Adaptation au milieu carcéral des participants au Programme de traitement d’entretien à la méthadone

Pour obtenir une version PDF du rapport intégral, veuillez écrire à l'adresse suivante : recherche@csc-scc.gc.ca

Mots clés

Traitement d’entretien à la méthadone, dépendance aux opioïdes, adaptation au milieu carcéral, comportement des délinquants

Ce que cela signifie

Cette étude fournit de l’information sur un groupe de délinquants – les délinquants dépendants aux opioïdes et ayant amorcé un traitement d’entretien à la méthadone pendant leur incarcération –, qui n’a pas fait l’objet d’études approfondies dans le contexte canadien. Les résultats indiquent que la participation au Programme de traitement d’entretien à la méthadone (PTEM) a une incidence favorable sur le comportement en établissement, notamment la diminution de la consommation de drogues (y compris les opioïdes) pendant l’incarcération, l’augmentation de la participation aux programmes correctionnels et de l’achèvement de ces programmes, ainsi qu’une réduction du nombre d’accusations relatives à des infractions disciplinaires graves et de placements en isolement. Par ailleurs, une étude en cours se penche sur l’effet de la participation au PTEM sur les résultats post-libératoires.

Ce que nous avons constaté

Des changements positifs ont été observés au fil du temps dans le comportement en établissement des participants qui ont commencé le PTEM. Plus précisément, on a constaté une baisse importante de la proportion de délinquants obtenant un résultat positif à une analyse d’urine ou refusant de fournir un échantillon d’urine. Dans les deux années précédant le début du PTEM, 13 % de toutes les analyses d’urine effectuées au hasard parmi les délinquants de l’échantillon ont donné des résultats positifs quant à la présence d’opioïdes, comparativement à seulement 4 % des analyses dans les deux années suivant le début du PTEM. Les participants au PTEM ont passé beaucoup plus de temps dans des programmes d’éducation et d’emploi pendant la période suivant le début du PTEM que pendant la période précédant le début du PTEM. Chez les participants qui ont commencé le PTEM et qui ont participé à des programmes de traitement de la toxicomanie ou à d’autres programmes de base au cours des périodes antérieure et postérieure au début du PTEM, une proportion plus grande des tentatives de participation aux programmes ont abouti pendant la période suivant le début du PTEM que pendant la période précédant le PTEM. Par ailleurs, beaucoup moins de délinquants ont fait l’objet d’accusations d’infractions disciplinaires graves ou de placements en isolement, sollicité ou non, après le début du PTEM.

Pourquoi nous avons effectué cette étude

Le Service correctionnel du Canada (SCC) favorise la réinsertion sociale en toute sécurité des délinquants en leur offrant des interventions visant à les aider à surmonter leurs problèmes de toxicomanie. Le PTEM du SCC répond à un grand nombre des besoins clés en matière de traitement des délinquants qui ont une dépendance aux opioïdes. D’après les recherches antérieures limitées, on s’attendait à ce que la participation au PTEM entraîne une diminution de la consommation d’opioïdes et d’autres drogues, ainsi que du nombre d’incidents en établissement et de sanctions pour infractions disciplinaires pendant l’incarcération. On s’attendait également à ce que la participation au PTEM favorise la participation aux autres programmes correctionnels.

Ce que nous avons fait

L’étude a porté sur des délinquants de sexe masculin sous responsabilité fédérale qui ont amorcé le PTEM du SCC entre le 1er janvier 2003 et le 31 décembre 2008 (n = 1 508).Note de bas de page 1 Les caractéristiques démographiques, les cotes du risque et des besoins liés aux facteurs criminogènes ainsi que les antécédents criminels des participants au PTEM ont été examinés. Des changements qui se sont produits au fil du temps dans les indices de l’adaptation au milieu carcéral, notamment les résultats du programme d’analyses d’urine aléatoires, la participation aux programmes correctionnels, les accusations d’infractions disciplinaires graves et mineures et les placements en isolement, sollicité et non sollicité, ont été observés durant les périodes précédant et suivant le début du PTEM, afin de déterminer l’effet de la participation au PTEM sur le comportement en établissement.

Pour de plus amples renseignements

Cheverie, M., M. MacSwain, S. Farrell MacDonald et Johnson, S. (2014). Adaptation au milieu carcéral des participants au Programme de traitement d’entretien à la méthadone (PTEM), (rapport de recherche R-323). Ottawa, ON : Service correctionnel du Canada.

Pour obtenir le rapport complet en version PDF, veuillez en faire la demande à la Direction de la recherche ou par téléphone au 613-995-3975.

Vous pouvez également visiter le site internet pour une liste complète des publications de recherche.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Les délinquants qui poursuivent un traitement commencé dans la collectivité n’ont pas été inclus dans l’étude, étant donné qu’ils ont commencé le PTEM immédiatement ou peu de temps après leur incarcération; aucune donnée préalable au traitement n’était donc disponible.

Retour à la référence de la note de bas de page 1