Répercussions des pavillons de ressourcement autochtones pour hommes

Faits saillants de la recherche: Les pavillons de ressourcement et les interventions adaptées à la culture offrent des avantages qui favorisent la réinsertion sociale des hommes.

Publication

No R-437_M

2022

Une version PDF complète peut également être téléchargée à partir du catalogue des publications du gouvernement du Canada.

ISBN : 978-0-660-38305-7
No. de Cat. : PS84-183/2021F-PDF

Recherche en un coup d'oeil - PDF

Pourquoi nous avons effectué cette étude

Les pavillons de ressourcement sont des environnements axés sur les valeurs, les traditions et les croyances autochtones. Ils offrent des services et des programmes adaptés à la culture des délinquants autochtones afin de traiter les facteurs qui ont mené à leur incarcération et de les préparer à la mise en liberté. L'objectif de la présente étude était d'examiner les répercussions qu'ont les pavillons de ressourcement sur la réinsertion sociale des délinquants autochtones et sur les résultats postlibératoires, ainsi que l'effet cumulatif des services et des interventions adaptés aux Autochtones.

Ce que nous avons fait

Dans le cadre d'une étude plus vaste, les hommes autochtones mis en liberté depuis un pavillon de ressourcement administré par le Service correctionnel du Canada (SCC) ou depuis un pavillon de ressourcement visé à l'article 81 (N = 614) ont été comparés à un groupe-témoin apparié d'hommes autochtones mis en liberté depuis un établissement régulier du SCC (N = 614) entre avril 2013 et mars 2018.

Ce que nous avons constaté

À l'admission, les hommes résidant dans des pavillons de ressourcement présentaient un risque dynamique plus élevé et un potentiel de réinsertion sociale plus faible. Les résidents des pavillons de ressourcement présentaient un risque statique plus élevé à l'admission et au moment de la mise en liberté, bien qu'ils aient été considérés comme ayant une plus grande motivation au moment de la mise en liberté. Ces résultats indiquent que le profil des hommes résidant dans des pavillons de ressourcement différait de celui des délinquants autochtones mis en liberté depuis un établissement régulier.

Les résidents des pavillons de ressourcement pour hommes ont montré un plus grand intérêt pour les possibilités offertes aux Autochtones à l'admission et ont participé dans une plus grande mesure à des services adaptés à la culture tout au long de leur peine. Cela comprend l'élaboration d'un plan de guérison, au moins une évaluation par un Aîné, la participation aux initiatives des Sentiers autochtones, du personnel des services autochtones affecté à leur dossier ainsi que des placements antérieurs dans des pavillons de ressourcement avant leur mise en liberté. Les résidents des pavillons de ressourcement étaient également plus susceptibles d'être affectés à des programmes correctionnels et à d'autres programmes et de les terminer, tant au cours de leur période d'incarcération complète qu'au pavillon de ressourcement en particulier. Même si les résidents des pavillons de ressourcement étaient également plus susceptibles d'achever des programmes d'emploi, les hommes du groupe-témoin étaient plus susceptibles d'achever des programmes d'éducation et d'obtenir des certificats de formation professionnelle à leur établissement de libération.

Comparativement à leurs homologues, les résidents des pavillons de ressourcement ont participé à un plus grand nombre de permissions de sortir avec escorte et sans escorte ainsi qu'à des placements à l'extérieur. Malgré ces efforts de réinsertion sociale graduelle, les résidents des pavillons de ressourcement étaient moins susceptibles de bénéficier d'une libération discrétionnaire. Dans l'ensemble, par rapport aux hommes autochtones mis en liberté depuis un établissement régulier, les résidents des pavillons de ressourcement avaient le même nombre de suspensions de la mise en liberté et de réincarcérations et, après rajustement en fonction des autres facteurs, ils présentaient le même risque de révocation avec une nouvelle infraction.

Un dernier objectif de l'étude était d'examiner la contribution relative des interventions et des services adaptés aux Autochtones concernant les résultats postlibératoires. Après rajustement en fonction du risque, des besoins et des caractéristiques des délinquants, les hommes qui ont achevé des programmes culturels autochtones dans un pavillon de ressourcement présentaient un risque de révocation de la mise en liberté inférieure de 54 %, tandis que ceux qui ont participé aux initiatives des Sentiers autochtones présentaient un risque inférieur de 29 %. Ces analyses indiquent qu'il ne s'agit pas d'interventions redondantes et que les deux offrent des avantages qui peuvent aider les délinquants à réussir leur mise en liberté.

Ce que cela signifie

Pris dans leur ensemble, les résultats de la présente étude mettent en lumière les avantages que les pavillons de ressourcement et les interventions adaptées à la culture ont quant au soutien de la réinsertion sociale des délinquants autochtones. Malgré une population plus difficile, les résidents des pavillons de ressourcement ont montré des changements positifs dans leur taux de motivation au cours de leur incarcération ainsi qu'une plus grande participation aux possibilités de réinsertion sociale. Bien qu'il s'agisse d'une étude quantitative exhaustive, les recherches futures permettront de mieux comprendre les expériences vécues par les hommes dans les pavillons de ressourcement.

Pour de plus amples renseignements

Hanby, L., T. Ridha, R. Sullivan et S. Farrell MacDonald (2022). Pavillons de ressourcement autochtones : Répercussions sur la réinsertion sociale des délinquants et sur les résultats dans la collectivité (Rapport de recherche R-437). Ottawa (Ontario) : Service correctionnel du Canada.

Pour obtenir le rapport complet en version PDF, veuillez en faire la demande à la Direction de la recherche. Vous pouvez également visiter la page des Publications de recherche pour une liste complète des rapports et sommaires de recherche.

Date de modification :