Cérémonie du « droit de cité » – Kingston, Ontario

Le 31 mai 2015, la Ville de Kingston en Ontario, a accordé le « droit de cité » au Service correctionnel du Canada.

Transcript

Cérémonie du « droit de cité » – Kingston, Ontario

Introduction, voix hors champ : De temps à autre, les personnes qui œuvrent dans l’ombre se retrouvent soudainement sous les projecteurs.

Les nuages se dispersent. Un rayon de lumière perce l’ombre.

Pendant un moment, ne serait-ce que brièvement, leurs actions, leur dévouement et leurs actes d’héroïsme perpétrés dans l’ombre sont mis en lumière.

Ils sont reconnus. Ils sont applaudis.

On leur confère le plus grand honneur qu’une ville peut accorder à ses citoyens.

Liberte

Le droit. Le droit de cité.

Commissaire : Le SCC compte 19 000 employés à l’échelle du pays, qui travaillent dans le but de changer les choses. Et chacun d’eux a une histoire positive à raconter.

Je me présente : Don Head, commissaire du Service correctionnel du Canada. Je suis ici aujourd’hui, Monsieur le maire, pour demander le droit de cité en reconnaissance de 180 années de services correctionnels assurés ici même, dans la ville de Kingston.

Maire : Le droit de cité est l’un des plus prestigieux honneurs qu’une ville puisse accorder à un groupe ou à une organisation, et symbolise la relation de confiance entre la ville et le groupe ou l’organisation en question. À ce titre, je suis très heureux d’accorder aujourd’hui, dans la ville de Kingston, le droit de cité au Service correctionnel du Canada, en reconnaissance du rôle crucial et grandement apprécié que les établissements et tout le personnel du Service correctionnel jouent au quotidien dans notre collectivité.

Commissaire : Je tiens à vous remercier du travail que vous accomplissez aujourd’hui, et du travail que vous accomplirez demain. Je veux également remercier tous ceux qui nous ont précédés pour le travail qu’ils ont accompli.

Au cours de ces 180 années, 34 de nos membres dans l’ensemble du pays ont fait le sacrifice ultime de leur vie dans l’exercice de leurs fonctions. Le fait de reconnaître aujourd’hui leur contribution et leur sacrifice rend cette journée encore plus spéciale.

Crieur public : Oyez, oyez, oyez. Le conseil municipal de Kingston proclame que le 1er juin marquera dorénavant la « Journée d’appréciation du Service correctionnel du Canada » dans la ville de Kingston. Ainsi prend fin cette proclamation. Que Dieu bénisse un Canada uni. Que Dieu protège la Reine.

Commissaire : Membres du Service correctionnel du Canada, garde à vous.

Tous les hommes et toutes les femmes qui travaillent dans nos établissements fédéraux, dans nos bureaux de libération conditionnelle, dans nos centres correctionnels communautaires ou à l’administration centrale travaillent en vue de changer les choses en transformant des vies et en protégeant les Canadiens.