Quels sont les facteurs liés au désengagement chez les délinquants?

Mots clés

engagement des délinquants, motivation, réceptivité, mesures incitatives

Ce que cela signifie

La plupart des délinquants sont engagés, c.­à­d. qu’ils démontrent une responsabilité et une responsabilisation par rapport à leurs infractions et à leur réadaptation. La présente recherche a permis de conclure que les délinquants non engagés sont plus susceptibles d’être des hommes, d’être plus âgés à leur admission, d’être affiliés à un gang et d’avoir commis une infraction violente. Les programmes de mesures incitatives visant à accroître la responsabilité et la responsabilisation des délinquants devraient cibler ces délinquants, car ce sont eux qui pourraient le plus en profiter.

Ce que nous avons constaté

Au total, 7 163 (22 %) délinquants étaient jugés « non engagés » et 24 921 (78 %) délinquants étaient jugés « engagés ». Les résultats montrent que, les autres facteurs du modèle étant contrôlés, les caractéristiques les plus étroitement liées au désengagement étaient le fait d’être un homme (93 % des délinquants non engagés), d’avoir commis une infraction violente (61 % des délinquants non engagés), d’être âgé d’au moins 40 ans à l’admission (32 % des délinquants non engagés) et d’être affilié à un gang (14 % des délinquants non engagés). Une ventilation de ces facteurs par niveau de sécurité est fournie dans le tableau ci-contre.

Dans l’ensemble, les délinquants dits « à sécurité maximale » étaient beaucoup plus susceptibles d’être non engagés, suivis des délinquants dits « à sécurité moyenne » et de ceux dits « à sécurité minimale ». Le nombre moyen de jours passés en isolement était plus élevé chez les délinquants non engagés que chez les délinquants engagés (113 jours par rapport à 42 jours). Chez les 995 délinquants non engagés qui étaient membres ou associés d’un gang, l’affiliation la plus courante était à des gangs de rue (45 %), puis à des gangs autochtones (16 %) et à des gangs de motards (9 %).

Pourquoi nous avons effectué cette étude

La Loi sur la sécurité des rues et des communautés met l’accent sur l’accroissement de la responsabilité et de la responsabilisation des délinquants. Pour atteindre cet objectif, des mesures incitatives et d’autres stratégies pourraient être utilisées pour encourager les délinquants à adopter un comportement souhaitable, comme la participation aux programmes. Parmi les exemples de mesures incitatives mises en place dans d’autres administrations, citons des visites supplémentaires et la permission de passer du temps à l’extérieur de la cellule. L’utilisation la plus efficace des mesures incitatives comprendrait le fait de cibler les délinquants qui pourraient en profiter le plus (c.­à­d. les délinquants non engagés). Afin de concevoir des mesures incitatives efficaces et bien ciblées, il faut obtenir plus d’information sur les délinquants non engagés et sur ce qui les distingue des délinquants engagés.

Facteurs étroitement liés au désengagement
Min. Moy. Max.
Homme
Âgé de plus de 40 ans à l’admission
État matrimonial
Célibataire
Conjoint de fait
Affiliation à un gang
Type d’infraction la plus grave
Infraction sexuelle
Vol qualifié
Autre (avec violence)a
Autre (sans violence)b
Durée de la peine
Peine de ressort fédéral antérieure
Toute automutilation

Nota :
✓ Signifie que l’indicateur était lié au désengagement.
✗ Signifie que l’indicateur n’était pas lié au désengagement.
a Ne comprend pas les homicides.
b Ne comprend pas les infractions contre les biens et les infractions en matière de drogue.

Ce que nous avons fait

Cette étude porte sur les 32 084 délinquants dont le dossier contenait une cote relative à l’engagement pendant la période visée allant du 28 septembre 2009 au 8 décembre 2012. Un délinquant était considéré comme engagé s’il obtenait une cote moyenne ou élevée aux indicateurs relatifs à la motivation et à la responsabilisation. Si le dossier contenait de multiples cotes relatives à l’engagement, on utilisait la première note (évaluation initiale).

Pour de plus amples de renseignements

Vous pouvez joindre la Direction de la recherche par courriel ou par téléphone au 613-995-3975.

Vous pouvez aussi consulter le site Web pour une liste complète des publications de recherche.

Préparé par :  Trina Forrester et Jenelle Power