Service correctionnel du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

FORUM - Recherche sur l'actualité correctionnelle

Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Enquête auprès des administrateurs du secteur correctionnel... Tous n'ont pas les mêmes compétences ni le même cheminement professionnel

Une enquête récente, menée conjointement par la North American Association of Wardens and Superintendents et le Department of Correctional Services de la Eastern Kentucky University, visait à déterminer les compétences professionnelles des administrateurs en chef des établissements correctionnels pour adultes aux États-Unis et au Canada. L'enquête tentait également d'établir les besoins de formation des administrateurs du secteur correctionnel dans les deux pays. Le groupe étudié comprenait 418 administrateurs, dont 36 étaient des femmes. Les administrateurs canadiens représentaient 8 % du total des répondants.

Les renseignements compilés au cours de cette enquête indiquent que les directeurs et chefs d'établissements sont généralement des gens de formation supérieure. Quatre-vingt-cinq pour cent d'entre eux possèdent un diplôme universitaire tandis que 44 % détiennent une maîtrise. Ces mêmes renseignements révèlent que 87,6 % des administrateurs des établissements correctionnels sont des blancs, 7 % sont de race noire, 1,7 % d'origine hispanique, 1,5 % d'origine amérindienne, 0,5 % d'origine orientale et 1,7 % d'entre eux appartiennent à d'autres communautés ethniques. La moyenne d'âge des administrateurs est de 45 ans, le plus jeune ayant 27 ans et le plus âgé, 71 ans. Le salaire annuel moyen des administrateurs est d'environ 42 000 $ américains pour les hommes et de 38 500 $ américains pour les femmes. Comme on pouvait s'y attendre, les salaires augmentent avec le nombre d'années de service. Les administrateurs affichent une moyenne de 5 ans de service dans leurs fonctions actuelles et une moyenne de 17 ans de service dans le secteur correctionnel. Parmi les besoins de formation les plus souvent exprimés, on retrouve : le perfectionnement des ressources humaines, la planification budgétaire, les questions juridiques et les responsabilités de droit constitutionnel.

La plupart des administrateurs du secteur correctionnel ont d'abord occupé des postes de surveillance (54 %) tandis que les autres ont été affectés aux programmes et aux traitements (46 %), surtout comme agents de gestion de cas. La majorité des professionnels recrutés comme agents de programmes ou de traitements avaient une formation supérieure à celle des fonctionnaires affectés à des fonctions de surveillance.

La majorité des administrateurs de sexe féminin possède des diplômes d'études supérieures et leur moyenne d'âge est légèrement inférieure à celle des participants à cette enquête. Soixante-quinze pour cent des administrateurs de sexe féminin travaillent dans des établissements carcéraux pour femmes.

Révélation intéressante de cette enquête : avec les années, les voies d'entrée au secteur correctionnel ont tendance à se modifier. La majorité, soit environ 65 % des administrateurs qui sont arrivés au secteur correctionnel avant 1950, ont d'abord occupé des fonctions de surveillance tandis que les autres (soit environ 35 %) ont occupé d'emblée des fonctions de chargés de programmes ou de traitements. Au cours des années 1960 et 1970, 49 % des nouveaux arrivants ont rempli des fonctions de surveillance et 51 % ont été nommés chargés de programmes. Par contre, chez les administrateurs embauchés au cours des années 1980, 66 % se sont vus confier des fonctions de surveillance tandis que 34 % ont été affectés à des postes de chargés de programmes.

On se demande si le fait d'embaucher un plus grand nombre de personnes pour la gestion des programmes et des traitements dans les années 1960 et 1970 est lié à l'importance accordée à la réadaptation des détenus. C'était une époque où le secteur correctionnel se montrait très favorable à la création de programmes pour les détenus et il est donc plausible qu'on ait préféré embaucher des directeurs d'établissement possédant une expérience orientée davantage vers les programmes. Par ailleurs, il est possible que davantage de candidats possédant une expérience en traitement se soient présentés à ces postes. On pourrait également chercher une explication du côté du durcissement des politiques correctionnelles dans certaines juridictions qui s'est produit au cours des années 1980, ce qui peut avoir entraîné une diminution du nombre de nouveaux administrateurs ayant une expérience en traitement.

L'enquête fait clairement ressortir la diversité des expériences professionnelles chez les administrateurs du secteur correctionnel, mais il semble également évident que ces administrateurs forment un groupe de professionnels hautement qualifiés.

Wolford, B.I. (1988). Wardens and Superintendents ... A Diverse Group. Corrections Compendium, XIII, 2, 5-7.