Validation du Système informatisé de dépistage des troubles mentaux à l'évaluation initiale

Mots clés

Dépistage des troubles mentaux, délinquants, sensibilité, spécificité

Ce que nous avons fait

Le SIDTMEI comprend le Bref inventaire des symptômes (BSI), l'Échelle de la dépression, du désespoir et du suicide (DHS) et l'Échelle d'illusion sur soi-même de Paulhus (PDS). Ces mesures ainsi que l'Outil d'évaluation et de dépistage en prison, Cognistat, l'Échelle d'autoévaluation du THADA et l'outil rapide de dépistage de problèmes de santé mentale en prison (Brief Jail Mental Health Screen) ont été utilisés auprès de 500 délinquants de sexe masculin au Centre régional de réception et d'évaluation (CRRE) dans la région du Pacifique, entre octobre 2006 et septembre 2007. Cet échantillon représente 96 % des délinquants admis au CRRE sur une période de 12 mois. Nous avons codé les rapports de cas basés sur des entrevues cliniques pour déterminer si des recommandations en vue de l'obtention d'autres services de santé mentale ont été faites. Les résultats du SIDTMEI ont été comparés à ces recommandations basées sur les dossiers.

Le SIDTMEI repère un cas devant recevoir des services de santé mentale lorsque les résultats correspondent à un score T de 65 ou plus à l'Inventaire global des symptômes (GSI) ou à deux ou plus des neuf sous­échelles de symptômes spécifiques du BSI, des scores égaux ou supérieurs aux scores seuils recommandés à l'Échelle de la dépression ou du désespoir (DHS) ou confirmation d'une idée suicidaire actuelle en réponse à une question du DHS.

Ce que nous avons constaté

Table 1
Le tableau à double entrée ci-dessous illustre la proportion des 500 délinquants qui ont subi un dépistage par le SIDTMEI et qui, selon des professionnels en santé mentale, devaient faire l'objet d'un suivi. La sensibilité du SIDTMEI (l'identification correcte par le SIDTMEI des cas ayant besoin de services) était de 76 % (139/182) et la spécificité (l'identification correcte des cas n'ayant pas besoin de services) était de 65 % (208/318). Selon la technique de l'amélioration relative par rapport au hasard (ARRH), le SIDTMEI présente une probabilité de 53 % d'avoir un rendement supérieur à un dépistage aléatoire chez les délinquants.
Ont besoin de services Dépistage par le SIDTMEI Total
Oui Non
Oui 28% 9% 36%
Non 22% 42% 64%
Total 50% 50% 100%

Le 9 % des cas qui ont besoin de services, mais qui n'ont pas été repérés par le SIDTMEI (faux négatifs) est particulièrement inquiétant. Un examen de contrôle a révélé que 35 % de ces cas ont été considérés comme ayant des déficits cognitifs.

Ce que cela signifie

Les résultats présentés ci-dessus confirment l'utilité d'avoir recours au SIDTMEI pour étayer les décisions en matière d'identification précoce des délinquants ayant des troubles psychologiques. L'étude a également fait ressortir la possibilité d'améliorer le processus en incluant une mesure du fonctionnement cognitif.

Rédigé par : Geoff Wilton

Pour nous joindre

Direction de la recherche

(613) 996-3287