Changements après la participation aux programmes dans les besoins liés aux facteurs criminogènes – Incidence sur la réincarcération sous responsabilité fédérale parmi les délinquantes purgeant une peine de ressort fédéral

Faits saillants de la recherche: Une réduction du niveau de besoins après la participation aux programmes selon l’IDAFD-R est associée à une réduction du nombre de réincarcérations sous responsabilité fédérale chez les délinquantes.

Pourquoi nous avons effectué cette étude

En 2010, le Service correctionnel du Canada (SCC) a commencé à mettre en oeuvre des modèles holistiques de programmes correctionnels pour les délinquantes adaptés au sexe et à la culture. Les recherches récentes ont fourni des preuves préliminaires liant la participation à des programmes à de meilleurs résultats après le traitement (Derkzen et coll., 2017; Harris et coll., 2015), à la réduction du niveau des besoins liés aux facteurs criminogènes (Wardrop et Pardoel, 2018) et, chez les délinquantes autochtones, à des taux de récidive inférieurs (Derkzen et coll., 2017). La présente étude vise à faire fond sur les résultats précédents en examinant le lien entre les changements dans les cotes obtenues relativement à des domaines de facteurs criminogènes particuliers après la participation aux programmes et les réincarcérations.

Ce que nous avons fait

Les délinquantes choisies pour la présente étude ont été admises dans un établissement fédéral en vertu d’un nouveau mandat de dépôt entre le 1er avril 2010 et le 31 mars 2018 et ont achevé au moins un programme correctionnel pendant cette période. L’échantillon définitif comprenait 3 715 programmes achevés par un total de 2 030 délinquantes (32,6 % sont Autochtones). Le niveau des besoins liés aux facteurs criminogènes a été évalué dans les 90 jours avant et après la participation aux programmes au moyen des cotes établies par les agents de libération conditionnelle obtenues à l’Instrument de définition et d’analyse des facteurs dynamiques – Version révisée (IDAFD-R)Note de bas de page 1. Les cotes attribuées après la participation aux programmes sont soit « Résultat positif » (réduction des besoins ou maintien d’un facteur considéré comme un atout en vue de la réinsertion sociale, aucun besoin immédiat d’amélioration ou faible besoin d’amélioration), soit « Résultat négatif » (maintien de besoins plus élevés ou augmentation des besoins)Note de bas de page 2. Les taux de réincarcération sous responsabilité fédérale pour quelque raison que ce soit ont été calculés en tenant compte de la période d’exposition au risque. Nous n’avons pas été en mesure d’examiner les changements à la Mesure générique du rendement du participant (MGRP) liés aux résultats dans la collectivité, car le nombre de délinquantes ayant enregistré une amélioration sur les échelles de la MGRP après la participation aux programmes et ayant été réincarcérées était trop bas.

Ce que nous avons constaté

Les délinquantes dont les besoins liés aux facteurs criminogènes ont diminué après la participation aux programmes ont un taux nettement inférieur de réincarcération par rapport à celles qui n’ont pas enregistré d’amélioration ou dont les besoins sont demeurés modérés ou élevés. Les délinquantes ayant obtenu un résultat négatif aux cotes globales de l’IDAFD-R sont presque deux fois plus susceptibles d’être réincarcérées (21,9 %; [IC à 95 % 18,5 – 25,8]*) par rapport à celles ayant obtenu un résultat positif (12,4 %; IC à 95% [8,8 – 17,0]*). Comme le montre le tableau 1, des besoins plus faibles et une réduction des besoins pour la plupart des domaines de l’IDAFD-R sont liés à des taux de réincarcération nettement inférieurs. Cependant, les domaines de la vie personnelle et affective et des attitudes ont seulement eu une tendance vers la signification statistique. Les délinquantes qui ont maintenu un niveau de besoins plus faible ou dont le niveau des besoins a diminué pour le domaine de la toxicomanie ont connu la plus importante baisse de réincarcérations; leur taux de réincarcération était 2,3 fois plus faible que celui des délinquantes dont le niveau de besoins n’a pas diminué. Il convient de souligner que les délinquantes qui ont maintenu un niveau de besoins plus élevé ou dont le niveau de besoins a augmenté dans le domaine du comportement dans la collectivité ont les taux de réincarcération sous responsabilité fédérale les plus élevés. Lorsque les résultats ont été ventilés par ascendance autochtone seulement, les changements dans le domaine du comportement dans la collectivité étaient liés aux résultats des délinquantes autochtones.

Tableau 1. Taux de réincarcération par domaine de l’IDAFD-R.
Domaine de l’IDAFD-R Résultat n Taux de réincarcération
[IC à 95 %]
Fréquentations Positif 400 14,2 [11,3 – 17,5]
Négatif 329 26,3 [21,3 – 31,9]
Attitudes Positif 523 16,8 [14,0 – 20,0]
Négatif 205 25,3 [19,2 – 32,7]
Comportement dans la collectivité Positif 532 15,3 [12,7 – 18,3]
Négatif 196 31,4 [24,3 – 40,0]
Relations matrimoniales et familiales Positif 402 13,6 [10,7 – 16,9]
Négatif 327 26,6 [21,8 – 32,2]
Vie personnelle et affective Positif 334 16,9 [13,4 – 21,0]
Négatif 395 20,7 [16,9 – 25,0]
Toxicomanie Positif 402 12,4 [9,7 – 15,5]
Négatif 327 29,0 [23,9 – 35,0]
*Nota. Les taux rajustés en fonction de la période d’exposition au risque ne sont pas des pourcentages absolus. IC à 95 % = Intervalle de confiance à 95 %.

Ce que cela signifie

Dans l’ensemble, les résultats démontrent ce qui suit : 1) l’IDAFD-R peut détecter les changements importants après la participation aux programmes et 2) la réduction des besoins ou le maintien de besoins faibles est étroitement lié à des taux de réincarcération plus faibles. Le lien entre le changement dans les besoins liés aux facteurs criminogènes et les réincarcérations sous responsabilité fédérale n’a pas atteint le niveau de signification statistique dans les domaines de la vie personnelle et affective et des attitudes, domaines qui pourraient nécessiter une intervention plus intensive pour obtenir des gains considérables. Le taux de réincarcération plus élevé chez les délinquantes dont le niveau de besoins est plus élevé ou dont le niveau de besoins a augmenté dans le domaine du comportement dans la collectivité souligne l’importance des efforts de réinsertion sociale axés sur des aspects tels que la détermination de logements stables et de sources de stabilité financière.

Pour de plus amples renseignements

Vous pouvez joindre la Direction de la recherche par courriel ou par téléphone au 613-995-3975.

Vous pouvez également visiter la page des Publications de recherche pour obtenir une liste complète des rapports et sommaires de recherche.

Préparé par : Kate Pardoel et Kaitlyn Wardrop

Date de modification :