Consensus entre les trois évaluations de dépistage des troubles mentaux effectuées à l’évaluation initiale

Mots clés

santé mentale, délinquants, dépistage

Ce que cela signifie

Dans le cadre de l’évaluation initiale réalisée par le Service correctionnel du Canada (SCC), on s’emploie à cerner les besoins pressants des délinquants en matière de santé mentale au moyen du Système informatisé de dépistage des troubles mentaux à l’évaluation initiale (SIDTMEI), version 2, de même que de 2 autres outils d’évaluation de la santé mentale, à savoir les sections I et II du formulaire 1244. Même si chaque évaluation permet d’effectuer un dépistage auprès de certains délinquants dont la situation est particulière aux fins de suivi sur le plan des troubles mentaux, on a déterminé que le SIDTMEI était l’outil le plus précis des 3, car il se révèle plus efficace que les 2 autres pour ce qui est de dégager les cas particuliers parmi les délinquants.

Ce que nous avons constaté

Le tableau ci contre présente l’ampleur du consensus entre les évaluations. Le consensus entre les 3 outils s’est élevé à 61 %. Dans 56 % des cas, les 3 outils ont permis de conclure qu’aucun suivi n’était nécessaire; cependant, seulement 5 % des cas constituant l’échantillon ont été cernés aux fins de suivi par les 3 outils d’évaluation.

Le SIDTMEI semble être l’outil le plus précis des 3, étant donné qu’il s’est traduit par le signalement de 32 % des délinquants, comparativement à 21 % seulement pour la section I du formulaire 1244, et à 18 % uniquement pour la section II de ce formulaire. En outre, le SIDTMEI a entraîné le signalement des cas de 13 % des délinquants que les 2 autres outils n’ont pas permis de détecter, tandis que les sections I et II du formulaire 1244 ont donné lieu chacune de leur côté au signalement des cas de 5 % des délinquants

Pourquoi nous avons effectué cette étude

Plusieurs outils sont utilisés pour dépister les troubles mentaux chez les délinquants à divers moments au cours de la période d’incarcération. Toutefois, nous ne savons pas si ces outils dépistent tous des troubles mentaux chez les mêmes délinquants, ou s’ils se traduisent par le signalement de cas distincts. Le SCC a besoin de plus de renseignements sur les outils pour garantir l’efficacité du processus de dépistage.

Répartition des cas acheminés aux intervenants compétents (390) entre le SIDTMEI et les sections I et II du formulaire 1244

Acheminement suivant l’évaluation au moyen du SIDTMEI Acheminement suivant l’évaluation au moyen du formulaire 1244
(section I)
Acheminement suivant l’évaluation au moyen du formulaire 1244
(section II)
%
x x x 56
x x 13
x 8
x 5
5
x x 5
x x 5
x 3

Ce que nous avons fait

On a fait parvenir aux unités de réception une liste des délinquants qui avaient été admis récemment au sein de leurs établissements respectifs et qui avaient fait l’objet d’une évaluation au moyen du SIDTMEI, version 2. Les données du SIDTMEI ont été extraites des bases de données électroniques. On a demandé aux unités de réception de fournir des données tirées des évaluations initiales de l’état de santé des délinquants, aussi appelées « évaluations au moyen des sections I et II du formulaire 1244 ». Il y avait 390 délinquants pour lesquels des données complètes relatives aux 3 outils d’évaluation (SIDTMEI, version 2, formulaire 1244 [section I] et formulaire 1244 [section II]) étaient disponibles. Pour chaque délinquant, nous avons effectué une évaluation visant à déterminer si chaque outil avait permis d’établir qu’il fallait acheminer le cas aux fins de suivi sur le plan des troubles mentaux (c. à d. si le cas du délinquant avait été « dépisté » et signalé en vue d’une évaluation plus approfondie).

Pour de plus amples renseignements

Vous pouvez joindre la Direction de la recherche par courriel, ou par téléphone au 613-995-3975.

Vous pouvez également visiter le site Internet pour une liste complète des publications de recherche.

Préparé par : Geoff Wilton, Jenelle Power et Lynn Stewart