucoup auront besoin. Une étude antérieure menée par le SCC avait permis de constater que les DTM avaient obtenu en réalité de meilleurs résultats correctionnels que les délinquants non atteints de troubles mentaux. Il est nécessaire de mettre à jour cette recherche afin d’évaluer l’incidence des diagnostics de troubles mentaux sur les résultats obtenus en établissement et dans la collectivité et d’examiner la surveillance correctionnelle dont font l’objet ces délinquants.

Ce que nous avons fait

La codification des dossiers des DTM a permis de recenser 202 délinquants (dont 17 délinquantes) atteints de troubles mentaux. Les profils et les résultats concernant ces délinquants ont été comparés à ceux de 594 autres délinquants non atteints de troubles mentaux qui étaient incarcérés au même moment. L’intervention correctionnelle a été évaluée en comparant le placement pénitentiaire initial, le taux de libération discrétionnaire et le taux de révocation pour manquement aux conditions de la libération conditionnelle de chaque groupe.

Ce que nous avons trouvé

Les délinquants atteints de troubles mentaux présentaient des niveaux de risque et de besoins généralement plus élevés et des taux de toxicomanie supérieurs, mais ils avaient des besoins plus faibles dans les domaines des fréquentations criminelles et des attitudes antisociales. Ils étaient plus susceptibles de purger une peine pour violence et moins susceptibles d’être mariés ou de vivre en union de fait. En dépit de leurs problèmes de santé mentale, 61 % d’entre eux avaient terminé un programme correctionnel, un taux à peine plus bas que celui des délinquants non atteints de troubles mentaux.

L’examen de l’intervention correctionnelle dont font l’objet les délinquants atteints de troubles mentaux indique qu’ils étaient plus susceptibles d’être placés initialement dans un établissement à sécurité maximale et moins susceptibles de l’être dans un établissement à sécurité minimale, même si les résultats qu’ils avaient obtenus sur l’Échelle de classement par niveau de sécurité ne différaient pas de ceux du groupe témoin. Ils étaient moins susceptibles de se voir accorder une libération discrétionnaire sous forme de semi-liberté et plus susceptibles d’être libérés à la date prévue de leur libération d’office. Ils étaient plus susceptibles de faire l’objet d’une révocation de leur mise en liberté pour manquement aux conditions. Cependant, étant donné les niveaux de risque et de besoins élevés de ces délinquants, ces constatations ne peuvent pas être attribuées uniquement à leur diagnostic de troubles mentaux.

Les délinquants atteints de troubles mentaux avaient beaucoup plus d’accusations d’infractions disciplinaires mineures et graves et plus de placements en isolement sollicité et non sollicité. Après la mise en liberté, ils étaient plus susceptibles d’être à nouveau condamnés même si on tient compte des niveaux de risque et de besoins, de l’âge et de la toxicomanie, quoique cette tendance n’était pas valable pour les délinquants autochtones. Les facteurs qui expliquent le mieux les résultats de cet échantillon de délinquants sont les troubles mentaux, la toxicomanie et les attitudes criminelles. Le petit nombre de délinquantes de ce groupe ne permettait pas de faire une analyse distincte selon le sexe.

Ce que cela signifie

Un diagnostic de trouble mental contribue à des résultats correctionnels inférieurs même lorsque l’on prend en compte le risque, l’âge et la toxicomanie. Une stratégie de surveillance qui tient compte directement des troubles mentaux ainsi que des facteurs criminogènes est recommandée afin de réduire la récidive parmi les délinquants de ce groupe.

Pour de plus amples renseignements

Stewart, L., Wilton, G. et Cousineau, C. (2012)  Délinquants purgeant une peine de ressort fédéral atteints de troubles mentaux : résultats correctionnels et intervention correctionnelle. Rapport de recherche R-268,Ottawa, ON : Service correctionnel du Canada.

Pour obtenir une version PDF du rapport dans son intégralité, veuillez écrire à l'adresse suivante : recherche@csc-scc.gc.ca

Préparé par : Lynn Stewart

Pour nous joindre

Direction de la recherche
(613) 995-3975
recherche@csc-scc.gc.ca