Délinquants autochtones : Principales constatations de l’étude sur l’IDAFD-R

Faits saillants de la recherche: L’IDAFD-R est un outil valide et utile pour souligner les domaines de besoin associés à la révocation chez les délinquants autochtones.

Publication

No R-395_I

Septembre 2017

Recherche en un coup d’oeil - PDF

Délinquants autochtones : Principales constatations de l’étude sur l’IDAFD-R

Pourquoi nous avons effectué cette étude

L’Instrument de définition et d’analyse des facteurs dynamiques révisé (IDAFD-R) est une composante de l’évaluation initiale des délinquants (EID) utilisée par le Service correctionnel du Canada (SCC). Le présent numéro de Recherche en bref résume les principales constatations de deux projets de recherche à grande échelle permettant de valider l’outil révisé et d’examiner d’autres méthodes de calcul pour coter les besoins propres aux délinquants autochtones.

Ce que nous avons fait

Les données sur les délinquants ayant fait l’objet d’au moins une évaluation au moyen de l’IDAFD-R ont été obtenues à partir du Système de gestion des délinquant(e)s chez 24 798 hommes (24 % d’Autochtones) et 1 368 femmes (37 % d’Autochtones). Du nombre, 16 743 hommes et 992 femmes avaient été mis en liberté, et l’on possédait des données de suivi à leur sujet permettant d’examiner le lien entre les cotes et les résultats dans la collectivité. Les analyses étaient axées sur la prévalence des cotes et des indicateurs, les cotes de domaine qui ont influencé la cote globale de besoin et la détermination des indicateurs et des domaines le plus étroitement liés aux résultats dans la collectivité.

De plus, le domaine calculé et les méthodes de cote globale de besoin ont été examinés afin de déterminer s’ils amélioraient l’outil. Toutes les analyses ont été ventilées en fonction du sexe et de l’origine autochtone lorsque cela était possible.

Ce que nous avons constaté

Le niveau de besoin dans tous les domaines était le plus élevé chez les délinquants autochtones. Chez les délinquants autochtones, les deux domaines de besoin les plus élevés étaient les domaines de la toxicomanie et de la vie personnelle et affective (> 80 % cotés à besoin modéré ou élevé pour chaque besoin).

Pour les délinquants autochtones, la cotation par les agents de libération conditionnelle des domaines vie personnelle et affective, toxicomanie et attitude exerçait la plus forte influence sur la détermination d’une cote globale élevée.

Les cotes de l’IDAFD-R étaient généralement plus dynamiques pour les délinquants autochtones, ce qui signifie qu’un plus grand nombre de délinquants étaient susceptibles de voir une réduction du besoin au fil du temps.

À l’exception des domaines relations matrimoniales et familiales et fréquentations, la cote de besoin élevé était significativement liée aux résultats dans la collectivité. Par exemple, tel qu’il est indiqué dans le tableau ci dessous, les délinquants autochtones à qui l’on a attribué la cote besoin élevé dans le domaine de l’emploi et des études étaient trois fois plus susceptibles d’être réincarcérés que ceux à qui l’on a attribué une cote atout ou aucun besoin (voir le tableau 1, où l’on compare le risque de révocation chez les délinquants non autochtones et autochtones qui ont une cote de besoin élevé dans chaque domaine à ceux qui ont reçu une cote atout ou aucun besoin.)

Table 1
Association entre les cotes des domaines de l’IDAFD R de besoin élevé et de réincarcération, peu importe la cause
Domaine Délinquants non autochtones
(CR)
Délinquants autochtones
(CR)
Emploi/études 3.81*** 3.06***
Relations matrimoniales
et familiales
1.24*** 1.11***
Fréquentations 2.28*** 1.62***
Toxicomanie 3.34*** 2.45***
Fonctionnement dans
la collectivité
2.98*** 1.80***
Vie personnelle et affective 1.92*** 1.58***
Attitude 2.53*** 1.60***
Remarque : CR = coefficient de risque; * <,05;** <,01; ***<,001

La majorité des indicateurs de l’IDAFD-R était liée aux résultats dans la collectivité pour les délinquants autochtones. Nous avons été incapables d’effectuer ces analyses pour les délinquantes autochtones étant donné leur faible nombre. Les domaines de besoin des délinquants présentant la plus forte corrélation avec la récidive étaient liés à la toxicomanie, aux fréquentations antisociales, à l’instabilité de la situation financière et de l’emploi et aux problèmes de gestion affective.

Certains indicateurs particulièrement forts comprenaient :

  • La fréquentation de toxicomanes (ceux pour qui cet indicateur est présent étaient quatre fois plus susceptibles d’être réincarcérés pour une infraction que ceux pour qui il ne l’était pas).
  • Antécédents de travail instables (> 3 fois plus susceptibles).
  • Consommation de drogue à un jeune âge (> 3 fois plus susceptibles).
  • Instabilité financière (> 2 fois plus susceptibles).
  • Impulsivité (> 2 fois plus susceptibles).
  • Logement instable (> 2 fois plus susceptibles).

L’examen des autres méthodes de cotation de l’outil a révélé que les cotes calculées en fonction du pourcentage des indicateurs présents pourraient améliorer la validité prédictive de l’outil pour tous les groupes par rapport à celle du jugement professionnel structuré des agents de libération conditionnelle.

Ce que cela signifie

Ces résultats soutiennent l’utilisation permanente de l’IDAFD-R pour les délinquants autochtones. Les résultats laissent entendre que les interventions pourraient être efficaces chez les délinquants autochtones si elles étaient axées sur la réduction de la toxicomanie, la réduction des contacts avec des pairs antisociaux, l’augmentation de la stabilité de la situation financière et de l’emploi, la réduction de l’impulsivité, le changement des attitudes procriminelles et la prestation d’un logement stable et sécuritaire. Bien que nous ayons été incapables d’évaluer les répercussions des besoins en particulier sur les femmes autochtones, ils ont été inclus dans une analyse similaire effectuée pour toutes les délinquantes du SCC. Ces résultats ont souligné l’importance de traiter la toxicomanie, l’insécurité financière, les besoins liés à l’éducation et à l’emploi et les problèmes de relations intimes des femmes.

Même si l’on a constaté que l’évaluation des besoins faite par les agents de libération conditionnelle était fiable et valide, les cotes calculées ont amélioré la valeur de l’outil en ce qui a trait à la prévision des résultats pour les délinquants autochtones.

Pour de plus amples renseignements

Stewart, L. A.; Wardrop, K.; Wilton, G.; Thompson, J.; Derkzen, D. et Motiuk, L. Fiabilité et validité de l’Instrument de définition et d’analyse des facteurs dynamiques, révisé (Rapport de recherche R-395). Ottawa (Ontario), Service correctionnel du Canada, 2017.

Wilton, G., Stewart, L. A. et Motiuk, L. L. (R-400). La validité prédictive de l’Instrument de définition et d’analyse des facteurs dynamiques révisé peut-elle être améliorée au moyen de cotes calculées?  Ottawa (Ontario), Service correctionnel du Canada.

Pour obtenir le rapport complet en version PDF ou tout autre renseignement, veuillez en faire la demande par courriel à la Direction de la recherche, ou par téléphone au 613-995-3975.

Vous pouvez également visiter la page des Publications de recherche pour obtenir une liste complète des rapports et des sommaires de recherche.

Date de modification :