Besoins en santé mentale des vétérans au sein du système correctionnel canadien : un bref aperçu

Faits saillants de la recherche: Les vétérans délinquants ont des besoins complexes en santé mentale, besoins sur lesquels influent divers facteurs, comme l’itinérance et l’exposition antérieure à des traumatismes. D’autres recherches sur les vétérans délinquants canadiens sous responsabilité fédérale sont nécessaires.

Publication

Pourquoi nous avons effectué cette étude

En 2012, le Service correctionnel du Canada (SCC) et Anciens Combattants Canada (ACC) ont conclu un protocole d’entente concernant le soutien des vétérans incarcérés au sein du système correctionnel fédéral et la prestation de services à leur intention. Dans le cadre de cet accord, on a créé un groupe de travail d’ACC et du SCC pour cerner, chaque année, les mesures à prendre et définir les domaines prioritaires de façon à ce que les deux organisations puissent soutenir les délinquants durant leur incarcération et au moment de leur mise en liberté et de leur réinsertion sociale dans la collectivité. La présente initiative de recherche a fait l’objet d’un accord mutuel et a été réalisée dans le cadre de cet accord.

Ce que nous avons fait

Pour permettre l’amélioration des efforts actuels de réadaptation et de réinsertion sociale des vétérans délinquants, on a entrepris une analyse documentaire sur les besoins en santé mentale des vétérans délinquants. Dans le cadre de l’analyse, nous avons examiné des recherches universitaires ainsi que des publications et des sites Web gouvernementaux et non gouvernementaux pour cerner les renseignements sur les besoins précis des vétérans en matière de santé mentale et d’autres facteurs ayant une incidence indirecte sur la santé mentale, comme l’itinérance et les comportements antisociaux.

Ce que nous avons constaté

Les vétérans délinquants sont plus susceptibles d’être reconnus coupables d’infractions avec violence que les délinquants non vétérans, ce qui donne à penser qu’il y a un lien avec le comportement antisocial. Des recherches ont révélé que les vétérans incarcérés étaient plus susceptibles d’afficher des manifestations physiques de tendances antisociales (p. ex. casser des objets, être manipulateurs ou chercher à se venger) et des traits antisociaux (p. ex. violence verbale, recherche de sensations fortes et désinhibition). On s’est aussi penché sur le lien entre les problèmes de santé mentale, les comportements antisociaux et l’incidence de la violence conjugale et le rôle des traumatismes antérieurs (antécédents de combat ou traumatismes sexuels liés au service militaire). Les vétérans délinquants ont souvent des besoins complexes en santé mentale qui peuvent miner leur capacité de réinsertion sociale dans la collectivité après leur incarcération.

Les recherches sur la santé mentale des vétérans délinquants ont permis de déterminer que l’incidence des troubles de stress post-traumatique et les difficultés liées à la transition vers la vie civile peuvent accroître le risque d’incarcération. Les stratégies d’adaptation utilisées par les vétérans (p. ex. l'abus de substances) peuvent elles aussi contribuer à leur criminalité et à leur incarcération.

L’itinérance chez les vétérans est associée à des problèmes de santé mentale et à un possible risque accru d’adopter des comportements criminels. Des recherches ont révélé que le fait de répondre aux besoins des vétérans en matière de logement adéquat aide ces derniers à régler leurs problèmes de santé mentale et peut les rendre moins susceptibles d’adopter un comportement criminel ou d’avoir des démêlés avec le système de justice pénale.

On a fourni un aperçu des outils d’évaluation et des interventions communautaires à l’intention des vétérans. Les tribunaux pour vétérans, en particulier, ont été décrits comme une stratégie qui permet de réduire au minimum la possibilité de récidive des vétérans délinquants tout en permettant une évaluation holistique de leur délinquance, de leurs problèmes de santé mentale et de leur expérience militaire antérieure.

Ce que cela signifie

L’analyse documentaire souligne l’importance des services et du soutien en santé mentale pour les vétérans délinquants. L’itinérance, les comportements antisociaux et certains diagnostics précis liés à la santé mentale constituent des défis supplémentaires au moment de soutenir ces délinquants et d’assurer leur réadaptation, et ce, particulièrement en raison du lien entre ces facteurs et la délinquance en général. On choisira les futures initiatives de recherche sur les vétérans délinquants en consultation avec le groupe de travail d’ACC et du SCC et à la lumière des besoins organisationnels du SCC.

Pour de plus amples renseignements

Agterberg, S., Beauchamp, T. et Farrell MacDonald, S. (2018) Besoins en santé mentale des vétérans au sein du système correctionnel canadien : un bref aperçu (Rapport de recherche R-409). Ottawa (Ontario) : Service correctionnel du Canada.

Pour obtenir le rapport complet en version PDF, veuillez en faire la demande à la Direction de la recherche ou par téléphone au 613-995-3975.

Vous pouvez également visiter la page des Publications de recherche pour une liste complète des rapports et sommaires de recherche.

Date de modification :