Étude 3 sur 3 : Estimation de la vulnérabilité à la radicalisation en milieu correctionnel

Pour obtenir une version PDF du rapport intégral, veuillez écrire à l'adresse suivante : recherche@csc-scc.gc.ca

Mots clés

radicalisation, extrémistes violents, groupe menaçant la sécurité, terrorisme

Ce que cela signifie

Il serait utile pour le Service correctionnel du Canada (SCC) de pouvoir déterminer quels sont les détenus susceptibles d’être plus vulnérables aux influences radicales et d’intervenir en conséquence avant qu’ils ne soient exposés ou ne se convertissent à une idéologie radicale.

Dans le cadre du présent projet, nous avons relevé des concepts de base en matière de vulnérabilité à la radicalisation dans la documentation théorique et déterminé des indicateurs possibles à partir des données disponibles dans le Système de gestion des délinquant(e)s (SGD) du SCC. Ces résultats constituent une première étape en vue de mesurer de manière quantitative le degré de vulnérabilité des délinquants en milieu carcéral. L’examen a également généré une liste de concepts jugés importants relativement à la vulnérabilité à la radicalisation, mais non représentés à l’heure actuelle dans les bases de données du SCC. Ces facteurs pourraient jouer un rôle important dans d’autres études réunissant des données supplémentaires et pourraient orienter les futures évaluations opérationnelles quant à la vulnérabilité à la radicalisation.

Ce que nous avons constaté

Après avoir examiné la documentation théorique et cerné des indicateurs potentiels pour mesurer les concepts de base, nous avons procédé à une analyse en composantes principales (ACP) des variables indicatrices afin de mesurer chacun des concepts de base. Un certain nombre de variables indicatrices et prometteuses ont été définies pour chacun des concepts de base suivant (nombre de variables individuelles indiqué entre parenthèses) : capacités d’attachement limitées (3), faible soutien familial (4), attitudes violentes (5), attitudes négatives envers la société traditionnelle (4), mode de vie désordonné (5), violence familiale (3), griefs (1), emploi (7) et préoccupations en matière de sécurité personnelle (2).

À titre d’exemple, les variables qui permettent d’établir les changements fréquents de logement, l’instabilité financière, le faible sentiment d’appartenance à la collectivité, le manque d’activités de loisirs constructives et le recours à l’aide sociale peuvent raisonnablement être considérées comme des facettes du concept de base « mode de vie désordonné ».

Pourquoi nous avons effectué cette étude

En tant que partenaire de l’Initiative de recherche et de technologie (IRTC) chimique, biologique, radiologique, nucléaire et sur les explosifs (CBRNE), la Direction de la recherche du SCC a été chargée d’approfondir les connaissances quantitatives touchant les extrémistes violents au Canada au moyen d’une évaluation des données liées aux extrémistes violents dans les établissements fédéraux.

À ce titre, trois études interreliées portant sur les délinquants radicalisés dans les établissements fédéraux (voir également Recherche en un coup d’œil no R-313-1 et no R-313-2) ont été réalisées à la fois pour combler les lacunes dans les connaissances entourant les délinquants radicalisés, orienter les politiques et les opérations correctionnelles.

Ce que nous avons fait

La présente étude, laquelle s’inscrit dans un ensemble de trois, comprend une revue de littérature sur la radicalisation en milieu carcéral visant à déterminer les concepts les plus courants et les plus importants. Nous avons ensuite examiné la base de données du SGD du SCC afin de trouver des variables indicatrices individuelles représentant diverses facettes d’un concept de base. Ces variables ont par la suite fait l’objet d’une analyse en composantes principales afin de déterminer celles qui étaient les plus étroitement associées à un concept de base.

Pour de plus amples renseignements

Stys, Y., R. Gobeil, A. J. R. Harris et S. Michel (2014). Les extrémistes violents dans les établissements fédéraux : estimation de la radicalisation et de la vulnérabilité à la radicalisation dans la population carcérale fédérale (Rapport de recherche R-313). Ottawa (Ontario), Service correctionnel du Canada.

Pour obtenir le rapport complet en version PDF ou pour toute autre demande de renseignement, veuillez communiquer avec la Direction de la recherche par courriel ou par téléphone au 613-995-3975.

Vous pouvez aussi consulter le site Web pour obtenir la liste complète de nos publications de recherche.