Points de vue du personnel sur le projet pilote de recherche sur la surveillance électronique

Faits saillants de la recherche

La plupart des membres du personnel du SCC estiment que la surveillance électronique constitue un outil efficace et efficient qui permet de surveiller les conditions géographiques.

Pourquoi nous effectuons cette étude

Le Service correctionnel du Canada (CSC) a mis en œuvre graduellement un projet pilote de services de surveillance électronique (SE), par région, de juillet à novembre 2015. À l’heure actuelle, les délinquants à risque modéré et élevé qui reçoivent une condition géographique spéciale sont admissibles au projet pilote de SE.

Le projet pilote de recherche sur la SE est un projet pluriannuel qui examine les effets de la SE sur les délinquants, le personnel et les intervenants, ainsi que sur les pratiques de surveillance dans la collectivité et la sécurité publique. Puisque diverses méthodes de collecte de données sont en vigueur, le présent rapport présente des conclusions préliminaires concernant l’incidence de la SE sur le personnel et les pratiques de surveillance dans la collectivité.

Ce que nous faisons

Le personnel du SCC ayant de l’expérience en matière de SE a été invité à participer à un questionnaire en ligne. En tout, 112 agents de libération conditionnelle dans la collectivité (ALCC), responsables des agents de libération conditionnelle (RALC), membres du personnel du Centre national de surveillance et autres employés du SCC ont déclaré avoir acquis de l’expérience concernant la SE durant les six mois précédents. L’opinion de ces personnes a été demandée concernant la SE comme outil de surveillance, ainsi que l’incidence de la SE sur la gestion des cas et sur les délinquants. Les types de questions posées dépendaient du poste de la personne; les employés n’ont donc pas tous reçu le même questionnaire.

Ce que nous avons constaté jusqu’à maintenant

La majorité du personnel du SCC ayant de l’expérience relative à la SE estime que la SE est un outil de surveillance à la fois efficace (91,9 %) et efficient (84,4 %) pour surveiller le respect des conditions géographiques, et que son utilisation améliore la sécurité publique (80,3 %). La disponibilité de la SE a fait croître la capacité de détecter tant une hausse du risque que présente un délinquant (60,0 %) que du non-respect des conditions (71,1 %), selon la majorité des ALCC. Une majorité considérable des personnes interrogées conviennent que les critères d’aiguillage vers le projet pilote de recherche sont appropriés (75,7 %).

La majorité des ALCC estimaient que la SE ne nuit pas à divers aspects de la vie quotidienne ou des relations des délinquants, y compris la capacité de trouver un emploi (75,6 %) ou un logement (77,3 %), et leurs relations avec leur conjoint ou partenaire (57,8 %) ou leurs enfants (63,6 %). Une grande proportion d’ALCC ont indiqué que la SE n’a pas influé sur la probabilité, à la hausse ou à la baisse, que les délinquants participent aux programmes d’éducation (84,4 %), aux programmes de traitement (75,6 %) ou aux visites de surveillance (81,8 %).

Un peu plus de la moitié (55,2 %) des ALCC et des RALC ont déclaré que la SE a changé le volume de travail requis pour leurs postes. Les résultats étaient mitigés concernant la proportion de RALC qui étaient d’accord (31,1 %), en désaccord (42,3 %) ou indécis (26,7 %) pour ce qui est de déterminer si la disponibilité de la SE a changé leur confiance dans la capacité de prévenir les récidives.

Ce que cela signifie

Cette recherche donne des résultats initiaux prometteurs concernant la SE comme outil de surveillance utile du respect des conditions géographiques. Malgré un changement de la charge de travail, la plupart des ALCC et des RALC ont reconnu le potentiel qu’offre la SE en matière d’amélioration de la gestion des cas.

Même si le personnel estime que la SE ne nuit pas à la vie quotidienne ou aux relations des délinquants, la recherche future examinera cet aspect plus directement en tenant compte des points de vue des délinquants sur la SE.

Pour de plus amples renseignements 

Vous pouvez joindre la Direction de la recherche par courriel ou par téléphone au 613-995-3975.

Vous pouvez également visiter la page des Publications de recherche pour une liste complète des rapports et recherche en un coup d’œil.

Préparé par : Laura Hanby et Allison Nelson