Délinquants ethnoculturels sous responsabilité fédérale : indicateurs chez les femmes en établissement

Faits saillants de la recherche : La proportion de délinquantes ayant obtenu plusieurs résultats positifs en établissement est plus élevée chez les femmes noires et d'une « autre » origine ethnoculturelle que chez les autres groupes de femmes.

Publication

No R-446_IW

2022

Une version PDF complète peut également être téléchargée à partir du catalogue des publications du gouvernement du Canada.

ISBN: 978-0-660-46173-1
No. de Cat.: PS83-5/R446F-6-PDF

Recherche en un coup d'oeil : PDF

Pourquoi nous avons effectué cette étude

Le Service correctionnel du Canada (SCC) compte une population de délinquants diversifiée sur le plan ethnoculturel. La deuxième étude menée dans le cadre d'une recherche en trois parties examinait divers indicateurs chez les délinquants ethnoculturels, blancs et autochtones en établissement. Le présent résumé porte sur les résultats obtenus chez les femmes. Il est important de cerner ces différences, car elles peuvent éclairer le SCC sur des domaines à examiner et des mesures à prendre pour appuyer une population diversifiée de délinquants.

Ce que nous avons fait

Nous avons examiné les mesures visant les délinquantes sous responsabilité fédérale admises dans un établissement du SCC entre le 1er avril 2016 et le 30 septembre 2018 (N = 893 femmes) et certains résultats avant la date d'admissibilité à la semi liberté (DASL; N = 813 femmes). Nous avons examiné les groupes ethnoculturels comptant plus de 20 personnes et classé les autres groupes dans la catégorie « Autre ». En raison de la taille des échantillons, nous avons obtenu quatre groupes : les Blanches, les Noires, les Autochtones et les femmes d'une « autre » origine ethnoculturelle. Le groupe ethnoculturel des délinquantes est fondé sur des données autodéclarées recueillies dans le cadre de leur évaluation initiale.

Ce que nous avons constaté

Tableau 1. Résumé des résultats chez les femmes en établissement
  Noire Autre Autochtone Blanche (%)
Cote de sécurité minimale +++ +++ --- 54
ECNS > cote de sécurité +++ + + 15
Incidents I/A --- -- +++ 52
Toutes les visites -- + --- 54
Réalisations scol. +++ +++ +++ 64
PSAE +++ ++ ++ 31
Emploi au SCC ++ - ++ 67
CORCAN -- ++ - 23
Inscr. à un prog. --- -- -- 87
Achèvement du prog. + ++ -- 68
Remarque : Les symboles indiquent les tendances par rapport au groupe témoin (délinquantes blanches). ○ = +/-2 %. - = -2 % à -5 %. -- = -5 % à -10 %. --- = -10 % ou moins. + = +2 % à +5 %. ++ = +5 % à +10 %. +++ = +10 % ou plus. † = information supprimée en raison de la valeur de n qui est de moins de 5. Cote de sécurité minimale = placement initial dans un établissement à sécurité minimale. ECNS > cote de sécurité = l'ECNS a recommandé un milieu plus restrictif que celui du placement de sécurité réel. Incidents I/A = incidents à titre d'instigatrice ou d'associée. PSAE = permission de sortir avec escorte avant la DASL. Réalisations scol. = réalisations scolaires avant la DASL chez les femmes sans diplôme d'études secondaires. Emploi au SCC = programme d'emploi du SCC avant la DASL. Achèvement du prog. = achèvement du programme à intensité modérée ou élevée avant la DASL parmi les personnes inscrites.

Comme l'illustre le tableau 1, les femmes qui s'identifiaient comme étant noires ou d'une « autre » origine ethnoculturelle étaient plus susceptibles d'avoir des placements de sécurité initiaux dans un établissement moins restrictif que les femmes blanches et elles étaient plus susceptibles d'être placées à un niveau de sécurité inférieur à ce que recommandait l'Échelle de classement par niveau de sécurité (ECNS).

Les femmes noires et d'une « autre » origine ethnoculturelle étaient moins susceptibles d'être impliquées dans des incidents en établissement en tant qu'instigatrices ou associées et participaient davantage aux permissions de sortir avec escorte (PSAE) avant la DASL, et celles qui n'avaient pas de diplôme d'études secondaires avaient un taux de réalisations scolaires plus élevé avant la DASL que celui des femmes blanches.

Les femmes noires étaient plus nombreuses à participer au programme d'emploi du SCC, mais elles étaient moins nombreuses à participer au programme d'emploi de CORCAN avant la DASL que les femmes blanches. On a observé la tendance inverse pour les femmes d'une « autre » origine ethnoculturelle. La faible participation au programme de CORCAN peut être attribuable à plusieurs facteurs, notamment la participation à d'autres interventions et activités précisées dans les plans correctionnels des délinquantes. Les femmes d'une « autre » origine ethnoculturelle étaient légèrement plus susceptibles que les femmes blanches d'avoir au moins un visiteur, tandis que les femmes noires étaient moins susceptibles d'en avoir un. Enfin, les femmes qui s'identifiaient comme étant noires, d'une « autre » origine ethnoculturelle et autochtones étaient moins susceptibles de s'inscrire à des programmes correctionnels d'intensité modérée ou élevée lorsqu'elles y étaient admissibles que les femmes blanches. Toutefois, les femmes noires et d'une « autre » origine ethnoculturelle étaient plus susceptibles d'achever les programmes, parmi celles qui y étaient inscrites.

Les résultats ont révélé que les femmes autochtones étaient susceptibles de se voir attribuer une cote de sécurité plus élevée au départ que les autres femmes, qu'elles étaient davantage impliquées dans des incidents en établissement et qu'une plus faible proportion d'entre elles recevaient au moins un visiteur. En revanche, comparativement aux femmes blanches, une proportion plus élevée de femmes autochtones avaient accompli des réalisations scolaires avant la DASL (les femmes sans diplôme d'études secondaires), avaient bénéficié de PSAE avant la DASL et avaient effectué une affectation d'emploi au SCC avant la DASL.

Ce que cela signifie

La population de délinquants du SCC continue de se diversifier. La compréhension des différences observées pour divers indicateurs, y compris ceux qui concernent l'expérience des femmes en établissement, peut permettre au SCC de trouver des moyens d'améliorer le soutien apporté aux délinquants de divers groupes ethnoculturels.

Pour obtenir de plus amples renseignements

Service correctionnel du Canada (2022). Les délinquants ethnoculturels sous responsabilité fédérale : examen des indicateurs à l'admission, en établissement et pendant la surveillance dans la collectivité (Rapport de recherche R 446). Ottawa (Ontario) : Service correctionnel du Canada.

Pour obtenir le rapport complet en version PDF ou tout autre renseignement, veuillez en faire la demande par courriel à la Direction de la recherche. Vous pouvez également visiter la page des Publications de recherche pour obtenir une liste complète des rapports et des sommaires de recherche.

Date de modification :