L’utilisation possible des tables d’intervention par les services correctionnels communautaires pour s’assurer de la réussite de la réinsertion sociale

Faits saillants de la recherche

Les tables d’intervention permettent au SCC de mobiliser des partenaires et de répondre aux besoins des délinquants dans la collectivité.

Ce que nous avons examiné

L’utilisation des tables d’intervention (aussi connues comme les modèles de réseautage/de carrefours d’échanges) pour classer les cas présentant un risque très élevé dans la collectivité a connu une expansion considérable au Canada ces six dernières années. Le présent document donne un aperçu de ces tables et des avantages qu’elles pourraient constituer pour le Service correctionnel du Canada (SCC).

Ce que nous avons constaté

Les tables d’intervention permettent aux fournisseurs de services de divers milieux (la police, l’enseignement, la toxicomanie, le travail social, la santé mentale, etc.) de se réunir régulièrement pour discuter de clients présentant un certain niveau de risque. Le but est d’établir un plan d’intervention qui mobilise plusieurs secteurs afin d’offrir des services et du soutien aux personnes et aux familles. Pour atténuer les risques de préjudices, l’idée est de relier le client aux services de 24 à 48 h après la présentation de son cas au groupe (Nilson, 2015).

On estime qu’il y avait cent tables d’intervention actives au Canada en novembre 2016. Depuis leur création, ces tables ont permis de catégoriser 8 504 cas présentant un risque très élevé (Global Network for Community Safety Canada, 2016).

Des évaluations menées au Canada sur les tables d’intervention ont révélé que ces dernières ont un effet positif mesurable sur les clients et sur le travail des fournisseurs de services locaux. La confiance envers eux a augmenté, les appels aux services de police ont diminué et les liens se sont resserrés entre les fournisseurs, ce qui a rendu la collaboration plus efficace et efficiente (Brown et Newberry, 2015). On a également constaté que les tables d’intervention étaient efficaces dans les collectivités autochtones, parce qu’elles cadrent avec leurs valeurs et leurs approches axées sur la vie communautaire et l’inclusion (Nilson, 2016). 

Ce que cela signifie

Dans un contexte où le SCC s’efforce de contribuer à la réussite de la réinsertion sociale des délinquants, les tables d’intervention sont une occasion unique pour les agents de libération conditionnelle d’établir de nouveaux partenariats et de consolider ceux qui existent déjà avec les fournisseurs de services de la collectivité, ce qui peut donner lieu à une tribune pour aider à atténuer les risques très élevés en veillant à ce que les délinquants reçoivent des formes d’intervention appropriées dans la collectivité.

Cette collaboration aide à établir des liens solides et rapides entre les délinquants et les services favorisant leur réadaptation et leur réinsertion, et peut aussi servir à renseigner les collectivités et les fournisseurs de services sur le SCC et son mandat de manière générale, et à expliquer le fonctionnement des services correctionnels communautaires, de manière plus précise. 

Bibliographie

Global Network for Community Safety Canada (2016). 1st Canada-wide Account of Hub/Situation Table Adopter Sites and Situations Triaged for Acutely Elevated Risk (Since 2011). Available: http://globalcommunitysafety.com/hub situation-table-adoption-canada.

Brown, J. & Newberry, J. (2015). An Evaluation of the Connectivity Situation Tables in Waterloo Region. Guelph, ON: Taylor Newberry.

Nilson, C. (2015). The Original Game Changers: An Evaluative Report on Prince Albert’s Centre of Responsibility and its Role in the Advancement of Community Mobilization. Saskatoon, SK: Centre for Forensic Behavioural Science and Justice Studies – University of Saskatchewan.

Nilson, C. (2016). Intervention collaborative axée sur le risque : une étude de l’application du modèle du carrefour dans la Nation crie de Samson. Ottawa (Ontario) : Sécurité publique Canada.

Pour de plus amples renseignement     

Vous pouvez joindre la Direction de la recherche par courriel ou par téléphone au 613-995-3975.

Vous pouvez également visiter la page des Publications de recherche pour une liste complète des rapports et sommaires de recherche.

Préparé par : Yvonne Stys