Travailler avec la collectivité autochtone

En maintenant des relations positives et des partenariats solides avec la collectivité, le Service correctionnel du Canada (SCC) offre aux délinquants autochtones des interventions, des programmes et des services adaptés à leur culture. La présente section explique le rôle et la fonction de divers professionnels, partenaires et intervenants, notamment :

Aînés

Les Aînés et les conseillers spirituels guident les délinquants autochtones vers un mode de vie autochtone traditionnel, fondé sur leurs enseignements. Ils travaillent individuellement et en groupe, ayant recours :

  • à des enseignements;
  • à du counseling;
  • à des cérémonies et des pratiques traditionnelles.

Les caractéristiques déterminantes d’un Aîné sont :

  • son savoir et sa sagesse concernant les voies traditionnelles;
  • son respect des personnes au sein de la collectivité, identifiées par les membres de cette collectivité.

Les Aînés suivent un mode de vie traditionnel, et ils respectent les enseignements des Aînés et des guérisseurs depuis longtemps. Certains peuvent avoir des responsabilités supplémentaires, comme celle de guérisseur traditionnel.

Voici les services qu’un Aîné ou un conseiller spirituel peut offrir aux délinquants :

  • tenir des séances de groupe (cercles) et des discussions individuelles avec les délinquants dans l’établissement;
  • offrir des services spirituels et célébrer diverses cérémonies traditionnelles;
  • aider les délinquants à suivre un cheminement de guérison, à l’appui de leur plan correctionnel;
  • accompagner les délinquants dans le cadre de permissions de sortir avec escorte (PSAE) à des fins de cérémonie et d’autres fins spirituelles;
  • conseiller les établissements sur les éléments suivants :
    • cérémonies et objets cérémoniels;
    • pratiques traditionnelles et protocoles;
    • remèdes traditionnels;
    • lieux sacrés au sein de l’établissement.

Le Forum - Recherche sur l’actualité correctionnelle explique l’approche traditionnelle et holistique des Aînés. Il aborde la validité des diagnostics, la compétence culturelle et les programmes à l’intention des délinquants autochtones.

La page Vulnérabilité des Aînés au sein du SCC résume les recommandations et les plans d’action sur la vulnérabilité des Aînés au sein du SCC et les objets de préoccupation connexes.

Personnel autochtone

Apprenez en plus sur le personnel qui se spécialise dans l’aide aux délinquants autochtones qui recherchent un cheminement de guérison plus traditionnel.

Agents de liaison autochtones

Les agents de liaison autochtones (ALA) collaborent étroitement avec les Aînés/conseillers spirituels. Ils :

  • s’assurent que l’équipe de gestion de cas comprend le travail du délinquant avec l’Aîné/le conseiller spirituel;
  • aident l’Aîné/le conseiller spirituel, et l’appuient autant que possible dans son travail auprès des délinquants autochtones.

Agents de programmes correctionnels pour Autochtones

Les agents de programmes correctionnels pour Autochtones (APCA) font partie de l’équipe de gestion de cas. Ces agents :

  • contribuent au cheminement de guérison des délinquants autochtones;
  • interviennent, d’une manière adaptée à la culture, quant aux comportements du délinquant qui pourraient mener à une récidive;
  • offrent les programmes nécessaires pour répondre aux besoins indiqués dans les plans de guérison.

Agents de développement auprès de la collectivité autochtone

Les agents de développement auprès de la collectivité autochtone (ADACA) travaillent auprès des délinquants autochtones qui souhaitent retourner dans leur collectivité. Sous le régime de l’article 84, les ADACA contribuent également à l’établissement de partenariats positifs entre les collectivités autochtones et le SCC.

Agents de liaison autochtones dans la collectivité

Les agents de liaison autochtones dans la collectivité (ALAC) travaillent dans la collectivité. Ces agents :

  • surveillent, soutiennent et motivent les délinquants autochtones, individuellement et/ou en groupe;
  • travaillent avec les Aînés pour faciliter, organiser et coordonner :
    • la culture autochtone;
    • les cérémonies traditionnelles et spirituelles autochtones;
    • les activités sociales autochtones;
    • les programmes autochtones.

Coordonnateurs régionaux des Sentiers autochtones

Les coordonnateurs régionaux des Sentiers autochtones aident à élaborer l’initiative des Sentiers autochtones et à faire un suivi de celle-ci et de ses résultats. Ils assurent la pertinence et la compétence culturelles :

  • des opérations des Sentiers autochtones;
  • des interventions des Sentiers autochtones;
  • des services des Sentiers autochtones.

Coordonnateurs des Sentiers autochtones en établissement

Les coordonnateurs des Sentiers autochtones en établissement travaillent dans les établissements où se trouvent au moins 40 participants aux Sentiers autochtones. Ils coordonnent les services, les activités et les interventions auprès des Autochtones en collaboration avec :

  • l’Aîné;
  • la direction de l’établissement;
  • le coordonnateur régional des Sentiers autochtones.

Comité consultatif national sur les questions autochtones

Le Comité consultatif national sur les questions autochtones (CCNQA) donne des conseils au SCC sur les politiques et pratiques correctionnelles liées à la réinsertion sociale des délinquants autochtones. Il fournit une expertise sur des questions autochtones telles que :

  • les stratégies liées aux collectivités du Nord;
  • la formation sur la sensibilisation aux cultures;
  • le statut de nation;
  • la surveillance électronique;
  • l’aide postpénale offerte aux délinquants autochtones;
  • les besoins d’emploi dans la collectivité.

L’article 82 de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition guide le CCNQA. Le SCC a mis sur pied ce comité en 2000.

Comptes rendus des réunions du CCNQA :

Date de modification :