Résultats postlibératoires des participants au Programme de traitement d'entretien à la méthadone (PTEM) : une étude comparative

Mots clés

Résultats postlibératoires, traitement d'entretien à la méthadone (TEM)

Pourquoi nous effectuons cette étude

L'un des principaux objectifs du Programme de traitement d'entretien à la méthadone (PTEM) est d'aider les délinquants ayant une dépendance aux opiacés à réduire leur consommation de drogue et leurs activités criminelles connexes, tant durant l'incarcération qu'après leur mise en liberté. La présente étude examinera l'effet de la participation au PTEM sur les résultats postlibératoires chez les délinquants ayant une dépendance aux opiacés.

Ce que nous faisons

La recherche examine les résultats postlibératoires de trois groupes de délinquants. Le premier groupe est composé des délinquants qui ont participé au PTEM du SCC pendant leur incarcération, mais qui ont abandonné le traitement après leur mise en libertéNote de bas de page 1 (groupe ayant abandonné le PTEM). Le deuxième groupe est formé des délinquants qui ont participé au PTEM du SCC pendant leur incarcération et qui ont poursuivi le traitement dans la collectivité (groupe ayant poursuivi le PTEM). Enfin, le troisième groupe rassemble les délinquants qui ont un problème de toxicomanie de modéré à grave, qui ont affirmé que les opiacés étaient la drogue qu'ils avaient le plus consommée durant les 12 mois précédant leur arrestation (chez les hommes) ou dont la documentation sur le cas indiquait un usage abusif d'opiacés (chez les femmes), et qui n'ont pas participé au PTEM pendant leur incarcération ou dans la collectivité (groupe témoin). Les résultats des hommes et des femmes ont été examinés séparément après 6 et 12 mois suivant la mise en liberté, et ce, pour tous les délinquants qui pouvaient être observés pendant toute la période de suivi (c.-à-d. qu'il y avait au moins 6 ou 12 mois entre la date de mise en liberté d'un délinquant et la date d'expiration de son mandat ou la fin de la période d'étude, soit le 9 janvier 2012, selon la date la plus rapprochée). De plus, l'analyse de survie a été utilisée pour évaluer le risque de réincarcération des délinquants appartenant aux groupes étudiés au cours de la période de suivi.

Ce que nous avons constaté jusqu'à maintenant

Les résultats indiquent que les délinquants, hommes et femmes, qui ont participé au PTEM pendant leur incarcération et qui ont poursuivi le traitement après leur mise en liberté réussissent mieux sous surveillance dans la collectivité que les délinquants qui ont abandonné le PTEM dans la collectivité et que ceux qui n'ont pas suivi de traitement. En outre, une plus petite proportion des délinquants du groupe ayant poursuivi le PTEM ont été réincarcérés à la suite d'une nouvelle infraction (à l'exception de la période de suivi de 6 mois chez les femmes) (tableau 1). Bien que les délinquants ayant abandonné le PTEM aient obtenu des résultats légèrement inférieurs à ceux enregistrés pour les délinquants n'ayant pas suivi de traitement, le risque de réincarcération dans les deux groupes n'était pas statistiquement différent.

Tableau 1 : Pourcentage de délinquants réincarcérés et de délinquants réincarcérés à la suite d'une nouvelle infraction 6 ou 12 mois après leur mise en liberté
Groupe visé Réincarcérés
% (n)
Nouvelle infraction
% (n)
6 mois 12 mois 6 mois 12 mois
Hommes
(N = 792) (N = 482) (N = 792) (N = 482)
Témoin 22,4 (47) 45,5 (60) 3,3 (7) 11,4 (15)
Abandon 28,4 (122) 50,6 (124) 3,5 (15) 10,2 (25)
Poursuite 13,2 (20) 34,3 (36) 0,0 (0) 4,8 (5)
Femmes
(N = 130) (N = 94) (N = 130) (N = 94)
Témoin 13,3 (6) 31,4 (11) 4,4 (2) 14,3 (5)
Abandon 18,0 (11) 45,5 (20) 6,6 (4) 9,1 (4)
Poursuite 8,3 (2) 0,0 (0) 8,3 (2) 0,0 (0)

Ce que cela signifie

Ces conclusions préliminaires laissent entendre que la participation au PTEM du SCC, et la poursuite du traitement dans la collectivité après la mise en liberté, est associée à une diminution de l'activité criminelle et du risque de réincarcération. Ces résultats soulignent l'importance d'assurer le continuum de soins offerts aux délinquants après leur mise en liberté, comme le montrent les mauvais résultats des délinquants ayant abandonné le PTEM ainsi que les recherches qui ne cessent de mettre en évidence le fait que plus le traitement est long, meilleurs sont les résultats. Une analyse plus détaillée est en cours et sera publiée dans un rapport de recherche à venir.

Préparé par : Mary-Ann MacSwain, Shanna Farrell MacDonald et Madelon Cheverie

Pour nous joindre

Direction de la recherche
613-995-3975
recherche@csc-scc.gc.ca

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

La poursuite du PTEM a été déterminée à l'aide des résultats des analyses d'urine obtenus dans la collectivité. De plus amples renseignements concernant les critères d'inclusion de l'étude seront présentés dans le rapport définitif.

Retour à la référence de la note de bas de page 1