De délinquant à citoyen responsable : l’apprentissage de la vie - Module

De délinquant à citoyen responsable : l’apprentissage de la vie

L’incarcération et la surveillance ne suffisent pas à changer à long terme les comportements de nombreux délinquants et à en faire des citoyens productifs et respectueux des lois. Afin d’aider les délinquants à se réinsérer dans la collectivité en toute sécurité, à trouver un emploi et à le conserver, le Service correctionnel du Canada (SCC) a donc mis sur pied des programmes correctionnels qui permettent des changements positifs de comportement. Le présent module donne aux étudiants un aperçu des principaux programmes correctionnels et programmes d’éducation mis en place par le SCC, en établissement et dans la collectivité.

Objectifs d'apprentissage

Intégré à leur cours de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Sociologie

  • discuter des facteurs qui influent sur le concept de soi;
  • déterminer les comportements qui favorisent la santé et le bien-être;
  • comprendre l’importance de l’éducation et de l’emploi dans l’estime de soi et la réadaptation des délinquants;
  • comprendre comment les organisations sociales sont nécessaires au maintien d'une vie sociale ordonnée;
  • décrire les effets de la violence familiale;
  • examiner, d’une part, les besoins fondamentaux de toute personne en termes de nourriture, logement, relations interpersonnelles et gestion des ressources et, d’autre part, ses responsabilités individuelles et sociales.

Temps requis (en salle de classe)

Une heure et demie à deux heures (ou plus, en fonction du temps accordé aux activités de discussion proposées).

1. « Transformons des vies – Protégeons les Canadiens »

La Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition confie un mandat clair au Service correctionnel du Canada (SCC) : il doit offrir un ensemble de programmes qui répondent aux besoins des délinquants et contribuent à leur réinsertion sociale. Chacun de ces programmes comporte plusieurs niveaux d’intensité.

Le but ultime du SCC est de permettre la transition en toute sécurité des délinquants dans la collectivité. Cette transition passe par des prises de conscience et des changements de comportement qui permettront une réadaptation en tant que citoyen respectueux, responsable et productif.

Les facteurs sociaux et économiques étant souvent à la source des comportements fautifs des délinquants, il est essentiel de leur donner les outils qui les aideront à établir des relations sociales saines, à faire face aux problèmes du quotidien, à décrocher un emploi… et à le garder.

Un des programmes mis en place par le SCC est le programme Alternatives, Fréquentations et Attitudes. Ce programme s’adresse aux délinquants qui commettent des infractions contre les biens, des fraudes ou des infractions en matière de drogue non liées directement à la toxicomanie. Ce programme met l’accent sur les pairs antisociaux, les attitudes procriminelles et les problèmes de maîtrise de soi qui sont liés au comportement criminel.

Bien que le crime ne soit pas toujours synonyme de violence, les pénitenciers fédéraux comptent tout de même de nombreux détenus incarcérés pour des crimes avec violence. Différents programmes traitent de ces problèmes.

La réduction de la récidive violente est une autre des priorités du SCC; ce dernier a mis sur pied toute une série de programmes de prévention de la violence : Programme de prévention de la violence – Intensité élevée, intensité modérée et maintien des acquis; Programme de prévention de la violence pour délinquantes; Programme Esprit du guerrier pour les délinquantes autochtones; Programme En quête du guerrier en vous pour les délinquants autochtones; et Programmes de prévention de la violence familiale.

Pour 50 p. 100 des délinquants confiés au SCC, il y a un lien direct entre la toxicomanie et le comportement criminel. Le SCC propose donc une gamme de programmes de traitement de la toxicomanie conçus pour des populations précises (hommes, femmes, Autochtones, détenus, délinquants dans la collectivité) et des niveaux de risque et de besoin divers. On veille ainsi à ce que les programmes correspondent le mieux possible aux besoins des délinquants.

Enfin, une série de programmes pour délinquants sexuels a été conçue pour réduire la récidive chez les délinquants ayant commis des infractions sexuelles avec violence. Le SCC offre le Programme national pour délinquants sexuels – Intensité élevée, modérée et faible, ainsi que le Programme pour délinquantes sexuelles; le Programme Tupiq, pour les délinquants autochtones de sexe masculin; et le Programme communautaire de maintien des acquis pour les délinquants inuits.

2. Éducation et emploi : une porte d’entrée sur la collectivité

Les programmes que nous avons vus jusqu’à maintenant aident le délinquant à modifier ses comportements afin de mieux fonctionner en société. Mais pour assurer le succès de la réinsertion, il ne suffit pas que le délinquant soit capable de gérer sainement ses émotions et ses relations; il faut aussi qu’il arrive à s’intégrer à la collectivité et à y jouer un rôle actif.

Plusieurs études ont établi que l’emploi aide les délinquants à réussir leur réinsertion sociale et réduit le taux de récidive. Mais une forte proportion de délinquants n’ont pas la formation et les compétences nécessaires pour décrocher un emploi stable; avant de penser à chercher et garder un emploi, le délinquant doit donc atteindre un niveau d’éducation lui permettant de répondre aux exigences minimales des employeurs.

Tous les établissements du SCC offrent aux délinquants des programmes d’éducation adaptés à leurs besoins, à leurs réalisations et à leurs capacités.

  • Formation de base des adultes (de la 1re à la 10e année)
  • Enseignement secondaire
  • Formation professionnelle
  • Enseignement postsecondaire

Formation de base des adultes :

D’après les tests qu’ils passent à leur arrivée au pénitencier, une forte majorité de délinquants ont un niveau d’éducation inférieur à la 10e année (4e secondaire). La formation de base des adultes (FBA) comprend des matières comme les mathématiques, les langues et les sciences jusqu'à la 10e année. Cette formation permet aux délinquants de combler leurs lacunes et les aide à faire face plus efficacement aux problèmes quotidiens qui se présenteront à eux dans la collectivité. De plus, le sentiment de réussite et de confiance en soi qu'ils éprouvent au terme du programme de formation peut les encourager à apporter d'autres changements positifs à leur vie. Les délinquants qui terminent avec succès la FBA peuvent faire des études plus poussées dans des domaines où l'alphabétisme est essentiel.

Enseignement secondaire :

L'enseignement secondaire mène au diplôme de 12e année. Le diplôme d'études secondaires est devenu une condition nécessaire à l'obtention d'un emploi durable ou à la participation à divers programmes de formation.

Formation professionnelle :

Les programmes de formation professionnelle permettent aux délinquants d'acquérir des compétences liées aux emplois offerts dans les établissements et dans la collectivité. Le SCC offre, entre autres, les programmes suivants :

  • soudage et métiers de la métallurgie;
  • coiffure;
  • réparation de petits moteurs;
  • mécanique automobile et carrosserie;
  • électronique;
  • menuiserie et ébénisterie;
  • rembourrage;
  • plomberie;
  • cuisine;
  • programmation informatique.

Les programmes de formation professionnelle comprennent un volet portant sur l'acquisition de compétences génériques communes à divers métiers. Ces compétences portent entre autres sur la sécurité dans les industries et les ateliers, et sur les compétences personnelles et interpersonnelles pour réussir dans le milieu de travail.

Enseignement postsecondaire :

L'enseignement postsecondaire offre aux détenus la possibilité d'apprendre un métier ou une profession de même que d'améliorer leurs compétences professionnelles avant la mise en liberté. En règle générale, les détenus paient eux-mêmes le coût des cours, à moins que l'on puisse démontrer que ces derniers répondent à des besoins très particuliers.

Acquisition de compétences liées à l’emploi :

Tous les programmes correctionnels font appel à l'interaction de groupe pour permettre aux délinquants d’acquérir et de perfectionner les compétences dont ils auront besoin pour faciliter leur retour dans la collectivité et leur adaptation au milieu de travail dans le secteur privé. Ces compétences comprennent, entre autres, la résolution de problèmes, la pensée critique, la ponctualité, les relations avec les compagnons de travail, le respect des opinions et des sentiments des autres et les relations avec les personnes représentant l'autorité.

Les détenus qui travaillent en milieu carcéral gagnent, selon leur rendement, entre 5,25 $ et 6,90 $ par jour. Les détenus sans emploi reçoivent une allocation quotidienne de un dollar. Les détenus qui ne sont pas en mesure d’occuper un emploi en milieu carcéral peuvent recevoir une allocation quotidienne allant jusqu'à 2,50 $. Le SCC peut suspendre le salaire de ceux qui refusent de travailler ou de s'inscrire aux programmes en établissement.

CORCAN est un des éléments essentiels du programme de réadaptation du Service correctionnel du Canada. Ce programme offre de la formation professionnelle aux délinquants incarcérés dans les établissements correctionnels fédéraux et leur permet d'acquérir l'expérience et les compétences professionnelles dont ils ont besoin pour devenir des citoyens productifs, réussir leur réinsertion sociale et réduire les risques de récidive.

Afin de reproduire autant que possible les conditions de travail du marché, CORCAN fabrique des produits et fournit des services conformément aux normes et aux pratiques du secteur privé. Ainsi, l'expérience professionnelle est réaliste et permet une réadaptation plus efficace.

La plupart des produits fabriqués par CORCAN sont destinés à un usage interne, au SCC. En contribuant au fonctionnement et à l'entretien des établissements, les délinquants aident également à réduire les coûts engagés par le gouvernement pour les incarcérer et les réadapter. De plus, les programmes de CORCAN permettent d'observer les délinquants dans un milieu de travail réel pour évaluer l'efficacité d'autres programmes, comme le programme de maîtrise de la colère et le traitement de la toxicomanie.

Enfin, CORCAN administre, partout au Canada, des centres d’emploi communautaires où on aide les délinquants à trouver du travail dans des domaines comme la construction, les services d'alimentation et des boissons, les services de conciergerie, le camionnage, le tourisme, la fabrication et les centres d'appels. Ces centres offrent aussi aux délinquants qui ont été libérés et qui vivent dans la collectivité des services d’orientation professionnelle, de recherche d'emploi par Internet, de préparation de curriculum vitae et de lettres et des séances d'entrevue simulée.

Bref, comme on le voit, la réadaptation en toute sécurité des délinquants dépend d’une foule de programmes qui les aident à devenir des citoyens responsables, productifs et bien intégrés à la société.

Toutefois, les membres de l’équipe qui assurent la formation, la prestation et le soutien des programmes correctionnels du SCC constituent le facteur de succès le plus important. Ils représentent les modèles prosociaux qui transforment la vie des délinquants avec qui ils travaillent.