Service correctionnel du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

FORUM - Recherche sur l'actualité correctionnelle

Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

La méthode Cyrano : l'utilisation du théâtre à des fins thérapeutiques

L'incarcération est une solution à laquelle on a largement recours dans notre système correctionnel. Cependant, pour en maximiser les résultats, il faut unifier nos objectifs de protection de la société et de réhabilitation. Nous croyons, en effet, que la protection de la société passe nécessairement par la réeducation du délinquant.

La méthode Cyrano représente une approche thérapeutique pouvant s'avérer bénéfique aux détenus; il s'agit d'utiliser le théâtre pour aider ceux-ci à libérer leurs émotions refoulées, à mieux se connaître et à mieux connaître les autres. La prise de conscience qui en résulte peut entraîner une modification du comportement.

Cet article décrit le cadre théorique et les principaux éléments de la méthode Cyrano. Il résume aussi les résultats de recherches initiales permettant de croire que cette méthode pourrait avoir des effets positifs dans le cadre d'un traitement en milieu carcéral.

Les fondements de la méthode

La méthode Cyrano repose à la fois sur la catharsis, la parole, le théâtre et le besoin d'expression. Il s'agit d'une méthode qui s'inspire de la pièce Cyrano de Bergerac, dans laquelle Cyrano souffle des vers à l'oreille de Christian pour l'aider à exprimer son amour à la belle Roxanne. Ainsi, Christian a pu d'une part, vivre ses émotions et d'autre part, les communiquer. Ceci amène notre prémisse de base : l'absence de mots crée la violence. Celle-ci peut être dirigée vers l'extérieur, ou tournée vers l'intérieur, entraînant ainsi au mieux, un retrait, un repli sur soi. La méthode Cyrano prête aux détenus les mots qui, par un phénomène de blocage, ne parviennent pas à la surface et demeurent plutôt refoulés. Pour ce faire, un extrait de pièce de théâtre, choisi en fonction de la problématique du sujet, lui sera donné à jouer. En jouant ce rôle il apprend à se connaître, car un comédien doit comprendre le personnage qu'il incarne. Le détenu doit donc trouver les émotions, les traits de personnalité, les qualités et les défauts de son personnage, mais qui sont en réalité un reflet des siens.

Le cadre théâtral offre aux détenus un sentiment de sécurité lorsqu'ils expriment des émotions par la protection que constitue le personnage et par l'aspect ludique lié au théâtre.

L'importance de l'expression verbale

Selon Socrate, une personne qui perd la capacité de s'exprimer perd son identité. Ce grand philosophe a conçu une méthode, la maieutique, pour permettre à l'âme de retrouver son identité par l'expression verbale(2).

Il est intéressant de se pencher sur les expériences vécues par les personnes atteintes d'aphasie, un trouble qui limite la capacité de parler et de comprendre le langage. Il n'est pas rare d'observer un changement radical de la personnalité chez les aphasiques. Des personnes calmes et raisonnables peuvent devenir anxieuses et irritables, et des personnes douces peuvent devenir agressives(3). La perte de la parole peut aussi entraîner l'égocentrisme, le narcissisme, la frustration et une diminution de l'estime de soi. L'incapacité à recourir au langage entraîne des dommages internes et une rupture des liens entre l'individu et la société.

Méthodologie

L'étude s'est échelonnée sur 16 semaines, dans un établissement à sécurité minimale du Service correctionnel du Canada situé dans la région du Québec. Les ateliers avaient lieu deux fois par semaine, à raison de trois heures chacun. Comme nous nous attendions à ce qu'il y ait un certain taux d'abandon, nous avons décidé de commencer l'étude avec 12 détenus.

Tous les détenus choisis avaient une peine relativement longue à purger (il fallait qu'ils demeurent à l'établissement jusqu'à la fin de l'étude), ils avaient tous le français comme langue maternelle (les émotions vont plutôt se produire de façon libre et spontanée dans la langue liée à l'affectivité) et aucun ne souffrait d'un trouble mental.

Le groupe était composé de détenus reconnus coupables des infractions suivantes : meurtre (8 détenus), homicide involontaire coupable (1), agression sexuelle grave et vol avec violence (1), prise d'otage, enlèvement et vol à main armée (1) et introduction par effraction, méfait et recel (1).

Dans un journal tenu pour chaque atelier, nous avons noté de façon détaillée le déroulement de l'atelier, les progrès de chaque détenu ainsi que notre propre conduite à l'intérieur des ateliers. Bien qu'il soit impossible de contrôler tous les facteurs dans une étude de ce genre, nous nous sommes efforcés de noter toute circonstance pouvant avoir un effet sur le comportement du détenu. Nous pouvions néanmoins tenir compte de certains critères observables en atelier, notamment la motivation et le degré de participation de chacun des détenus, les capacités expressives verbales, vocales et corporelles, le degré d'empathie manifesté par chacun, le degré d'ouverture à l'égard des exercices qui faisaient entrer en jeu l'inconscient ainsi que la résistance manifestée face aux textes à l'interpréter.

Nous avons dû commencer les ateliers avec 11 détenus, plusieurs «douzièmes» s'étant successivement désistés au cours des étapes préliminaires. Les autres départs sont survenus au cours des six premières semaines et nous avons terminé l'étude avec le tiers de notre échantillon. Ces abandons ont occasionné quelques changements au niveau des rôles de réplique seulement.

Chaque pièce comprenait deux personnages, de sorte que les détenus travaillaient deux par deux. La moitié des participants jouaient durant le premier atelier de la semaine, et les autres durant le deuxième. Cependant, tous les détenus participaient activement à chaque atelier, puisque si ce n'était pas le soir de «leur» scène, ils étaient au moin la réplique d'un autre. Les détenus acteurs étaient invités à jouer leur scène dans leurs propres mots au milieu et à la fin de chaque semestre. Ils devaient aussi donner une représentation à la fin du semestre, mais sans public.

Aucun costume ou décor particulier n'a été utilisé, sauf un objet relié au personnage, que les détenus pouvaient se procurer facilement.

Les détenus devaient développer leur personnage selon la méthode de Stanislavski. Cette méthode demande l'expression de sentiments réels et une recherche d'authenticité à interpréter un rôle en exprimant des émotions sincères. Les acteurs qui appliquent cette méthode s'inspirent de leur vécu pour exprimer les émotions de leur personnage. Par exemple, pour exprimer la tristesse d'un personnage, un adepte de la méthode de Stanislavski cherchera en lui la tristesse.

Effets du traitement

Bien entendu, vu la taille restreinte de l'échantillon, nous devons nous garder de généraliser. Cependant, d'après les résultats de ces ateliers expérimentaux, la méthode Cyrano peut s'avérer utile dans le cadre d'un traitement correctionnel, et ce de deux façons : l'étape de la création du personnage devient un outil de diagnostic et les répétitions constituent une outil d'intervention.

À l'étape de la création du personnage, le détenu projette son vécu et ses expériences personnelles dans son rôle. Il révèle ses émotions les plus profondes, l'image qu'il a de lui-même et de ceux ayant été importants dans sa vie (comme ses parents). L'un des participants a dit à ce sujet : «On n'a pas le choix, on doit aller chercher en soi les émotions et les sentiments du personnage et certains souvenirs remontent à la surface.»

Ainsi les détenus sont amenés à entrer en contact avec leurs émotions lorsqu'ils jouent leur rôle. Connaissant bien les pièces et les personnages, nous pouvions évaluer la concordance du personnage et la perception qu'en avait le participant. Par exemple, un personnage de père incapable de s'affirmer mais rempli d'affection pour son fils, a été transformé par le détenu en un homme très autoritaire qui dénigrait constamment son fils. Un autre détenu attribuait à son personnage une attitude très négative et un problème d'alcool. Ni l'un ni l'autre n'étaient fondés, mais le participant avait lui-même un problème d'alcoolisme.

Les répétitions permettent aux détenus de mieux comprendre et de résoudre les problèmes qui ont fait surface à l'étape de la création du personnage et de les affronter. Par exemple, dans le cas d'un détenu qui n'arrivait pas à exprimer sa colère, les répétitions, les instructions et les exercices lui ont fourni des moyens concrets de travailler ce problème et finalement, il a pu extérioriser ce sentiment.

De plus, les répétitions amènent le détenu à une confrontation positive, chacun pouvant se voir lui-même à travers son personnage. Un autre détenu, indifférent et distant depuis le début, s'est mis à pleurer lorsqu'il a réalisé qu'il se montrait froid dans ses relations avec son fils, tout comme son père l'avait été avec lui. En jouant ce rôle, il s'est vu lui-même en relation avec son père et avec son fils.

Étant donné la confrontation entre les personnages et leur interaction, il est difficile pour les détenus de rationaliser leurs émotions. Non seulement ils doivent parler d'une situation, mais ils doivent aussi la vivre. Par exemple, au début d'un atelier, un détenu a dit à quel point il aimait son père, mais, lorsqu'il s'est mis à jouer, son attitude n'était que mépris et rejet.

Enfin, les répétitions permettent aux détenus de mieux comprendre les besoins des autres et leurs différences. On observe une augmentation des niveaux de tolérance et d'empathie. Au cours des répétitions, les détenus peuvent eux-mêmes observer les changements qui s'opèrent en eux. Ils commencent à réaliser qu'ils peuvent surmonter leurs difficultés et réussir là où ils avaient l'habitude d'échouer, devenant ainsi plus confiants en eux-mêmes.

Observations

Nombreux sont les délinquants qui cachent leurs émotions. En fait, peu de ce qu'ils disent correspond vraiment à ce qu'ils ressentent. C'est pourquoi la méthode Cyrano paraît prometteuse dans le travail auprès des détenus. La structure de la pièce et l'identification de l'acteur avec son personnage offrent au détenu la possibilité d'exprimer librement des sentiments et des émotions qu'il avait jusque-là contenus. Étant donné les bienfaits possibles de ce mode de traitement et la petite taille de l'échantillon utilisé pour cette étude, il conviendrait dans une deuxième étape de vérifier la valeur de cette méthode auprès d'une plus grande population de détenus.

Normalement, les émotions se traduisent par des paroles, mais un grand nombre de détenus sont presque totalement incapables de verbaliser leurs émotions. Grâce à la méthode Cyrano, il est possible de leur fournir les mots dont ils ont besoin pour entrer en contact avec leurs émotions. Ainsi, ils peuvent reprendre possession de leur vie affective et le texte les aide alors à trouver le chemin de leurs propres mots.


(1 )11530, rue Notre-Dame, app. 28, Montréal (Québec) H1B 2X4. Cet article est basé sur le contenu d'un mémoire de maîtrise.

(2 )BARRUCAND, D., La catharsis dans le théâtre, la psychanalyse et la psychothérapie de groupe, Paris, Epi, 1970, p. 37.

(3 )PONZIO, J., LAFOND, D., DEGIOVANI, R. et JOANETTE, Y., L'aphasique, Saint-Hyacinthe, Edisem, 1991.