Profil des délinquants autochtones de sexe masculin : aperçus de la garde et de la surveillance

Pour obtenir une version PDF du rapport intégral, veuillez écrire à l'adresse suivante : recherche@csc-scc.gc.ca

Mots clés

Premières Nations, Métis, Inuit, délinquants autochtones, profil, garde, surveillance, aperçu

Ce que cela signifie

Bien que les délinquants autochtones soient souvent examinés comme un seul groupe ethnique, ces derniers issus des Premières Nations et ceux qui sont métis et inuits ont des traditions, des cultures et des visions distinctes du monde. De plus, ils possèdent des caractéristiques uniques que les décideurs et les responsables des politiques doivent à  la fois comprendre et prendre en considération. Le personnel correctionnel aurait également intérêt à  mieux cerner les difficultés spécifiques auxquelles fait face chacun de ces groupes.

Ce que nous avons constaté

Les délinquants autochtones représentaient 22 % de la population de délinquants incarcérés et 15 % de la population dans la collectivité. Les délinquants issus des Premières Nations constituaient le plus important groupe autochtone, suivis des délinquants métis et inuits (délinquants incarcérés : 70 % Premières Nations, 25 % métis et 5 % inuits; surveillance : 66 % Premières Nations, 30 % métis et 4 % inuits). Les délinquants issus des Premières Nations et les délinquants métis étaient plus susceptibles d'être incarcérés et sous surveillance dans la région des Prairies, comparativement à  la région de l'Ontario et du Québec dans le cas des délinquants inuits.

Les délinquants issus des Premières Nations ainsi que ceux qui sont métis avaient d'importants antécédents criminels. Une grande majorité d'entre eux avait commis des infractions violentes, mais les délinquants inuits étaient les plus susceptibles d'avoir commis une infraction sexuelle.

Les délinquants issus des Premières Nations étaient plus susceptibles de participer à  des interventions destinées aux Autochtones et d'être aiguillés vers des programmes pour Autochtones. Toutefois, peu importe le groupe autochtone, une proportion similaire de délinquants aiguillés vers les programmes pour Autochtones y ont participé et les ont terminés.

Les délinquants inuits avaient le comportement en établissement le plus stable parmi les trois groupes autochtones, tandis ceux issus des Premières Nations avaient le plus de difficultés. Les délinquants métis et non autochtones avaient un comportement similaire en établissement.

Les résultats après élargissement ont été examinés aux fins d'échantillonnage. Les délinquants métis étaient plus susceptibles de bénéficier d'une mise en liberté discrétionnaire, tandis que les délinquants inuits se voyaient imposer un plus grand nombre de conditions de surveillance.

Environ le tiers des délinquants autochtones de l'échantillon ont été réincarcérés, comparativement à  16 % des délinquants non autochtones. Toutefois, le taux global de réincarcération pour la population générale de délinquants en 2012 était de 29 %.

Pourquoi nous avons effectué cette étude

En collaboration avec la Direction des initiatives pour les Autochtones (DIA) du Service correctionnel du Canada (SCC), la Direction de la recherche a entrepris la présente étude pour présenter un profil à  jour des délinquants issus des Premières Nations et des délinquants métis et inuits. De plus, l'examen du comportement en établissement et de la réussite après la mise en liberté permet de mieux comprendre l'expérience des délinquants autochtones au sein du système correctionnel fédéral.

Ce que nous avons fait

Deux aperçus de la population ont été extraits de la base de données opérationnelle du SCC ’ un aperçu représente tous les délinquants sous responsabilité fédérale incarcérés, et l'autre, tous ceux qui se trouvent placés sous responsabilité fédérale au sein de la collectivité en date du 1er avril 2012. On a examiné les renseignements sociodémographiques la peine, les délits, les facteurs criminogènes, des mesures prises sur le comportement en établissement ainsi que la réussite après la mise en liberté.

Pour de plus amples renseignements

Farrell MacDonald, S. (2014). Profil des délinquants autochtones de sexe masculin : aperçus de la garde et de la surveillance (Rapport de recherche R-321). Ottawa (ON) : Service correctionnel du Canada

Pour obtenir le rapport complet en version PDF, veuillez en faire la demande à  la Direction de la recherche ou par téléphone au 613-995-3975.

Vous pouvez également visiter le site Internet pour une liste complète des publications de recherche.